SUN Newsletter
Home / Actualités / Les réseaux de santé intégrés contribuent à l’éradication de l’anémie et de la dénutrition chronique des enfants au Pérou

Les réseaux de santé intégrés contribuent à l’éradication de l’anémie et de la dénutrition chronique des enfants au Pérou

  |   Réseau des pays SUN

© UNICEF/UN0187556/Njiokiktjien VII Photo

« La mise en place de réseaux de santé intégrés (ou RIS) et la consolidation des établissements de soins de santé primaires permettront de prodiguer des soins opportuns et efficaces à la population pour mieux lutter contre l’anémie et la dénutrition chronique chez les enfants », a indiqué le vice-ministre des prestations et assurances de santé, Diego Venegas Ojeda.

Selon le ministère de la Santé du Pérou (Minsa), les RIS permettront de concrétiser les principes de la Déclaration d’Alma-Ata de 1978 qui a défini l’importance et l’urgence de promouvoir les soins de santé primaires comme stratégie d’amélioration de l’état de santé et de la qualité des soins aux populations.

« Ainsi, nous procédons à la réhabilitation de 198 établissements de soins dans la zone métropolitaine de Lima et nous mettons également en place un système de gestion des données unique en son genre qui servira à l’administration des dossiers médicaux au format électronique et à la prise de rendez-vous en ligne. Ce système simplifiera les démarches à caractère bureaucratique, permettant au personnel de consacrer davantage de temps aux soins. En outre, il permettra de lutter contre la corruption et facilitera la reddition de comptes » a-t-il ajouté.

 

Il a également précisé que grâce à ces technologies, le ministère de la Santé pourra proposer des soins médicaux à distance par le biais d’un réseau national de télésanté (Red Nacional de Telesalud). « À ce jour, 180 établissements de santé sont interconnectés dans les 25 régions du pays. C’est le plus grand réseau de télésanté d’Amérique latine ».

Selon monsieur Venegas Ojeda, vice-ministre, ces dernières années, la priorité a été donnée aux soins spécialisés au détriment des soins primaires, avec pour conséquences une saturation dans les hôpitaux, une déstabilisation du personnel et des dépenses en infrastructures hospitalières et en équipements toujours plus gourmandes.

Il a ajouté que grâce aux RIS, les établissements de soins primaires pourront prodiguer des soins opportuns et efficaces à la population, ce qui permettra de réduire les renvois de patients vers des centres spécialisés et d’accroître l’efficacité du système de santé qui sera également moins coûteux.

Post A Comment

No Comments