SUN Newsletter
Home / Actualités / Le Rwanda se lance dans la lutte contre la malnutrition avec l’aide du Japon

Le Rwanda se lance dans la lutte contre la malnutrition avec l’aide du Japon

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des pays SUN

Vendredi, les gouvernements du Japon et du Rwanda se sont entendus sur un prêt japonais de 10 milliards de yens (environ 91 millions de dollars (USD) ou 83 milliards de francs rwandais) appuyant les politiques sectorielles pour l’amélioration de la nutrition par la transformation de l’agriculture dans le cadre de l’effort de lutte contre la malnutrition entrepris par le Rwanda.

L’accord de prêt a été signé par Takayuki Miyashita, ambassadeur du Japon au Rwanda, Dr Uzziel Ndagijimana, ministre des Finances du Rwanda et Shin Maruo, représentant de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) au Rwanda.

Étalé sur trois ans, le programme sera mené par le ministère de l’Agriculture et des Ressources animales, le Programme national de développement de la petite enfance (NECDP), le Conseil de développement de l’agriculture et des ressources animales du Rwanda (RAB) et le Centre biomédical du Rwanda (RBC).

« Cela permettra à ces institutions de définir des lignes directrices agricoles tenant compte de la nutrition et d’accroître la disponibilité d’aliments riches en protéines grâce au programme de distribution de petit bétail, bien que cela nécessite une planification et l’établissement d’un budget pour chaque étape » a expliqué Jean-Claude Musabyimana, secrétaire permanent au ministère de l’Agriculture.
Le ministre Ndagijimana a déclaré que ce financement était soumis à un délai qui stimulera la nutrition au moyen d’une transformation agricole, tout en permettant au Rwanda de faire progresser la recherche en matière d’amélioration de la production d’aliments nutritifs, de mener une campagne de sensibilisation des communautés et d’obtenir le soutien de diverses institutions.

« Il s’agit du premier prêt à l’appui des politiques sectorielles (SPL) qu’octroie le Japon au gouvernement rwandais. Ce dernier dispose d’un délai maximal de 40 ans pour rembourser ce prêt à un taux d’intérêt de 0,01 % et avec un délai de grâce de 10 ans. Je suis certain que nous en ferons très bon usage » a précisé le ministre Ndagijimana.

D’après le ministère des Finances, le Rwanda a enregistré une baisse du taux de retard de croissance chez les enfants âgés de 6 mois à 5 ans de 42 % en 2012 à 35 % en 2018. Il ne s’agit cependant que d’une diminution de 7 % en l’espace de 6 ans, bien loin de l’objectif qu’a le Rwanda de passer sous la barre des 19 % d’ici l’année fiscale 2023/2024.

Malgré une croissance substantielle de la production agricole au cours des 10 dernières années, la sécurité alimentaire et la nutrition restent une source d’inquiétude, en particulier au niveau de la vulnérabilité des ménages aux chocs.

Le programme sera mis en œuvre par le ministère de l’Agriculture et des Ressources animales (MINAGRI), le Programme national de développement de la petite enfance (NECDP), le Conseil de développement de l’agriculture et des ressources animales du Rwanda (RAB) et le Conseil biomédical du Rwanda (RBC), sous la supervision de MINECOFIN. Prévu de 2019 à 2021, il sera principalement axé sur deux éléments : la sécurité alimentaire et la coordination multisectorielle.

Informations complémentaires

Signature de l’accord de prêt japonais d’APD entre le Rwanda et l’Agence japonaise de coopération internationale

Post A Comment

No Comments