SUN Newsletter
Home / Actualités / Le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) des Nations Unies libère des fonds pour éviter la faim et la malnutrition aiguës au Sahel.

Le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) des Nations Unies libère des fonds pour éviter la faim et la malnutrition aiguës au Sahel.

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

© UNICEF/UNI147405/Kurzen

Le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) des Nations Unies a libéré 30 millions USD afin de renforcer en urgence l’aide apportée au Sahel, région d’Afrique de l’Ouest en proie à une très forte sécheresse, à un envol des prix des denrées alimentaires et à une insécurité qui ne cesse de s’aggraver, et où les besoins en aide humanitaire se sont considérablement accrus.

Des milliers de familles ont épuisé leurs réserves de nourriture et voient jour après jour leurs repas quotidiens se réduire. Près de 1,6 million d’enfants sont menacés de malnutrition et 5 millions de personnes réclament une assistance alimentaire et des moyens de subsistance alors qu’approche à grands pas la pire saison des vaches maigres (moment où les réserves de nourriture s’épuisent dans l’attente des prochaines récoltes) depuis des années.

La contribution du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) va permettre aux partenaires humanitaires d’aider les personnes les plus démunies des communautés les plus touchées, notamment dans les régions d’élevage et d’agro-élevage du Burkina Faso, du Tchad, du Mali et de la Mauritanie. Au Tchad, où le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère a plus que doublé au cours des derniers mois, un montant de 10 millions USD contribuera à fournir une sécurité alimentaire et une aide nutritionnelle à près d’un demi-million de personnes. Le Burkina Faso fait face à un regain d’insécurité et à la pire situation d’insécurité alimentaire des dernières années. Une dotation de 9 millions USD permettra de fournir une aide alimentaire et de traiter la malnutrition aiguë dans les zones les plus touchées. En Mauritanie, le CERF a alloué une somme de 4 millions USD pour entreprendre une aide alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’une aide au bétail et des services humanitaires aériens. Les 7 millions USD restants serviront à sauver des vies dans les zones les plus touchées du Mali, pays qui a également vu son insécurité alimentaire croître de 50 %, notamment en raison du conflit qui sévit toujours dans la région.

 


« Nous devons agir le plus tôt possible pour empêcher une catastrophe et apporter une aide aux populations les plus vulnérables le plus rapidement possible. La fenêtre d’opportunité pour aider ces populations lors de la saison des vaches maigres et les mois les plus difficiles est limitée. Le CERF est sans aucun doute le meilleur moyen d’aider, dans l’urgence, les personnes qui en ont le plus besoin. »

Mark Lowcock, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence


 

Des fonds supplémentaires sont nécessaires en urgence pour maintenir l’aide aux populations concernées. « Je remercie tous les donateurs pour leur généreuse contribution au CERF. Sans eux, nous n’aurions pas pu fournir cette aide urgente » déclare monsieur Lowcock. « Mais les financements du CERF ne suffisent pas à eux seuls pour faire face à cette crise. J’en appelle donc à tous les donateurs à redoubler d’efforts pour éviter une aggravation de la situation. Si nous répondons actuellement aux besoins immédiats des femmes, des enfants et des hommes pour assurer leur survie, nous devons en même temps nous assurer que nos interventions contribuent à des solutions à long terme et à la résilience des populations du Sahel. » C’est 1,37 milliard USD qui est nécessaire pour aider les populations les plus vulnérables des zones où sévit la sécheresse au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal.

Fin mai, les appels conjoints dans ces pays n’étaient financés qu’à hauteur de moins de 20 %. Une insécurité croissante, notamment des conflits interminables près du bassin du Lac Tchad et au Mali, a déraciné des centaines de milliers de familles du Sahel, faisant de cette région du monde la zone en proie aux pires crises humanitaires de la planète. Près d’une personne sur cinq dans le monde ayant besoin d’une aide humanitaire vit au Sahel.

Depuis 2017, le CERF a alloué plus de 100 millions USD pour financer des interventions et sauver des vies face à des crises humanitaires dans la région.

Post A Comment

No Comments