SUN Newsletter
Home / Actualités / L’Éthiopie a réduit de 20 % la malnutrition infantile en l’espace de 16 ans

L’Éthiopie a réduit de 20 % la malnutrition infantile en l’espace de 16 ans

  |   Réseau des pays SUN

Xinhua/Michael Tewelde

Au cours d’une réunion de travail qui s’est déroulée en juillet 2017, l’UNICEF a annoncé que l’Éthiopie avait, au cours des seize dernières années, réduit de 20 % le taux de malnutrition chez les enfants âgés de 6 à 23 mois. Ce résultat, qui se traduit par une chute prodigieuse du taux de malnutrition de 58 % en 2000 à 38 % en 2016, est une avancée importante dans la lutte contre la malnutrition dans le pays.

Siddig Ibrahim, représentant de l’UNICEF en Éthiopie, a annoncé ce chiffre lors d’une réunion de consultation d’une durée de trois jours sur l’alimentation d’appoint et les pratiques alimentaires. Selon lui, l’Éthiopie s’est engagée à renforcer sa lutte contre le retard de croissance chez l’enfant, qui est une priorité pour assurer le bien-être des enfants et garantir une croissance économique durable.


Du fait qu’il s’agit là de périodes cruciales pour le bon développement des enfants, le gouvernement s’est engagé dans des initiatives de mobilisation des communautés en mettant en œuvre des programmes de vulgarisation dans les domaines de la santé et de l’agriculture pour lutter contre la malnutrition infantile.

Docteur Ephrem Tekle, directeur de la santé maternelle et infantile au ministère de la Santé.


Selon le docteur Ephrem Tekle, directeur de la santé maternelle et infantile au ministère de la Santé, un programme de surveillance mensuelle de la malnutrition infantile et une initiative d’alimentation des enfants souffrant de retards de croissance sont deux des stratégies qui ont été mises en œuvre pour améliorer les pratiques d’alimentation d’appoint dans tout le pays. Il a indiqué que même si le pays a atteint ses objectifs en matière de pratiques alimentaires et d’alimentation d’appoint pour les enfants âgés de 6 à 23 mois, les avancées restent toutefois très lentes. Selon le docteur Tekle, la santé infantile pourrait davantage s’améliorer si les actions du gouvernement et de ses partenaires gagnaient en cohésion et en uniformité.

S’ils ont bien entendu salué les impressionnantes avancées de l’Éthiopie dans ce domaine, les participants ont appelé à un renforcement des efforts pour agir sur les causes fondamentales de la sous-nutrition. Un plan d’action sera donc élaboré lors de la réunion de travail de trois jours afin d’harmoniser la mise en œuvre des programmes nutritionnels en Éthiopie.

Liens connexes

Post A Comment

No Comments