SUN Newsletter
Home / Actualités / L’Indonésie et le Pakistan présentent des stratégies de la société civile pour prévenir l’anémie chez les adolescents

L’Indonésie et le Pakistan présentent des stratégies de la société civile pour prévenir l’anémie chez les adolescents

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des pays SUN

Un article de : Asma Afrin Haque,
Spécialiste du suivi et de l’assurance qualité, Fonds de financement commun du Mouvement SUN


L’adolescence est une période critique de la vie, au cours de laquelle des changements physiques et psychosociaux se produisent, et pendant laquelle de nombreux comportements acquis s’installent durablement et affectent la santé d’un individu tout au long de sa vie.  Les adolescents peuvent sembler être une population cible restreinte pour le plaidoyer en faveur de la nutrition, mais ils représentent un sixième de la population mondiale et 6 % des personnes touchées par la charge de morbidité mondiale.  Même si plus de 3 000 adolescents meurent chaque jour de maladies évitables, la nutrition des adolescents n’est pas une priorité pour de nombreux pays. Dans la région de l’Asie du Sud-Est, les alliances de la société civile SUN de l’Indonésie et du Pakistan travaillent par l’intermédiaire du groupe de coordination de la société civile SUN pour l’Asie pour s’attaquer de front au problème de la dénutrition des adolescents, en se concentrant sur l’anémie ferriprive[1].

L’anémie est l’état dans lequel le nombre de globules rouges de l’organisme est inférieur à la normale, ce qui est souvent causé par une carence en fer dans l’alimentation. Elle est particulièrement préoccupante en Indonésie et au Pakistan. En Indonésie, le taux national d’anémie chez les adolescentes atteint 25 %.  Au Pakistan, plus de 50 % des adolescentes sont anémiques.  Les deux pays se sont engagés à réduire le taux d’anémie grâce à des programmes de prévention tels que l’éducation nutritionnelle des adolescents et la supplémentation.


« Plus de 50 % des adolescentes pakistanaises sont anémiques. Le Pakistan a mis en place une plateforme multisectorielle pour élaborer des recommandations et des stratégies en matière de santé et de nutrition pour les adolescents et travaillera bientôt avec le Groupe de travail national sur la santé, sous la direction du Premier ministre, sur un programme de nutrition de grande ampleur visant à adopter l’approche des 1 000 premiers jours pour les adolescents. »

Dr Khawaja Masuood Ahmed, Coordinateur national de l’Alliance nationale pour la nutrition et l’enrichissement des aliments, ministère de la Réglementation et de la Coordination des services de santé, Pakistan.


 

La pandémie de COVID-19 a entravé les services de santé et de bien-être nutritionnel dans la région asiatique, et a détourné l’attention de la santé des adolescents. L’Alliance de la société civile de l’Indonésie et l’Alliance de la société civile du Pakistan ont soulevé cette préoccupation lors des réunions du groupe de coordination de la société civile SUN pour l’Asie et ont décidé d’agir.  Avec le soutien du Fonds de financement commun SUN (#SUNPooledFund), les deux Alliances de la société civile ont lancé un plan visant à organiser le Webinaire des Alliances de la société civile SUN ASIE, une série de vidéoconférences SUN sur la nutrition des adolescents dans la région Asie dans le contexte du COVID-19 et de ses impacts durables.  Nutrition International avait mis en place une supplémentation hebdomadaire en acide folique au Pakistan (WIFA) et en Indonésie et a profité de cette occasion pour renforcer la sensibilisation des groupes de la société civile en Asie et échanger sur les connaissances et les opportunités relatives aux interventions nutritionnelles destinées aux adolescents .  Cette vidéoconférence a constitué le premier des efforts de coopération déployés par la Région Asie du Mouvement SUN sur le soutien bilatéral destiné à lutter contre l’anémie des adolescents.

Soutenues par le bureau régional de Nutrition International et le Fonds commun du Mouvement SUN, les alliances de la société civile ont organisé une série d’activités interactives et informatives au cours des deux séances.  Parmi les principaux intervenants figuraient Eriana Asri, Conseillère en nutrition des adolescents  de Nutrition International Indonésie, le Dr Khawaja Ahmed, Coordinateur national de l’Alliance nationale pour la nutrition et l’enrichissement des aliments, du ministère de la Santé du Pakistan, et Anjali Bhardwaj, Responsable régionale de la santé et de la nutrition des adolescents et des femmes pour Nutrition International – Asie.


« Ceci est également un signal d’alarme pour les décideurs politiques et les experts, qui doivent trouver des solutions pratiques, car nous sommes souvent confrontés à des arrêts pendant les épidémies, qui continuent de se produire de temps à autre. La « santé » ne peut être considérée indépendamment de la « nutrition », surtout à l’heure actuelle, et l’éducation nutritionnelle est clairement la principale urgence »

Anjali Bhardwaj, Responsable régional, Santé et nutrition des adolescents et des femmes, Nutrition International, Asie.


 

Conclusions essentielles des discussions :

  • La santé et la nutrition des adolescents ont été compromises par la fermeture des écoles et de la perturbation des services de santé depuis l’épidémie de COVID-19. De multiples initiatives nutritionnelles comme des programmes d’alimentation scolaire et la supplémentation hebdomadaire en fer et en acide folique (WIFAS) ont été entravées par la fermeture des écoles. La société civile doit financer des alternatives ou de nouveaux formats pour atteindre les jeunes.
  • L’Indonésie et le Pakistan ont discuté d’études de cas de stratégies réussies et de meilleures pratiques en matière de nutrition des adolescents. L’Alliance de la société civile en Indonésie a fait une présentation sur la manière dont le ministère de la Santé a redynamisé le programme WIFAS, qui fournit une supplémentation en fer à 81 % des adolescents dans les écoles.
  • Le Pakistan souffre d’un triple fardeau de malnutrition – insuffisance pondérale, malnutrition en micronutriments, ainsi que surpoids/obésité. Grâce à la présentation, les participants ont découvert certaines des difficultés que rencontrent les adolescents pour faire des choix alimentaires sains.  Ils sont confrontés à des difficultés telles que l’inaccessibilité ou le coût trop élevé des aliments sains, ainsi que l’incapacité de résister à la « malbouffe » proposée et aux pressions sociales incitant à les consommer. En réponse, le gouvernement pakistanais a adopté diverses mesures pour donner la priorité à la nutrition des adolescents, parallèlement aux autres priorités des politiques de santé.
  • La réponse du Pakistan a nécessité la coordination de nombreux acteurs, dont le gouvernement du Pakistan, les ministères de la Santé et de l’Éducation, Nutrition International et  l’UNICEF. En travaillant ensemble, ils ont associé les interventions du programme WIFAS à une sensibilisation du public et à des études de cas reproductibles.
  • Le Bangladesh a indiqué qu’il avait également lancé un programme WIFA, tandis que les Philippines, le Cambodge et le Myanmar ont fait part de leur désir de plaider auprès de leurs gouvernements nationaux afin que ces derniers reproduisent les programmes WIFAS et investissent dans ces initiatives.

« Grâce au plaidoyer constant des agences de développement, le programme WIFAS a été relancé. Les agents de santé des villages et les enseignants se sont rendus jusqu’au domicile des adolescentes pour leur fournir les comprimés de fer. Si certaines écoles avaient distribué des comprimés à l’avance, avant le confinement, dans de nombreuses régions, des plateformes communautaires ont été utilisées pour la distribution des comprimés. Pour surveiller l’application du programme, le ministère de la Santé développe également une application d’élaboration de rapports »

Eriana Asri, Conseillère en nutrition des adolescents, Nutrition International Indonésie


 

Plus de 600 participants de tous les États et secteurs, ainsi que des ambassadeurs du Mouvement SUN de la région Asie ont partagé leurs attentes et leur engagement en faveur de la sensibilisation aux programmes de nutrition des adolescents.  Ils ont reconnu le rôle important que les organisations de la société civile ont à jouer, en particulier dans leur région.  La série de webinaires a créé une opportunité d’apprentissage croisé sur les stratégies de nutrition des adolescents testées et les opportunités pour « reconstruire en mieux ».    Grâce à des échanges de connaissances tels que celui-ci, les alliances de la société civile d’Indonésie et du Pakistan ont depuis achevé leurs plans de réseau sur la nutrition des adolescents et espèrent aider d’autres alliances dans leurs efforts de programmation.

Vous voulez en savoir plus ?

  • Suivez l’actualité sur la série d’événements « Creating Co-Benefits from Climate Smart Agriculture as a Case for Scaling Out via Development Programs » (Créer des cobénéfices à partir de l’agriculture intelligente face au climat comme modèle pour une large diffusion via les programmes de développement) initiée par les alliances de la société civile des Philippines et du Cambodge.
  • Poursuivez vos lectures sur la campagne de plaidoyer en cours du groupe de coordination de la société civile SUN pour l’Asie (18 août 2020).
  • En savoir plus sur les adolescents utilisant des smartphones pour lutter contre la prévalence de l’anémie en Indonésie (11 décembre 2019).
  • Suivez l’actualité de l’Alliance de la société civile du Mouvement SUN du Pakistan sur Facebook et Twitter.

 


[1] Chaparro et al., 2014

Post A Comment

No Comments