SUN Newsletter
Home / Actualités / Le FIDA lance un nouveau projet au Niger afin d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la résilience face aux changements climatiques

Le FIDA lance un nouveau projet au Niger afin d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la résilience face aux changements climatiques

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Le Fonds international de développement agricole des Nations Unies (FIDA) a annoncé un nouveau projet qui permettra d’accroître le soutien apporté à quelque 210 000 ménages ruraux pauvres au Niger qui sont vulnérables aux chocs climatiques et à l’insécurité alimentaire.

La population nigérienne, essentiellement rurale, vit du petit élevage et de l’agriculture familiale. Ce type d’agriculture emploie 85 % de la population active et représente 43,4 % du produit intérieur brut. Il est essentiel d’améliorer la production agricole à petite échelle et d’accroître la productivité pour passer d’une agriculture de subsistance à une production commerciale, si l’on veut réduire la pauvreté et renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans les zones rurales.

En raison de la pandémie de COVID-19 et des mesures prises pour y faire face, la situation a pris une nouvelle dimension. Le pays présentant déjà des vulnérabilités, la crise fait peser une véritable menace sur les moyens d’existence, en particulier des petits exploitants agricoles, et ses conséquences néfastes risquent de se prolonger si on n’investit pas concrètement dans le secteur agricole.

« Le projet PRECIS arrive à point nommé », a déclaré le directeur de pays pour le Niger, Jakob Tuborgh. « La COVID-19 menace les objectifs ambitieux fixés par le gouvernement en matière de réduction de la pauvreté. Ce nouveau projet permettra de traiter la grande question de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger et de créer des emplois pour les jeunes ruraux, tout en contribuant à la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable. »

Le président du FIDA, Gilbert F. Houngbo, la ministre nigérienne du Plan, Aïchatou Boulama Kané, et le ministre nigérien des Finances, Mamadou Diop, ont signé par correspondance l’accord de financement concernant le Projet de renforcement de la résilience des communautés rurales face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger (PRECIS).

D’un montant de 172,1 millions d’EUR, ce projet s’adressera en priorité aux jeunes et aux femmes, qui sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques et à d’autres chocs. L’objectif du projet est de les aider à accéder à des emplois ruraux prometteurs, à augmenter leurs revenus et à renforcer leur résilience. L’action menée dans le cadre du projet se répercutera sur l’ensemble des objectifs de développement durable (ODD), notamment l’ODD 1 (pas de pauvreté) et l’ODD 2 (faim zéro), mais aussi l’ODD 5 (égalité des sexes et autonomisation des femmes) et l’ODD 6 (eau propre et assainissement).

Le projet PRECIS visera à promouvoir la culture du maïs, du millet, du riz et du sorgho, et à développer le maraîchage, l’aviculture et le petit élevage. Afin d’atténuer les effets de la désertification et des changements climatiques, le projet mettra aussi l’accent sur l’utilisation de solutions techniques au service d’une gestion durable de l’eau et des ressources foncières. Il permettra de remettre en état et de construire des infrastructures destinées à faciliter l’accès aux marchés, afin que les agriculteurs puissent vendre leurs produits.

 

Post A Comment

No Comments