SUN Newsletter
Home / Actualités / Le Fonds africain de développement aide l’Éthiopie à stimuler la nutrition et mettre fin au retard de croissance des enfants

Le Fonds africain de développement aide l’Éthiopie à stimuler la nutrition et mettre fin au retard de croissance des enfants

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des pays SUN

Le Conseil d’administration du Fonds africain de développement a approuvé l’octroi d’une subvention de 31,2 millions de dollars US au gouvernement éthiopien afin d’élargir l’accès aux services nutritionnels multisectoriels destinés aux enfants de moins de 5 ans, en renforçant l’accès aux services pour une meilleure santé, une alimentation plus diversifiée et nutritive, et en améliorant les connaissances, l’attitude et les pratiques en matière d’alimentation, de soins et d’hygiène. Le Projet d’approche multisectorielle pour la réduction des retards de croissance (MASReP) ciblera 40 districts ou woredas dans les régions d’Amhara et du Tigray.

Le projet, d’un coût total de 48 millions de dollars US, s’articule autour de 3 composantes programmatiques : le développement d’infrastructures à l’épreuve du climat pour une prestation de services efficace ; un soutien aux moyens de subsistance, la production et la promotion d’aliments nutritifs ; et le renforcement des systèmes institutionnels et des capacités.

« En mettant fortement l’accent sur l’utilisation d’un ensemble complet d’interventions multisectorielles systémiques se renforçant mutuellement pour s’attaquer simultanément aux causes multidimensionnelles du retard de croissance, le projet contribuera de manière significative au développement de la matière grise des enfants dans les zones cibles et conduira à une productivité renforcée à l’avenir », déclare Mme Nnenna Nwabufo, directrice générale de la zone Afrique orientale de la Banque africaine de développement. « Le projet démontre également les efforts fournis par la Banque pour accélérer la mise en œuvre de la stratégie « Emplois pour les jeunes Africains » ainsi que pour concrétiser la Grille d’évaluation de la responsabilité en matière de nutrition en Afrique (African Nutrition Accountability Score Card, ANASC) lancée en 2019. »

L’ANASC, un outil de plaidoyer fondé sur des données, a été conçu par les Leaders africains pour la nutrition, une initiative de la Banque africaine de développement, le Groupe mondial sur l’agriculture et les systèmes alimentaires pour la nutrition, la Fondation Bill et Melinda Gates et l’Union africaine.

La malnutrition infantile est un frein sérieux au développement en Éthiopie. Dans la zone cible du projet, près de 50 % des enfants de moins de 5 ans souffrent d’un retard de croissance. Différents facteurs contribuent à la prévalence de la sous-alimentation, notamment une faible diversité alimentaire et un accès insuffisant à l’eau potable.

Le projet est en adéquation avec la Déclaration de Sequota (SD), signée par l’Éthiopie en 2015, qui signale son engagement à mettre fin au retard de croissance chez les enfants de moins de 2 ans d’ici 2030 sous la houlette de plusieurs ministères nationaux : de la Santé ; de l’Agriculture, de l’Eau, de l’Irrigation et de l’Énergie ; de l’Éducation ; des Femmes, des Enfants et des Jeunes ; du Travail et des Affaires sociales ; des Transports ; et des Finances.

Le projet contribue également aux efforts éthiopiens pour satisfaire au 2e Objectif onusien de développement durable à l’horizon 2030, à savoir éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition, des objectifs étroitement liés à la stratégie décennale 2013–2022 de la Banque africaine de développement et deux de ses priorités opérationnelles « High Five » visant à « Nourrir l’Afrique » et à « Améliorer la qualité de vie de la population du continent africain ».

Post A Comment

No Comments