SUN Newsletter
Home / Actualités / Le PAM et l’UNICEF exhortent les gouvernements à prévenir la faim chez les enfants pendant la pandémie du COVID-19

Le PAM et l’UNICEF exhortent les gouvernements à prévenir la faim chez les enfants pendant la pandémie du COVID-19

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

© UNICEF/Kaliyev

Compte tenu de la fermeture des écoles en raison de la pandémie du COVID-19, le PAM et l’UNICEF exhortent les gouvernements à agir maintenant afin de garantir l’avenir des 370 millions d’enfants dans le monde qui dépendent des repas scolaires. Le Programme alimentaire Mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) craignent que la crise n’ait des conséquences dévastatrices sur la nutrition et la santé de ces jeunes vies.

« Pour des millions d’enfants dans le monde, le repas fourni à l’école est le seul repas de la journée. S’ils en sont privés, ils ont le ventre vide et risquent de tomber malades, d’abandonner l’école et de passer à côté de la meilleure chance qu’ils ont de sortir de la pauvreté », a déclaré David Beasley, directeur exécutif du PAM. « Nous devons agir immédiatement si nous voulons éviter que cette crise sanitaire ne devienne une catastrophe alimentaire. »

L’école comme filet de sécurité

Les repas scolaires jouent un rôle particulièrement fondamental pour les filles, selon les deux partenaires. Dans les pays pauvres, certains parents envoient leur fille à l’école en lui promettant qu’elle y recevra un repas. Cela permet aux filles d’échapper aux corvées ménagères ou même à un mariage précoce forcé. L’école est bien plus qu’un lieu d’apprentissage, car les enfants des pays pauvres bénéficient souvent des services de santé qui y sont dispensés, tels des services de vaccination et de traitement vermifuge.

« Pour de nombreux enfants, c’est une bouée de sauvetage en matière de sécurité, de santé et de nutrition », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF. « Si nous n’agissons pas maintenant – en renforçant les services qui sauvent des vies pour les enfants les plus vulnérables – nous subirons les retombées dévastatrices du COVID-19 pendant plusieurs décennies. »

Un regard vers l’avenir

Le PAM et l’UNICEF collaborent avec les gouvernements afin de venir en aide aux enfants déscolarisés, conformément à un récent rapport du Secrétaire général des Nations Unies qui souligne les effets de la pandémie sur les repas scolaires, qui sont souvent le seul apport quotidien fiable que les enfants peuvent espérer recevoir. Ils fournissent aux enfants de près de 70 pays des rations à emporter à la maison, des bons alimentaires ou des transferts en espèces en remplacement des repas scolaires.

Dans les mois à venir, les agences des Nations Unies aideront également les gouvernements à veiller à ce que les enfants bénéficient de repas scolaires et de programmes de santé lors de la réouverture des établissements d’enseignement. Cette mesure incitera ainsi les parents à renvoyer leurs enfants à l’école. Toutefois, les partenaires auront besoin de 600 millions d’USD pour mener à bien ce travail, qui bénéficiera dans un premier temps à 10 millions d’enfants dans 30 pays à revenu faible ou en situation de fragilité.

 

Post A Comment

No Comments