SUN Newsletter
Home / Actualités / Les efforts des parlementaires en matière d’alimentation et de nutrition à l’ordre du jour de la 139e Assemblée de l’Union interparlementaire

Les efforts des parlementaires en matière d’alimentation et de nutrition à l’ordre du jour de la 139e Assemblée de l’Union interparlementaire

  |   Réseau des pays SUN

Le 16 octobre 2018, le Secrétariat du Mouvement SUN, en partenariat avec l’Union interparlementaire (UIP), la FAO, l’OMS et le Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant (PMNCH), a co-organisé une réunion parallèle lors de la 139e Assemblée de l’UIP à Genève, intitulée : « Légiférer en matière d’alimentation et de nutrition : enseignements tirés, défis et possibilités de mesures parlementaires ».

La réunion a permis aux parlementaires de présenter des exemples fructueux de la manière dont la législation, les politiques et le plaidoyer budgétaire en matière de nutrition ont contribué à améliorer la nutrition dans divers contextes nationaux. Elle a également permis d’encourager le partage et l’apprentissage entre parlementaires, ainsi que le leadership et d’appeler les parlementaires à s’engager à tirer parti de la dynamique qui anime la Décennie d’action des Nations Unies pour la nutrition (2016-2025) afin de réaliser l’ODD 2.

La coordinatrice du Mouvement SUN, Mme Gerda Verburg, a animé le débat interactif en soulignant le rôle que les parlementaires peuvent jouer pour promouvoir une bonne nutrition au niveau national. Les meilleures pratiques ont été examinées en ce qui concerne l’étiquetage et la commercialisation inappropriée d’aliments malsains à l’attention des enfants du Chili ; l’influence des manifestes des partis politiques et le rôle des parlements régionaux au Pakistan ; la législation sur les substituts du lait maternel et le droit à l’alimentation dans la Constitution keyniane et la participation des jeunes au débat avec les parlementaires sur les problèmes de nutrition au Malawi.

Parmi les orateurs figuraient des parlementaires du Bangladesh, du Chili, du Pakistan et du Kenya, un membre malien du Groupe des adolescents et des jeunes du PMNCH et des représentants de l’OMS et de la FAO.

 

 

Dr Nausheen Hamid Miraj, membre de l’Assemblée nationale du Pakistan : « La nutrition doit être une priorité nationale – pour tous les partis – et mobiliser de nombreux secteurs. La nutrition a été incluse dans le manifeste du parti PTI avant les élections nationales de 2018 et le nouveau gouvernement du Pakistan a été élu avec pour mandat de remplir ses engagements en matière de nutrition. La nutrition figure en bonne place au programme du Premier ministre et sera considérée comme une priorité, notamment par un nouveau Centre national sur la nutrition et le Programme national pour la nutrition. »

 

Pour le sénateur Guido Girardi, au Chili : « Il est inacceptable que l’alimentation soit une cause majeure de maladies. La consommation de fast-food et d’aliments sucrés a généré d’énormes problèmes de surpoids, d’obésité et de maladies non transmissibles au Chili. Les citoyens ont le droit de savoir ce qu’ils mangent et de faire des choix sains. Les étiquettes nutritionnelles de l’industrie conventionnelle peuvent prêter à confusion, même pour les experts. Le Chili a rendu obligatoire l’apposition d’un logo d’avertissement noir sur les emballages des aliments riches en sucre, en sel, en calories et en graisses saturées. Il a également interdit la vente d’aliments malsains dans les écoles et la publicité de ces aliments auprès des jeunes. Plusieurs autres pays tirent à présent parti de l’expérience chilienne pour faire la même chose et l’industrie transforme déjà ses produits afin de les rendre plus sains. »

Post A Comment

No Comments