SUN Newsletter
Home / Actualités / Les gouvernements africains devraient diversifier la production alimentaire, selon S.E. Jakaya Kikwete, membre du Groupe principal du Mouvement SUN

Les gouvernements africains devraient diversifier la production alimentaire, selon S.E. Jakaya Kikwete, membre du Groupe principal du Mouvement SUN

  |   Secrétariat et Groupe principal du Mouvement SUN

* Article publié initialement par Nutrition International


Même avant la COVID-19, le fardeau mondial de la malnutrition était en train de se déplacer vers l’Afrique, a déclaré Son Excellence Jakaya Kikwete, ancien Président de la République de Tanzanie et membre du conseil d’administration de Nutrition International, et membre du Groupe principal du Mouvement SUN, dans son discours liminaire prononcé lors de la Commémoration de la 11e Journée africaine pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (JASAN).

Le Dr Kikwete a appelé les 55 États membres de l’Union africaine (UA) à élaborer des politiques et à réaliser des investissements afin de garantir une diversification de la production alimentaire en s’éloignant des céréales de base, et a demandé aux gouvernements d’examiner le lien entre l’alimentation et la nutrition dans des domaines tels que l’enrichissement des aliments de base et la biofortification, de façon à s’assurer que les aliments enrichis sont utilisés dans les programmes de protection sociale. En outre, il a appelé le secteur privé à promouvoir une alimentation saine en s’assurant que les industries alimentaires produisent des aliments nutritifs accessibles et abordables.

L’objectif de la 11e JASAN était de découvrir les avantages sous-jacents que les investissements dans des systèmes alimentaires résilients peuvent créer, en mettant un accent particulier sur les situations dictées par des situations d’urgence telles que la pandémie de COVID-19.

Le thème de cette année, « Systèmes alimentaires résilients pour une alimentation saine pour les personnes vulnérables en situation d’urgence : leçons de la pandémie de COVID-19 », a fait l’objet de quatre réunions de dialogue technique organisées en ligne le 29 octobre. Plus de 180 participants ont assisté à ces sessions, qui ont débouché sur des recommandations clés pour les gouvernements et les parties prenantes afin d’améliorer les systèmes alimentaires et la nutrition.


« L’Afrique est la seule région du monde où le nombre d’enfants souffrant d’un retard de croissance a augmenté au cours des 20 dernières années », a déclaré S.E. Kikwete. « Aujourd’hui, près de 60 millions d’enfants en Afrique souffrent d’un retard de croissance et d’ici à 2030, plus de la moitié des personnes sous-alimentées dans le monde vivront en Afrique »

Son Excellence Jakaya Kikwete, ancien Président de la République de Tanzanie


L’événement principal du 30 octobre a réuni 120 participants de 55 États membres de l’Union africaine. Parmi les autres orateurs figuraient l’ambassadrice Josefa Sacko, commissaire de l’Union africaine pour l’économie rurale et l’agriculture ; S.E. Dr Ibrahim Assane Mayaki, PDG de l’Agence de développement de l’UA-NEPAD ; Dr Abebe Haile-Gabriel, sous-directeur général de la FAO pour l’Afrique, ainsi que des représentants des Nations Unies et d’agences internationales.

Lire l’intégralité du discours liminaire de S.E. Kikwete ici.

Post A Comment

No Comments