SUN Newsletter
Home / Actualités / Le nombre d’enfants en situation de malnutrition aiguë sévère a plus que doublé cette année en Haïti.

Le nombre d’enfants en situation de malnutrition aiguë sévère a plus que doublé cette année en Haïti.

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Haïti : le manque de financement menace la vie de près de 86 000 enfants.

© UNICEF/Moreno Gonzalez

Le nombre d’enfants âgés de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aiguë sévère en Haïti risque de plus que doubler cette année, avertit le directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Jean Gough, alors qu’il clôt une visite sur le terrain de 7 jours aujourd’hui même.

L’on estime que plus de 86 000 enfants haïtiens pourraient souffrir de malnutrition aiguë sévère cette année, contre 41 000 l’an dernier, et pourraient en mourir si une aide urgente ne leur est pas prodiguée. L’UNICEF pousse un cri d’alarme face à une flambée de la malnutrition au cours de l’année passée et s’inquiète de la pénurie d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi dans les semaines à venir.

Selon Jean Gough, directeur régional de l’UNICEF pour l’Amérique latine et les Caraïbes : « En l’espace d’à peine un an, le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë en Haïti pourrait doubler. Je me suis rendu dans les hôpitaux et ai constaté avec effroi qu’un très grand nombre d’enfants souffrent de malnutrition. Certains ne s’en remettront pas à moins de recevoir un traitement dans les plus brefs délais. »

La vie des enfants en Haïti est sous la menace croissante de la pandémie, mais aussi de violences toujours plus intenses, d’un manque d’accès à des services de nutrition préventifs et à l’eau potable. Ils souffrent également d’un manque d’hygiène et sont en proie à des phénomènes météorologiques extrêmes exacerbés par le changement climatique, comme les ouragans.

En temps de COVID-19, l’interruption des services de santé et la peur qui s’est emparée des parents ont provoqué un recul notable des taux d’immunisation des enfants l’an dernier, qui oscille désormais entre 28 % pour certains antigènes de vaccins à 44 % pour d’autres types d’immunisation. Selon l’UNICEF, 9,7 % des enfants haïtiens n’ont pas reçu de vaccination et 58 % ne sont pas totalement vaccinés. Parmi ces derniers, 42 % vivent dans des zones métropolitaines pauvres où l’accès des enfants à des services essentiels fait cruellement défaut et où règne la violence.

Ce recul de l’immunisation des enfants a entraîné une recrudescence de la diphtérie et accroît les risques de flambée de rougeole cette année. Ces enfants non vaccinés sont également plus à même de souffrir de malnutrition, voire d’en mourir.

La malnutrition aiguë chez les enfants de moins de 5 ans a augmenté de 61 % au cours de l’année passée en Haïti. Selon des estimations de l’Aperçu des besoins humanitaires (Humanitarian Needs Overview), en 2021, ce sont près de 217 000 enfants haïtiens qui risquent de souffrir de malnutrition aiguë contre 134 000 au cours de la même période l’an passé. Rien qu’au cours des 3 premiers mois de cette année, le nombre d’enfants admis pour malnutrition aiguë sévère dans des infrastructures de soins en Haïti a augmenté de 26 % par rapport à l’an dernier.

Un haïtien sur quatre est actuellement en situation d’insécurité alimentaire aiguë. L’IPC (Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire) estime que de mars à juin 2021, près de 4,4 millions de personnes étaient en état d’insécurité alimentaire en Haïti, dont 1,9 million d’enfants. La saison des ouragans à venir ne fera que compliquer un accès à une alimentation nutritive déjà difficile.

Jean Gough insiste : « La malnutrition aiguë sévère peut et doit être traitée dès maintenant pour sauver des vies d’enfants en Haïti. Nous ne pouvons détourner le regard et ignorer l’une des crises humanitaires qui manque le plus de financement dans la région. Sans des fonds supplémentaires urgents dans les prochaines semaines, il sera mis fin au traitement vital que nous fournissons contre la malnutrition et des enfants risquent de mourir. »

 

En 2020, l’UNICEF, avec l’aide de gouvernements et de partenaires, a soigné 33 372 enfants haïtiens souffrant de malnutrition aiguë en leur fournissant des médicaments et des fournitures nutritionnelles. En juin 2021, l’UNICEF va manquer d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (RUTF) permettant de traiter la nutrition aiguë, et ce en raison d’un manque de financement. L’UNICEF a besoin, dans l’urgence, de 3 millions USD pour acheter des fournitures et des médicaments essentiels et poursuivre ses programmes de traitement et de prévention. Sans cet argent, des milliers d’enfants haïtiens ne bénéficieront plus de cette aide qui leur est vitale.

Jean Gough ajoute : « Dans un environnement aussi précaire qu’Haïti, chaque enfant que nous sauvons aujourd’hui n’est hélas pas définitivement tiré d’affaire : en plus de traiter la malnutrition, nous devons la prévenir pour l’empêcher de frapper à nouveau. C’est en prodiguant toujours plus de soutien et de soins aux familles que nous parviendrons à renforcer la confiance des communautés dans l’immunisation régulière et permettrons aux foyers d’accéder à des services nutritionnels quotidiens. Cela m’a mis du baume au cœur lorsque j’ai vu des parents venir au centre de soins pour vacciner leurs enfants. Un enfant vacciné, bien alimenté et en bonne santé aura de meilleures notes à l’école et sera un adulte plus productif. Construire l’avenir du pays commence dès aujourd’hui par une lutte acharnée contre la malnutrition chronique. »

Pour l’année 2021, l’UNICEF a besoin de 48,9 millions USD pour satisfaire les besoins humanitaires de 1,5 million de personnes en Haïti, dont 700 000 enfants, faisant face à une situation difficile exacerbée par la pandémie de COVID-19. Jusqu’à maintenant, cet appel humanitaire est resté sans réponse.

Post A Comment

No Comments