SUN Newsletter
Home / Actualités / L’égalité, ça marche aussi pour le Mouvement SUN : le rapport 2019 de l’initiative Global Health 50/50

L’égalité, ça marche aussi pour le Mouvement SUN : le rapport 2019 de l’initiative Global Health 50/50

  |   Secrétariat et Groupe principal du Mouvement SUN

Le rapport 2019 de l’initiative Global Health 50/50 passe en revue les politiques et pratiques en matière de genre de 198 organisations internationales actives dans le secteur de la santé, en mettant un accent particulier sur l’égalité des sexes sur le lieu de travail. En 2019, le Mouvement SUN est devenu l’une des 17 organisations les plus performantes en matière d’égalité des sexes.

L’initiative Global Health 50/50 est issue de la profonde frustration inspirée par le fait que les organisations internationales actives dans le domaine de la santé semblent affligées d’une forme insidieuse de cécité en matière d’égalité des sexes. Au niveau de l’ensemble du secteur, nous n’avons pas réussi à analyser ni à aborder le rôle joué par le genre dans la répartition du pouvoir et des privilèges, les opportunités et les attentes en matière d’évolution de carrière, ainsi que dans l’autonomisation des personnes en fonction du genre, pour qu’elles puissent exercer leur droit de bénéficier des meilleures normes possibles en matière de santé et de bien-être.

Le rapport de cette année, intituléL’égalité, ça marche (Equality Works),  s’est intéressé tout particulièrement à l’égalité des sexes sur le lieu de travail et aux politiques visant à prévenir le harcèlement sexuel, à favoriser les congés parentaux et les horaires flexibles, et a publié les différences en matière de rémunération ainsi que d’autres variables portant sur l’égalité des sexes dans les organisations, à la fois au niveau interne et dans leurs activités.

 


« Je pense que les organisations internationales du secteur de la santé peuvent montrer la voie vers un meilleur bien-être en créant des lieux de travail plus justes et plus équitables »

Mme Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande (extrait de l’avant-propos du rapport)


Les politiques sont nécessaires mais insuffisantes : il est temps de passer de la parole aux actes !


Les organisations ont été notées en fonction de la mise en place de politiques tenant compte de la problématique hommes-femmes et de certains indicateurs de pratique, notamment la ventilation des données par sexe, la communication des écarts de rémunération entre hommes et femmes et la parité au niveau des postes de direction et de conseil d’administration. Cette analyse offre une compréhension initiale essentielle pour savoir si une organisation dispose des politiques de base adéquates pour favoriser un lieu de travail équitable pour les hommes et les femmes et orienter des programmes tenant compte de la problématique hommes-femmes.

À l’avenir, cependant, il est clairement nécessaire que le secteur comprenne mieux dans quelle mesure (et comment) des politiques solides tenant compte des sexospécificités conduisent à des pratiques équitables et à de meilleurs résultats en matière de santé, ainsi qu’à des lieux de travail inclusifs, diversifiés et dignes. L’expérience laisse penser qu’une conduite éclairée, un personnel organisé et responsabilisé et un contrôle indépendant et rigoureux ont tous un rôle à jouer. Cependant, davantage de recherches qualitatives sont nécessaires pour comprendre ce qui fonctionne, tout comme il est urgent de mettre en œuvre de meilleures pratiques.

 

Post A Comment

No Comments