SUN Newsletter
Home / Actualités / Les conséquences économiques de la COVID-19 et l’aggravation des inégalités exacerberont la malnutrition dans la région Asie-Pacifique

Les conséquences économiques de la COVID-19 et l’aggravation des inégalités exacerberont la malnutrition dans la région Asie-Pacifique

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Les conséquences économiques de la COVID-19 sur la région la plus peuplée du monde menacent de saper davantage les efforts visant à améliorer l’alimentation et la nutrition de près de deux milliards de personnes dans la région Asie-Pacifique qui n’avaient déjà pas les moyens de s’offrir une alimentation saine avant la pandémie, indique un nouveau rapport publié aujourd’hui par quatre agences spécialisées des Nations Unies.

Le rapport intitulé « Asia and the Pacific Regional Overview of Food Security and Nutrition 2020 : Maternal and Child Diets at the Heart of Improving Nutrition » (Aperçu régional de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans la région Asie-Pacique 2020 : l’alimentation maternelle et infantile au cœur de l’amélioration de la nutrition) est publié conjointement par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, le Programme alimentaire mondial et l’Organisation mondiale de la Santé.

Le rapport révèle que 1,9 milliard de personnes n’avaient pas les moyens de s’offrir une alimentation saine, même avant l’apparition de la COVID-19 et les dommages qu’elle a causés depuis lors aux économies et aux moyens de subsistance individuels.

En raison de la hausse des prix des fruits, des légumes et des produits laitiers, il est devenu pratiquement impossible pour les populations pauvres de la région Asie-Pacifique d’avoir une alimentation saine, dont le caractère abordable est essentiel pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition de tous, et en particulier celle des mères et des enfants.

Les prix des denrées alimentaires et les revenus disponibles sont déterminants dans les choix des familles en matière de nutrition et d’habitudes alimentaires L’apparition de la COVID-19 et le manque de possibilités de travail décent dans de nombreuses parties de la région, ainsi que l’incertitude importante des systèmes alimentaires et des marchés, ont conduit à une aggravation des inégalités, car les familles pauvres dont les revenus diminuent modifient encore leurs habitudes alimentaires pour choisir des aliments moins chers et moins nutritifs.

Rendre les aliments nutritifs abordables et accessibles

Plus de 350 millions de personnes de la région Asie-Pacifique étaient sous-alimentées en 2019, soit environ la moitié du total mondial. Dans toute la région, on estime que 74,5 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance (trop petits pour leur âge) et que 31,5 millions souffrent d’émaciation (trop maigres pour leur taille). La majorité de ces enfants vivent en Asie du Sud, où près de 56 millions souffrent d’un retard de croissance et plus de 25 millions d’émaciation. Dans le même temps, la surcharge pondérale et l’obésité ont augmenté rapidement, en particulier en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique, où l’on estime que 14,5 millions d’enfants de moins de cinq ans sont en surcharge pondérale ou obèses.

Les mauvaises habitudes alimentaires et les apports nutritionnels inadéquats constituent un problème permanent. Le coût d’un régime alimentaire sain est sensiblement plus élevé que celui d’un régime qui fournit suffisamment de calories, mais qui manque de valeur nutritionnelle, ce qui montre les carences importantes du système alimentaire pour offrir des options nutritives à tous à un prix abordable. Ces coûts sont encore plus élevés pour les femmes et les enfants, compte tenu de leurs besoins nutritionnels supplémentaires.

Les auteurs du rapport préconisent une transformation des systèmes alimentaires dans la région Asie-Pacifique, dans le but d’accroître l’accessibilité physique et financière des familles à des régimes alimentaires nutritifs, sûrs et durables. Des régimes alimentaires sains et nutritifs doivent être accessibles à tous, partout. Pour y parvenir, les auteurs du rapport recommandent des approches et des politiques intégrées. Ces mesures sont essentielles pour surmonter les problèmes d’accessibilité, mais aussi pour garantir une alimentation saine aux mères et aux enfants.

L’amélioration de l’alimentation maternelle et infantile passe par le renforcement des systèmes vitaux

La nutrition est d’une importance vitale tout au long de la vie d’une personne. Les conséquences d’une mauvaise alimentation sont les plus graves au cours des 1 000 premiers jours, depuis la grossesse jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de deux ans. Les jeunes enfants, en particulier lorsqu’ils commencent à manger leurs « premiers aliments solides » à six mois, ont des besoins nutritionnels élevés pour bien grandir et chaque bouchée compte.

L’intégration de campagnes de changement de comportement axées sur la nutrition dans l’ensemble de ces systèmes devrait conduire à une meilleure assimilation des connaissances et à la pérennisation des comportements aidant les personnes à adopter une alimentation saine.

Il est essentiel d’enseigner ce qui constitue une alimentation saine et comment créer des environnements hygiéniques à la maison, à l’école et dans la communauté, ainsi que d’investir dans l’éducation des filles et dans les infrastructures qui sous-tendent de bonnes pratiques en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

Par conséquent, pour garantir à tous une alimentation nutritive, sûre, abordable et durable, il faut coordonner les actions avec les partenaires des systèmes d’alimentation, d’eau et d’assainissement, de santé, de protection sociale et d’éducation, afin de créer collectivement un environnement favorable.

Une plus grande attention est également nécessaire pour rendre opérationnels les politiques et les plans nationaux afin d’améliorer la prestation des services de santé pour les régimes alimentaires des mères et des enfants et les résultats en matière de bonne nutrition. Les services visant à améliorer le régime alimentaire des mères et des jeunes enfants devraient être prioritaires dans le cadre de l’ensemble essentiel de services de santé nécessaires pour lutter contre la sous-nutrition, la surcharge pondérale et l’obésité et pour parvenir à une couverture sanitaire universelle.

Dans l’intervalle, les efforts de protection sociale peuvent protéger et stabiliser les revenus et améliorer l’accès à une alimentation saine lors des catastrophes et des crises. Au moins neuf gouvernements de la région Asie-Pacifique ont mis en place un volet COVID-19 ciblé sur la mère et l’enfant dans leurs systèmes de protection sociale. Il est toutefois nécessaire de recueillir et d’analyser davantage de données pour documenter l’efficacité de la protection sociale dans l’amélioration de l’alimentation des mères et des enfants dans la région.

Asia and the Pacific Regional Overview of Food Security and Nutrition 2020 : Maternal and Child Diets at the Heart of Improving Nutrition – Lire le rapport

 

Post A Comment

No Comments