SUN Newsletter
Home / Actualités / Les membres du CSA approuvent les nouvelles Directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition

Les membres du CSA approuvent les nouvelles Directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Les membres du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) ont approuvé les toutes premières Directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition visant à soutenir les pays et quiconque souhaitant éradiquer toutes les formes de faim et de malnutrition par une approche globale des systèmes alimentaires. Cette approbation a été consentie lors de la 47e session plénière du CSA, qui s’est tenue du 8 au 11 février 2021.

Ces Directives volontaires sont un outil unique de lutte cohérente et globale contre la malnutrition dans tous les systèmes agroalimentaires. Elles incluent un large éventail de recommandations visant à remédier à la fragmentation des politiques entre les secteurs concernés, tout particulièrement ceux de l’alimentation, de l’agriculture et de la nutrition, tout en tenant compte de la pérennité économique, sociale et environnementale. Il est indispensable de tenir compte de tous ces aspects, et à tous les niveaux, car ils ont tous un impact sur les systèmes alimentaires.

Combattre la malnutrition sous toutes ses formes, y compris la dénutrition, les carences en micronutriments, le surpoids et l’obésité, est à l’heure actuelle l’un des défis mondiaux les plus difficiles à relever pour tous les pays.

Résultat d’un processus de négociation sur cinq ans intégrant de nombreuses parties prenantes, ces Directives se fondent sur les contributions scientifiques du panel d’experts de haut niveau du CSA et d’une équipe technique composée de personnes provenant d’organes du groupe consultatif du CSA. Les Directives volontaires ont pour objectif de soutenir le développement de politiques, lois, programmes et plans d’investissement coordonnés nationaux et multisectoriels en faveur de régimes alimentaires sûrs, sains et nutritifs dans le cadre de systèmes alimentaires durables. Il s’agit également de mettre en œuvre le Cadre d’action de la Deuxième conférence internationale sur la nutrition (CIN 2) conformément au Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Thanawat Tiensin, président du CSA et représentant permanent de la Thaïlande auprès des agences des Nations Unies à Rome, a déclaré, à propos de l’approbation des Directives volontaires : « aujourd’hui est un jour historique pour le Comité de la sécurité alimentaire mondiale et toutes les entités des Nations Unies ». Il a ajouté que la prochaine étape serait encore plus importante et difficile puisqu’elle consiste à adopter et mettre en place ces Directives au niveau régional, national et local.

Lors de sa présentation de la version finale des Directives volontaires, l’ambassadeur des Pays-Bas et président du groupe de travail à composition non limitée (OEWG) sur la nutrition du CSA qui a négocié ces Directives, Hans Hoogeveen, a fait une déclaration. Il a ainsi qualifié ce document d’outil concret à la disposition des gouvernements, des agences des Nations Unies, de la société civile, du secteur privé, des institutions financières et autres acteurs en mesure de fournir des directives sur les politiques et interventions au niveau local et national dans le cadre de la lutte contre la malnutrition sous toutes ses formes, selon une approche globale des systèmes alimentaires.

Approche des systèmes alimentaires

Les systèmes alimentaires décident des habitudes alimentaires et de l’état nutritionnel des populations. Ils sont un ensemble complexe d’activités englobant la production, le traitement, la manutention, la préparation, le stockage, la distribution, la commercialisation, l’achat et la consommation des aliments, ainsi que l’accès à ces derniers, le gâchis alimentaire et les déchets, sans oublier toutes les conséquences de ces activités, notamment économiques, sociales et environnementales.

Les recommandations des Directives volontaires insistent sur une gouvernance transparente et responsable, sur des chaînes d’approvisionnement durables, sur un accès égal et équitable à des régimes alimentaires sains par le biais de systèmes alimentaires durables, sur la sécurité alimentaire de tous les systèmes alimentaires durables, sur les connaissances nutritionnelles, l’éducation et la formation, sur l’égalité hommes-femmes et l’autonomisation des femmes, et sur le renforcement de la résilience des systèmes alimentaires dans des contextes humanitaires.

 

Post A Comment

No Comments