SUN Newsletter
Home / Actualités / Le réseau des Nations Unies pour le SUN renforce sa présence au Burundi

Le réseau des Nations Unies pour le SUN renforce sa présence au Burundi

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

© UN Network Secretariat / Chloé Denavit

Les membres du réseau des Nations unies pour le SUN se sont réunis à Bujumbura du 30 juillet au 1er août 2018, impatients que leur soient révélés les résultats préliminaires d’un inventaire de la nutrition des Nations Unies récemment mené au Burundi. L’évènement ambitionnait d’exploiter ces résultats afin de renforcer la collaboration des Nations Unies en matière de planification, de ciblage, de mise en œuvre et de suivi-évaluation. Le facilitateur de l’initiative REACH au Tchad en était le modérateur et il a profité de ce moment pour présenter la manière dont l’exercice a incité au changement et à la transformation dans d’autres régions.

L’expérience démontre que l’inventaire, exercice stratégique soutenu par le Secrétariat du réseau des Nations Unies, est un moyen d’élargir l’adhésion au réseau des Nations Unies à d’autres agences de l’ONU, mobilisant ainsi davantage le système des Nations Unies pour un impact nutritionnel encore plus fort. Il s’agit d’une victoire non seulement pour la nutrition mais également pour le développement durable, sachant que la nutrition est un facteur clé. Inspirées par les résultats initiaux de l’inventaire du Burundi, quatre autres agences des Nations Unies (le –PNUD, le FNUAP, l’UNHCR et ONU Femmes) ont manifesté leur volonté de participer à l’exercice, d’où une seconde vague de collecte de données qui s’ajouteront à celles des autres agences des Nations Unies, fournissant une vue d’ensemble encore plus complète du soutien des Nations Unies à la nutrition au Burundi. À la fin de l’évènement, trois d’entre elles ont officiellement annoncé qu’elles rejoignaient le réseau des Nations unies dans le pays et une quatrième est susceptible d’en faire de même.

L’inventaire prend en compte le large éventail de mesures favorisant des résultats positifs en matière de nutrition, allant de l’élevage des animaux à la diffusion d’informations et de conseils sur l’allaitement, en passant par la prévention des grossesses non désirées chez les adolescentes, les impôts et les allocations de soutien à une bonne nutrition, la supplémentation en vitamine A, le traitement des eaux usées, les transferts d’argent et la protection de la maternité. Ces mesures s’étendent à différents secteurs comme l’agriculture, l’éducation, la santé, le travail, la protection sociale, les programmes WASH et l’autonomisation des femmes, ainsi qu’à plusieurs agences des Nations Unies.

Les données, initialement recueillies auprès de cinq agences des Nations Unies participantes (la FAO, le FIDA, l’UNICEF, le PAM et l’OMS) ont été utilisées pour concevoir des présentations illustrant les manques et les chevauchements afin d’encourager les discussions axées sur la mise en œuvre de mesures et abordant les possibilités d’accroître les synergies entre les agences des Nations Unies. Cela a de même permis aux acteurs des Nations Unies de parler et d’agir de concert dans le domaine de la nutrition.

Au Burundi, tout comme dans les autres pays où l’inventaire a été mené, ces résultats ont permis de mieux comprendre les initiatives des agences des Nations Unies en soutien à une bonne nutrition. Une très bonne compréhension de leurs efforts particuliers est essentielle pour l’ensemble du réseau des Nations Unies, mais aussi et surtout pour atteindre les objectifs ambitieux de nutrition. Restez à l’écoute pour découvrir les principales idées de l’ensemble de l’analyse.

Post A Comment

No Comments