SUN Newsletter
Home / Actualités / Le roi Letsie III du Lesotho réaffirme le rôle d’ambassadeur de la nutrition des dirigeants africains

Le roi Letsie III du Lesotho réaffirme le rôle d’ambassadeur de la nutrition des dirigeants africains

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des donateurs SUN, Réseau des pays SUN

© Photo : Groupe de la Banque africaine de développement

Sa Majesté le roi Letsie III du Royaume du Lesotho s’est engagé à rassembler les chefs d’État et les ministres des Finances africains et à s’engager auprès d’eux pour soutenir l’initiative des dirigeants africains pour la nutrition (ALN) lors du prochain Sommet de l’Union africaine en janvier 2019.

Cette annonce fait suite à une visite conjointe au Royaume du Lesotho de madame Oley Dibba-Wadda, directrice du capital humain, de la jeunesse et du développement des compétences de la Banque africaine de développement, et de Margaret Agama-Anyetei, responsable de la division santé, nutrition et population du département des affaires sociales de l’Union africaine.

 « Les efforts que nous déployons conjointement avec l’ambassadeur de la nutrition de l’Union africaine, Sa Majesté le roi Letsie, viennent renforcer ceux que nous réalisons au sein de la Banque africaine de développement par le biais de l’initiative des dirigeants africains pour la nutrition et qui visent à faire progresser la nutrition en Afrique et à construire et protéger l’infrastructure de la matière grise en Afrique », a déclaré madame Oley Dibba-Wadda.

Le mouvement des dirigeants africains pour la nutrition est un mouvement politique de haut niveau soutenu par le président de la Banque africaine de développement, monsieur Akinwumi Adesina, et l’ancien président John Kufuor, du Ghana. Il vise à renforcer la volonté politique de s’attaquer aux causes profondes complexes de la malnutrition et à susciter des engagements politiques et financiers concrets, pour mettre fin au fardeau qu’elle représente.

De nouvelles données indiquent que l’Afrique est la région qui, entre 2012 et 2017, a enregistré le moins de progrès dans la réduction des retards de croissance, tandis que des progrès tangibles ont été réalisés dans la plupart des régions du monde. Sans une multiplication des efforts, nous risquons d’être loin d’atteindre l’Objectif de développement durable d’élimination de la faim d’ici à 2030.

 

Près de 59 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance en Afrique. L’impact de ce retard est durable, irréversible et il affecte l’« infrastructure de la matière grise » et le développement physique des enfants, en particulier pendant les 1000 premiers jours de leur vie, de la conception à l’âge de 2 ans. Selon les études sur le Coût de la faim en Afrique, les pertes économiques attribuées à la dénutrition infantile varient de 1,9 % à 16,5 % dans les différents pays d’Afrique.Cette situation entrave la croissance économique et le développement social de l’Afrique..

Les chefs d’État africains ont fait preuve d’une volonté politique forte en adoptant l’initiative des dirigeants africains pour la nutrition lors de l’Assemblée des chefs d’état et de gouvernement de l’Union africaine qui s’est tenue à l’occasion du 30e Sommet de l’Union africaine, en janvier 2018. Une telle adoption constitue un engagement sans précédent susceptible de se concrétiser par des engagements qui se traduiront par une amélioration de la nutrition.

 « Cette adoption a non seulement réaffirmé l’engagement de l’Union africaine à éliminer la faim et les retards de croissance chez les enfants africains d’ici 2025, mais elle reconnaît également à Sa Majesté le roi Letsie III la qualité de défenseur de la nutrition de l’Union africaine que l’initiative des dirigeants africains pour la nutrition doit soutenir et avec qui elle se doit de collaborer », a déclaré madame Agama-Anyetei, qui a décrit l’initiative des dirigeants africains pour la nutrition comme une incitation au changement de politique et à l’action en faveur de la nutrition en Afrique.

Dans le cadre de discussions entre la Banque africaine de développement et le roi Letsie III sur le Plan d’engagement des défenseurs de l’initiative des dirigeants africains pour la nutrition, ils ont convenu de domaines de collaboration et de possibilités stratégiques clés permettant au roi Letsie III d’œuvrer en vue du Sommet mondial sur la nutrition, qui se déroulera au Japon en 2020.

« C’est une excellente occasion de renforcer le dialogue entre les dirigeants africains sur la responsabilité et les investissements en matière de nutrition, une conversation habituellement discrète, mais néanmoins réellement importante afin d’accroître et faire connaître les réussites en matière de nutrition en Afrique », indique madame Oley Dibba-Wadda. Il s’agit d’un moment historique pour stimuler et forger un mouvement politique, et donner une réelle impulsion pour faire progresser la nutrition.

Article publié par la Banque africaine de développement 

 

Post A Comment

No Comments