SUN Newsletter
Home / Actualités / L’édition 2020 du rapport « La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture » pose un nouveau regard sur la question des pénuries d’eau et de la rareté de cette ressource dans le monde

L’édition 2020 du rapport « La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture » pose un nouveau regard sur la question des pénuries d’eau et de la rareté de cette ressource dans le monde

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Plus de 3 milliards de personnes vivent dans des régions agricoles qui connaissent des niveaux élevés à très élevés de pénurie d’eau ou de rareté de l’eau, et presque la moitié d’entre elles sont confrontées à de graves contraintes hydriques. Par ailleurs, les ressources en eau douce disponibles, par personne, ont diminué de plus de 20 % ces vingt dernières années au niveau mondial. Il faudra dès lors produire plus avec moins, en particulier dans le secteur agricole, le plus gros utilisateur d’eau dans le monde.

Une meilleure gestion des ressources en eau, prenant appui sur une gouvernance efficace et de solides institutions – y compris des droits d’usage et des régimes fonciers applicables à l’eau sur lesquels les gens puissent compter et qui reposent sur la comptabilité et l’audit de l’eau – est une condition essentielle à la sécurité alimentaire et à la nutrition dans le monde, ainsi qu’à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), selon le rapport « La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture (SOFA 2020) », une publication phare de l’Organisation de Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), parue aujourd’hui.

« Par le présent rapport, la FAO envoie un message fort : si nous tenons à respecter l’engagement qui a été pris de réaliser les ODD, alors nous devons nous attaquer vigoureusement et sans attendre aux pénuries d’eau et à la rareté de l’eau dans le secteur agricole », a déclaré le directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, dans l’avant-propos du rapport.

Les mesures possibles sont multiples, depuis l’investissement dans des techniques de collecte et de conservation de l’eau dans les zones pluviales jusqu’à la remise en état et la modernisation des systèmes d’irrigation dans les zones irriguées. En complément de ces mesures, il faut aussi mettre en place de bonnes pratiques agronomiques, par exemple adopter des variétés qui supportent bien la sécheresse, et de meilleurs outils de gestion, parmi lesquels des outils efficaces de tarification et d’allocation des ressources en eau, comme des quotas et des droits d’usage, afin d’assurer un accès équitable et durable à l’eau. La comptabilité et l’audit de l’eau doivent toutefois constituer le point de départ de toute stratégie de gestion efficace.

Réaliser les engagements internationaux pris au titre des ODD, y compris l’objectif Faim zéro (ODD 2), « c’est encore possible », soulignent les auteurs du rapport, mais seulement si les ressources en eau douce et l’eau de pluie font l’objet d’une exploitation plus productive et plus durable dans le secteur agricole, lequel représente plus de 70 % des prélèvements d’eau dans le monde.

L’édition 1993 du rapport « La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture » portait aussi sur l’eau, et il est frappant de constater à quel point les conclusions auxquelles on était parvenu alors sont toujours vraies aujourd’hui. Le rapport de 1993 s’intéressait surtout à l’irrigation, tandis que la nouvelle édition élargit le champ de réflexion à la question de l’eau dans l’agriculture pluviale, qui couvre plus de 80 % des terres cultivées et assure 60 % de la production agricole dans le monde.

Une cartographie de l’eau

La FAO est l’organisme responsable de l’indicateur 6.4.2 des ODD, qui mesure la pression que l’activité humaine exerce sur les ressources naturelles en eau douce, et le rapport offre pour la première fois une représentation spatiale ventilée de la situation telle qu’elle se présente aujourd’hui. Cette représentation spatiale, jointe aux données rétrospectives sur la fréquence des sécheresses, permet de brosser un tableau plus général de la situation en ce qui concerne les contraintes hydriques qui pèsent sur la production alimentaire.

Environ 1,2 milliard de personnes, dont 44 % dans des zones rurales et le reste dans de petits centres urbains dispersés en zone rurale, vivent dans des régions où l’activité agricole est confrontée à de graves pénuries d’eau ou de graves situations de rareté de l’eau. Sur ce total, 40 % environ se trouvent en Asie de l’Est et du Sud-Est, et un pourcentage un peu plus élevé en Asie du Sud. L’Asie centrale ainsi que l’Asie occidentale et l’Afrique du Nord sont également gravement touchées, avec une personne sur cinq environ dans des zones agricoles soumises à des pénuries ou à une rareté de l’eau très élevées, contre 4 % seulement en Amérique latine et dans les Caraïbes, en Amérique du Nord, en Europe et en Océanie.

Environ 5 % des habitants de l’Afrique subsaharienne vivent dans des conditions analogues, ce qui signifie que 50 millions de personnes environ vivent dans des régions où une fois tous les trois ans de graves sécheresses ont des conséquences catastrophiques sur les cultures et sur les pâturages.

Environ 11 % des terres de culture pluviale, dans l’ensemble du monde, soit 128 millions d’hectares, subissent de fréquentes sécheresses, de même que 14 % des pâturages, soit 656 millions d’hectares. En ce qui concerne les terres irriguées, ce sont plus de 60 % (soit 171 millions d’hectares) qui sont soumises à un stress hydrique élevé. Onze pays, tous situés en Afrique du Nord ou en Asie, sont confrontés aux deux difficultés. Il est par conséquent nécessaire et même urgent d’adopter une solide comptabilité de l’eau, un système clair d’allocation des ressources en eau et des technologies modernes, et de passer à des cultures qui exigent moins d’eau.

En savoir plus : Comment relever le défi de l’eau dans l’agriculture – Site web de la FAO

Informations complémentaires

 

 

La situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture (SOFA 2020)
Télécharger

 

 

 

 

Post A Comment

No Comments