SUN Newsletter
Home / Actualités / Les parlementaires africains prennent des mesures pour s'attaquer aux problèmes de l'insécurité alimentaire et de la faim

Les parlementaires africains prennent des mesures pour s’attaquer aux problèmes de l’insécurité alimentaire et de la faim

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Alors que le continent africain court contre la montre pour atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Union africaine ont appelé les législateurs du continent à œuvrer en faveur d’une transformation durable du secteur agricole et à devenir des défenseurs de l’objectif « faim zéro » dans leurs différentes circonscriptions.

Cet appel a été lancé au cours d’une journée de dialogue parlementaire sur la transformation de l’agriculture et la responsabilité en matière de politique agricole organisée par la FAO et d’autres partenaires clés sous le thème : « Événement d’apprentissage sur la politique de Malabo ; « Sensibiliser, entretenir la responsabilisation et passer à l’action ». Le dialogue a été organisé dans le cadre de la 15e plateforme du Programme détaillé pour le développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA).

Le dialogue a réuni 17 parlementaires de toutes les sous-régions d’Afrique, soulignant le rôle de l’agriculture parlementaire pour mieux planifier, mettre en œuvre et évaluer les politiques agricoles nationales. Cela devrait permettre d’accélérer la transformation effective vers la réalisation des cibles en matière de faim zéro et des objectifs de développement durable (ODD). En outre, 120 participants d’institutions régionales et nationales, du secteur privé, d’organisations de la société civile et de partenaires de développement ont également participé au dialogue politique.

Exhorter les parlementaires à s’impliquer davantage pour atteindre l’objectif « Faim zéro »

En s’appuyant sur les rapports biennaux de Malabo, le dialogue a mis l’accent sur la nécessité de voir les parlementaires s’impliquer dans les actions de sensibilisation et plaider en faveur d’actions visant à accroître l’efficacité du suivi des performances des gouvernements et des progrès réalisés pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle sur le continent. Plus important encore, le dialogue a insisté sur le renforcement de la responsabilisation et l’utilisation des ressources pour promouvoir le programme « Faim zéro ».

Gabriel Rugalema, le représentant régional de la FAO au Kenya, a appelé les parlementaires à sensibiliser advantage et à s’engager en faveur de la Déclaration de Malabo qui tend à éliminer la faim sur le continent.

M. Rugalema a affirmé que l’éradication de la faim doit constituer un effort multisectoriel où les parlementaires ont une influence unique sur la population et veillent à ce que divers secteurs de l’économie soient dotés de ressources grâce à une législation efficace pour assurer une transformation agricole visant à atteindre une sécurité alimentaire durable.

« Les questions liées à la sécurité alimentaire touchent à la vie quotidienne de millions de personnes sur le continent africain. En tant que parlementaires – et détenteurs d’obligations –, vous avez un rôle particulier à jouer pour vous assurer que vos électeurs s’engagent en faveur de la Déclaration de Malabo et de la lutte contre l’insécurité alimentaire », a-t-il ajouté.

Hamady Diop, Responsable du programme Gouvernance des ressources naturelles, sécurité alimentaire et nutrition auprès de l’Agence de développement de l’Union africaine-NEPAD (AUDA-NEPAD), s’est dit optimiste, confiant que le dialogue contribuera à promouvoir un mécanisme renouvelé dans le cadre de responsabilisation du secteur agricole et incitera les États membres de l’Union africaine à allouer davantage de ressources financières à l’alimentation et à l’agriculture.

« Nous voyons des parlementaires jouer des rôles différents dans leurs pays. Étant plus proches de leurs électeurs, ils peuvent être les acteurs clés des processus de transformation des programmes et de création d’un environnement législatif propice au déploiement des politiques sur le terrain. En outre, ils peuvent plaider en faveur d’une allocation suffisante de ressources pour la sécurité alimentaire et la nutrition ou avoir des exigences de responsabilisation », a-t-il poursuivi.

Le Secrétaire principal du département d’État de l’Irrigation au sein du ministère de l’Agriculture, de l’irrigation et de l’élevage du Kenya, Pr Fred Seko, a souligné la nécessité pour toutes les parties prenantes du secteur agricole de s’engager à respecter les principes et valeurs de la Déclaration de Malabo et a appelé les parlementaires à renforcer les politiques agricoles et la responsabilisation requise pour assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique.


*La FAO est membre du Réseau des Nations Unies pour le SUN qui regroupe tous les organismes des Nations Unies travaillant dans le domaine de la nutrition et aidant les pays SUN à rompre le cycle de la malnutrition, évitant ainsi qu’il se propage de génération en génération, en ne laissant personne derrière.

En savoir plus

• Prendre des mesures pour s’attaquer aux problèmes de l’insécurité alimentaire et de la faim – Bureau regional de la FAO pour l’Afrique

 

Post A Comment

No Comments