SUN Newsletter
Home / Actualités / Le PAM annonce une augmentation massive du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde à cause des répercussions socioéconomiques de la pandémie de COVID-19

Le PAM annonce une augmentation massive du nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde à cause des répercussions socioéconomiques de la pandémie de COVID-19

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Distribution de nourriture à El Salvador – PAM / David Fernandez

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) annonce une augmentation massive du nombre de personnes souffrant de la faim qu’il prévoit d’aider à travers le monde alors que les effets socioéconomiques dévastateurs de la pandémie de COVID-19 poussent des millions de personnes supplémentaires vers l’insécurité alimentaire dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

« La ligne de front dans la bataille contre le coronavirus se déplace des pays riches vers les pays pauvres », a déclaré David Beasley, Directeur exécutif du PAM et membre du Groupe principal du Mouvement SUN.

« Tant que nous n’avons pas de vaccin, la nourriture est le meilleur remède contre le chaos. Sans elle, nous risquons d’assister à une envolée des troubles sociaux et des protestations, à une hausse des migrations et des conflits et à une sous-alimentation généralisée chez des populations qui étaient jusque là à l’abri de la faim ».

Pour endiguer la recrudescence de la faim, le PAM entreprend la plus grande intervention humanitaire de son histoire, faisant passer le nombre de bénéficiaires du nombre record de 97 millions en 2019 à près de 138 millions. Un financement durable est toutefois indispensable de toute urgence pour affronter les conséquences immédiates de la pandémie sur les plus vulnérables et soutenir les gouvernements et les partenaires dans leurs efforts visant à infléchir la courbe de propagation et à faire face aux retombées de la pandémie. Le PAM lance un appel pour rassembler 4,9 milliards de dollars US au cours des six prochains mois et sauver des vies dans 83 pays.

Les projections antérieures du PAM sur le nombre de personnes susceptibles de basculer dans l’insécurité alimentaire du fait de la COVID-19 ont été affinées grâce à un suivi et à des évaluations en temps réel. Les nouvelles estimations du PAM montrent que le nombre de personnes souffrant de la faim dans les pays où il opère pourrait atteindre 270 millions avant la fin de l’année – une hausse de 82 % par rapport à la période précédant la pandémie.

La crise survient alors que le nombre de personnes en situation de grave insécurité alimentaire dans le monde a déjà augmenté de près de 70 % au cours des quatre dernières années en raison des effets du changement climatique et des conflits et des chocs socioéconomiques dans des régions du monde jusque là épargnées par de graves niveaux d’insécurité alimentaire.

Les conséquences de la pandémie se font le plus sentir en Amérique latine, où le nombre de personnes nécessitant une aide alimentaire a presque triplé, et dans les communautés urbaines des pays à revenu faible et intermédiaire, qui sont entraînées vers la misère par les pertes d’emplois et la chute brutale des envois de fonds. On observe aussi des pics de la faim en Afrique de l’Ouest et Afrique centrale, où le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a bondi de 135 %, de même qu’en Afrique australe, où on a enregistré une hausse de 90 %.

 

Le niveau d’infection au coronavirus s’accroît au moment même où les réserves alimentaires sont déjà faibles dans certaines parties du monde. À cette période de l’année, de nombreux agriculteurs attendent les nouvelles récoltes. Les saisons des ouragans et de la mousson commencent, tandis que des invasions record de criquets s’abattent sur l’Afrique de l’Est et que de nouveaux conflits éclatent, venant assombrir des perspectives déjà difficiles pour les personnes souffrant de la faim à travers le monde.

« Cette crise sans précédent exige une réponse sans précédent. Si nous ne réagissons pas rapidement et efficacement à cette menace virale, le résultat se mesurera en pertes de vies humaines inadmissibles et les efforts pour faire reculer la recrudescence de la faim dans le monde seront anéantis », a observé M. Beasley.

Les nouvelles formes de la faim appellent des réponses spécialisées, avec une forte augmentation des transferts en espèces et une priorité placée sur les milieux urbains. Plus de la moitié du nouveau plan d’intervention du PAM prendra la forme d’aides financières et de bons d’achats pour permettre aux communautés urbaines de satisfaire leurs besoins alimentaires sur les marchés locaux tout en stimulant l’économie.

En plus de fournir une assistance vitale aux premières lignes de la lutte contre la faim, le PAM est particulièrement bien placé pour aider les gouvernements à accompagner et à autonomiser les communautés vulnérables en soutenant les systèmes de protection sociale, l’accès aux services scolaires et nutritionnels de base et les systèmes alimentaires.

Post A Comment

No Comments