SUN Newsletter
Home / Actualités / Le coût de la malnutrition pour l’économie de la Gambie

Le coût de la malnutrition pour l’économie de la Gambie

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

© UNICEF/UNI157866/Andrews

L’économie de la Gambie perd 3,96 milliards de dalasis gambiens (83 millions USD) par an, soit environ 5,1 % du produit intérieur brut (PIB) annuel du pays, en raison de la malnutrition infantile, d’après une nouvelle étude qui a été publiée aujourd’hui à Banjul. L’étude sur le coût de la faim en Afrique (COHA), réalisée par plusieurs agences, montre que ces pertes résultent chaque année de la hausse des coûts relatifs aux soins de santé, de l’alourdissement du fardeau pour le système éducatif et de la réduction de la productivité de la main d’œuvre.

« Il est alarmant de constater que nous perdons 5,1 % de notre PIB national annuel en raison des effets de la malnutrition infantile sur les résultats scolaires, la santé et la productivité », a déclaré S.E. Isatou Touray, Vice-Présidente de la Gambie. « Le Gouvernement de la Gambie est déterminé à collaborer avec tous les partenaires associés dans le cadre du PND pour bâtir une nation prospère, composée d’une population en bonne santé et bien développée », a-t-elle ajouté à l’occasion de la publication de cette étude.

L’étude COHA a été menée par le gouvernement de la Gambie en collaboration avec le Programme alimentaire mondial (PAM), la Commission de l’Union africaine (CUA) et son Agence de développement (AUDA-NEPAD), la Commission économique pour l’Afrique et l’Union européenne (UE).

« Le lancement de l’étude COHA aujourd’hui montre à nouveau l’unité dont fait preuve l’ONU dans son action. Cette étude est un exemple de collaboration entre les organismes des Nations Unies qui ont œuvré en faveur de l’intensification du soutien au gouvernement et de l’accélération de la mise en œuvre des objectifs de développement durable au cours de la dernière décennie », a indiqué la Coordinatrice résidente de l’ONU, Serafine Wakana.

La Gambie a accompli des progrès dans le domaine de la nutrition. Les taux de malnutrition sont en baisse et le pays devrait atteindre la cible en matière de nutrition du programme national de développement (PND), qui correspond à une réduction du retard de croissance à 12,5 %, de l’émaciation à 5 % et de l’insuffisance pondérale à 8,5 % d’ici 2021.

D’après les conclusions de l’étude COHA, la Gambie devrait économiser jusqu’à 4,95 milliards de dalasis gambiens (104 millions USD) d’ici 2030 si elle réussit à réduire les retards de croissance à 9,6 % chez les enfants et l’insuffisance pondérale à 6 %.

« La nutrition est un facteur essentiel pour garantir une meilleure qualité de vie, une meilleure santé et une vie plus prospère, et les investissements dans ce secteur sont une étape nécessaire pour le développement durable », a indiqué Wanja Kaaria, Représentante et Directrice pour la Gambie du PAM.

Des études COHA ont jusqu’à présent été menées dans 26 pays, dont le Burkina Faso, l’Égypte, l’Eswatini, l’Éthiopie, la Gambie, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Kenya, le Lesotho, Madagascar, le Mali, le Malawi, la Mauritanie, le Mozambique, le Niger, l’Ouganda, la RDC, le Rwanda, le Tchad et le Zimbabwe. D’après les résultats généraux de ces études, les économies de ces pays ont enregistré une perte de PIB comprise entre 1,9 et 16,5 % par an, selon les estimations, en raison de la sous-nutrition infantile. Les résultats des dernières études COHA entreprises ont été publiés au Kenya et le seront bientôt au Soudan et en Guinée-Bissau.

Post A Comment

No Comments