SUN Newsletter
Home / Actualités / Les résultats du Mouvement SUN au Kenya

Les résultats du Mouvement SUN au Kenya

  |   Réseau de la société civile SUN

Entretien avec Lucy Murage – Conseillère régionale pour la santé et la nutrition des adolescents et des femmes chez Nutrition International

Quelle est la valeur ajoutée du Mouvement SUN dans votre travail ?

Par exemple, le Kenya a adopté une approche multipartite de la nutrition, ce qui a été rendu possible par le Mouvement SUN. Il y a plusieurs avantages à être membre du Mouvement SUN. Premièrement, cela donne à la nutrition plus de poids, pour ainsi dire. Le fait que le point focal siège au sein du gouvernement place la responsabilité de la santé et de la nutrition dans le giron du gouvernement. Ensuite, le fait d’avoir des processus SUN nous a permis de mieux coordonner les partenaires. Cela a aidé le pays à élaborer un plan d’action multipartite dans lequel tous les domaines sont pris en compte. Grâce au Mouvement SUN, tous les partenaires se sont efforcés de s’entendre sur un cadre commun de résultats. Le plan est chiffré et un système de suivi a été mis en place. Des réunions sont organisées régulièrement pour veiller à ce que nous œuvrions tous à la concrétisation de la vision du Mouvement SUN.

D’après vous, quels sont les résultats qui peuvent être attribués à cette approche ?

Le Kenya progresse maintenant vers la réalisation des objectifs de l’Assemblée mondiale de la Santé (AMS) : le taux d’allaitement maternel du pays augmente, il y a une diminution des retards de croissance et nous travaillons à réduire le taux d’anémie chez les adolescentes et les femmes en âge de procréer. Ces avancées ne seraient pas possibles sans la coordination du Mouvement SUN. La coordination est source d’efficacité et garantit que les ressources sont réparties et utilisées de manière pertinente et que les donateurs savent où porter leur attention. Sans cette coordination, les partenaires de développement arrivent généralement avec leur propre programme et contribuent à la fragmentation des ressources, rendant l’ensemble plutôt chaotique. Mais le fait d’avoir un mécanisme de coordination au sein du gouvernement permet de s’assurer que, lorsque des partenaires de développement nous rejoignent, ils sont en mesure de concevoir et de mettre en œuvre leurs programmes conformément au cadre commun de résultats et de contribuer à l’objectif global.

Un autre effet ricochet de cette approche est qu’elle participe à autonomiser la société civile. En Afrique, les priorités sont nombreuses et concurrentielles, et il est relativement facile pour les gouvernements de s’en sortir avec des engagements et des objectifs non atteints… La présence de la société civile à la table des négociations nous aide à tenir les gouvernements responsables.

Post A Comment

No Comments