SUN Newsletter
Home / Actualités / Les experts mondiaux de la santé s’inquiètent des effets indirects de la COVID-19 sur les femmes et les jeunes

Les experts mondiaux de la santé s’inquiètent des effets indirects de la COVID-19 sur les femmes et les jeunes

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Photo : BCAH/Gema Cortés

Alors que la pandémie de COVID-19 continue sa progression, l’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) s’inquiète des impacts de la maladie sur les femmes, les enfants et les jeunes. Selon Tedros Adhanom Ghebreyesus, à la tête de l’OMS, « les effets indirects de la COVID-19 sur ces groupes de populations pourrait aller bien au-delà des décès en lien direct avec le virus ». .

La pandémie a provoqué une saturation des systèmes de santé dans de nombreuses régions du monde et elle menace surtout les femmes qui risquent davantage de mourir de complications en lien avec la grossesse et l’accouchement. Des éléments probants indiquent que les adolescents et les jeunes âgés entre 20 et 30 ans sont les plus exposés à la dépression et à l’anxiété, au harcèlement en ligne, aux violences physiques et sexuelles et aux grossesses non désirées.

Privilégier l’allaitement

En réponse à cette situation, l’OMS a publié des consignes adressées aux structures de santé pour maintenir les services essentiels pendant la pandémie, notamment les soins aux nouveau-nés. Des experts ont également enquêté sur les risques de transmission de la COVID-19 aux bébés par l’allaitement.

« Sur la base des éléments probants disponibles à l’heure actuelle, l’OMS conseille de maintenir l’allaitement dont les bienfaits l’emportent sur les risques de transmission de la COVID-19 » déclare monsieur Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Il faut encourager les mères qui sont ou seraient atteintes de la COVID-19 à allaiter et à continuer de le faire et à ne pas se séparer de leurs nouveau-nés, à moins que la mère ne se sentent pas bien.

Jusqu’à maintenant, selon le docteur Anshu Banerjee, directeur du Département Santé de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent de l’Organisation mondiale de la Santé, « les experts n’ont pas détecté le virus vivant dans le lait maternel, même si des fragments ont été identifiés dans plusieurs cas. Le risque de transmission de mère à enfant n’a donc pas été établi à l’heure actuelle ».

La COVID-19 et les enfants : de nombreux mystères

Les experts de la santé s’évertuent à mieux comprendre comment la COVID-19 affecte les enfants et les adolescents. Selon la docteur Maria van Kerkhove, épidémiologiste et responsable technique sur la pandémie à l’OMS, les effets de la maladie sur cette tranche d’âge de la population restent obscurs.

« Il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas bien », déclare-t-elle en réponse aux questions des journalistes. « La fréquence d’infection ? Leur rôle dans la transmission et s’il y en a un, l’importance de ce rôle ? Quelles stratégies doivent adopter les établissements scolaires ? »

Le docteur Michael Ryan, Directeur exécutif chargé du Programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire, ajoute que de nombreuses études sont en cours, notamment pour connaître les raisons pour lesquelles certains enfants développent des formes sévères de la maladie et doivent être hospitalisés.

Post A Comment

No Comments