SUN Newsletter
Home / Actualités / Les chercheurs en Tanzanie renforcent les connaissances en nutrition pour les interventions en matière de nutrition au niveau local

Les chercheurs en Tanzanie renforcent les connaissances en nutrition pour les interventions en matière de nutrition au niveau local

  |   Réseau des donateurs SUN
Jeanne Moseley, Luitfrid Nnally, Clara Mollay, Rebecca Stoltzfus and Rune Philemon brainstorm potential goals for community nutrition in rural Tanzania during workshops with Cornell Division of Nutritional Sciences faculty members and researchers on Cornell's campus. PHOTO: Mark Vorreuter/College of Human Ecology

Jeanne Moseley, Luitfrid Nnally, Clara Mollay, Rebecca Stoltzfus et Rune Philemon mènent une réflexion sur les objectifs potentiels pour la nutrition communautaire en Tanzanie rurale lors d’ateliers avec les membres de la Division Cornell de la faculté des sciences de la nutrition et des chercheurs sur le campus de l’Université Cornell. PHOTO : Mark Vorreuter / Collège d’écologie humaine

Du 19 au 30 octobre 2015, des chercheurs de cinq institutions se sont réunis pour la deuxième phase d’un projet visant à améliorer les interventions nutritionnelles de sauvetage et l’éducation au niveau local en Tanzanie.

La première phase du partenariat, tenue en 2014, a évalué les connaissances du personnel médical et éducatif communautaire et de niveau de district ainsi que d’autres parties prenantes en matière de nutrition dans plusieurs communautés tanzaniennes. La deuxième phase a examiné l’élaboration d’un programme de nutrition innovant et les meilleurs moyens de l’appliquer au profit des travailleurs de la nutrition en Tanzanie et des autres parties prenantes en 2016.

« Pour ce qui est de la politique nationale, la Tanzanie est un très bon exemple d’approche très avant-gardiste avec sa stratégie nationale de nutrition dans laquelle la nutrition occupe une place prioritaire dans l’agenda de développement, tout comme la sécurité alimentaire, l’alimentation saine, l’alimentation du nourrisson et la bonne nutrition des mères … mais quand nous sommes allés au niveau communautaire, nous avons constaté ce grand écart et le manque d’informations ». – Rebecca Stoltzfus, professeur de sciences nutritionnelles à Cornell et directeur du Programme de santé mondiale au Collège d’écologie humaine.

Le projet de collaboration intitulé « Mettre en place des systèmes de nutrition forts : Mettre la science au service du renforcement de la nutrition » est financé par une subvention de la Fondation Bill & Melinda Gates. Le professeur de sciences nutritionnelles de Cornell, Rebecca Stoltzfus est le co-investigateur principal sur le projet avec Marie Mosha, chargée de cours au Département de santé communautaire au Kilimanjaro Christian Medical University College.

La stratégie du programme dépend du modèle de « renforcement de la nutrition » (SUN) : formation d’une main-d’œuvre durable en éducation nutritionnelle et interventions efficaces dans le pays au niveau communautaire.

Actuellement, les dirigeants font valoir que les faiblesses dans la capacité de déployer des interventions de nutrition de haute qualité à grande échelle en Tanzanie affectent la santé et le bien-être de 7,3 millions d’enfants et 10,9 millions de femmes en âge de procréer et, par effet de ricochet, le développement social et économique de la nation.

Les institutions participantes de la Tanzanie sont la Tanzania Food and Nutrition Center et quatre universités : Kilimanjaro Christian Medical University College, Sokoine University of Agriculture, Muhimbili University of Health and Allied Sciences, et Nelson Mandela-African Institute for Science and Technology.

En savoir plus sur le projet à Cornell

Post A Comment

No Comments