SUN Newsletter
Home / Actualités / Le Népal lance la deuxième phase de son Plan de nutrition multisectoriel

Le Népal lance la deuxième phase de son Plan de nutrition multisectoriel

  |   Réseau des pays SUN

Le 14 décembre 2017, le Népal a lancé la deuxième phase de son Plan de nutrition multisectoriel (2018-2022), qui cible les femmes, les enfants et les adolescentes dans le pays. Ce plan (MSNP II) a été soutenu et approuvé par le cabinet du gouvernement du Népal le 19 novembre 2017. Deepak Bohara, ministre de la Santé, a lancé le plan lors d’une cérémonie organisée à Katmandou par la Commission nationale de planification.

Au Népal, près de 36 % des enfants souffrent de retard de croissance, 10 % de dépérissement et près de 53 % d’anémie. 41 % des femmes en âge de procréer souffrent d’anémie et 17 % de carences énergétiques à long terme. Ces statistiques varient selon la région et la catégorie sociale. Le gouvernement du Népal a pour ambition de réduire le taux de retard de croissance, de 36 à 24% d’ici à 2025 et de 24 à 14 % d’ici à 2030.

Le coût de mise en œuvre de la deuxième phase du plan de nutrition multisectoriel s’élève à près de 470 millions de dollars US. La Commission nationale de planification a réparti ce budget dans les sept domaines suivants : éducation, santé, agriculture, élevage, eau potable et assainissement, femmes et enfants, et prestations sociales et gouvernance locale. Selon les estimations, ce budget sera couvert à hauteur de 59 % par le gouvernement et à hauteur de 41% par divers partenaires au développement.

 


« La nutrition est fondamentale pour garantir le bien-être général des enfants. Nous devons plus particulièrement soutenir les adolescents et les femmes et dès lors intervenir dans le domaine de la santé ainsi que dans d’autres domaines s’y rapportant, à savoir l’agriculture, le développement de l’élevage, l’éducation, l’eau, l’assainissement, les femmes, les enfants, l’action sociale et le développement local. Pour mettre en œuvre le MSNP II, les autorités doivent coordonner leurs efforts à l’échelle fédérale, provinciale et locale. »

Deepak Bohara, ministre de la Santé


 

« La sous-nutrition est un problème majeur au Népal où près de 36 % des enfants de moins de cinq ans souffrent de retard de croissance (leur taille est insuffisante par rapport à leur âge), ce qui a des conséquences graves, irréversibles et durables. Swarnim Wagle, vice-président de la Commission nationale de planification et président du Comité directeur de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition, qui met l’accent sur les avancées accomplies lors de la première phase du plan, a déclaré qu’il était important de lutter contre la malnutrition de manière intégrée pour remédier aux défaillances de coordination qui surgissent généralement lors des interventions multisectorielles. « La deuxième phase du plan de nutrition multisectoriel a été élaborée dans l’optique de poursuivre les avancées accomplies lors de la première phase (2013-2017) », a déclaré M. Wagle. « Ce nouveau plan lié à la santé et à la nutrition vise à contribuer de manière décisive à l’atteinte des Objectifs de développement durable d’ici à 2030 et à tirer profit des effets bénéfiques du dividende démographique en procédant dès à présent à des investissements pour améliorer la santé et la productivité économique des futures générations. »

Le professeur Geeta Bhakta Joshi, membre de la Commission nationale de planification et également coordinateur du Comité de coordination de la nutrition et de la sécurité alimentaire, a présenté les objectifs, les stratégies et les programmes prévus. La deuxième phase du plan vise à augmenter le nombre de centres de prestation de services et à intensifier les services spécifiques à la nutrition et ceux y contribuant, ainsi que les moyens qui y sont dévolus à l’échelle fédérale, provinciale et locale.

 

« L’Union européenne est fière de soutenir les efforts déployés par le Népal pour améliorer la situation en matière de nutrition dans le pays », a déclaré l’ambassadrice européenne, Veronica Cody. « En concentrant nos efforts, nous devrions parvenir à éradiquer la malnutrition dans le pays, qui alourdit le poids de la maladie et entraîne également une perte de capital humain et de productivité économique à l’échelle nationale. Dans un premier temps, les enfants sous-alimentés souffrent de déficiences intellectuelles irréversibles et d’un retard de croissance, puis ils rencontrent des difficultés scolaires et des problèmes de santé lorsqu’ils ont l’âge de travailler. Au bout du compte, les familles et les populations se retrouvent démunies et les systèmes de soins de santé sont débordés. »

Le plan est mis en œuvre par le gouvernement népalais, en collaboration avec différents partenaires au développement. L’UNICEF aide le gouvernement du Népal, avec le soutien financier de l’Union européenne, à déployer le plan à plus grande échelle à l’aide du programme Poshanka Laagi Hatemalo qui vise à améliorer la situation en matière de nutrition dans 308 collectivités locales (30 districts). De la même façon, la Banque mondiale soutient les efforts déployés par le gouvernement dans la lutte contre la malnutrition dans le cadre du programme Sunaulo Hazar Din dans 15 districts. Un projet en faveur de l’agriculture et de la sécurité alimentaire est mis en œuvre dans 19 districts. L’USAID aide également le gouvernement à mettre en œuvre le programme Suaahara dans 40 districts. D’autres projets, tels que Sabal, Pahal et Kissan, qui sont financés par l’USAID, sont en cours de mise en œuvre dans respectivement 11, 14 et 16 districts.

 

Informations complémentaires

• Mise en œuvre de la deuxième phase du plan de nutrition multisectoriel (Katmandu Post)

Post A Comment

No Comments