SUN Newsletter
Home / Actualités / Le Japon aide le Programme alimentaire mondial à intensifier son programme de nutrition au Ghana

Le Japon aide le Programme alimentaire mondial à intensifier son programme de nutrition au Ghana

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

© Ambassade du Japon au Ghana

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a reçu une contribution de 5 millions de dollars US du gouvernement japonais, qui permettra d’intensifier un important programme de lutte contre la dénutrition, les carences en micronutriments et l’obésité au Ghana.

« Nous sommes extrêmement reconnaissants du don généreux du Japon qui permettra à un plus grand nombre de femmes enceintes et allaitantes, d’enfants et d’adolescentes d’avoir accès à des aliments nutritifs », a déclaré Rukia Yacoub, représentante et directrice pays du PAM au Ghana. « En 2019, nous étendrons le programme de la région du Nord, où il est actuellement mis en œuvre, à la région Ashanti, qui compte également un grand nombre d’enfants souffrant d’un retard de croissance », a-t-elle ajouté.

Les femmes qui n’ont pas suffisamment de moyens recevront des bons d’achat électroniques pour des mélanges spéciaux de maïs et de soja produits localement, enrichis en vitamines et en minéraux. Les enfants recevront des compléments alimentaires spéciaux produits au Ghana, dont l’un est élaboré par une entreprise privée japonaise.

La région du Nord du Ghana affiche le taux de retard de croissance le plus élevé du pays, un enfant sur trois souffrant d’un retard de croissance, alors que la moyenne nationale est de un sur cinq. Elle est suivie par la région Ashanti.

Le retard de croissance est causé principalement par une alimentation et des soins insuffisants au cours de cette période cruciale que sont les 1 000 premiers jours de vie et entraîne souvent des troubles du développement physique et cognitif qui, à leur tour, diminuent la productivité et les possibilités de revenus plus tard dans la vie.

Selon l’étude « Le coût de la faim en Afrique », le Ghana perd chaque année 6,4 % de son PIB, soit une perte estimée à 4,6 milliards de cédis ghanéens (2,6 milliards de dollars US) en 2012, en raison des coûts associés à la dénutrition infantile.

 

Informations complémentaires : site web du PAM

Post A Comment

No Comments