SUN Newsletter
Home / Actualités / L'obligation à impact de développement pour la méthode « mère kangourou » soutient la nutrition néonatale au Cameroun

L’obligation à impact de développement pour la méthode « mère kangourou » soutient la nutrition néonatale au Cameroun

  |   Réseau des pays SUN

 

Un blog écrit par : Hortance Manjo (Responsable du Programme OID MMK) et Marie-Alphie Dallest (Social Finance)


L’obligation à impact de développement pour la méthode « mère kangourou » vise à réduire la mortalité et la morbidité néonatales en intensifiant la pratique de la méthode « mère kangourou » (MMK) dans les hôpitaux publics du Cameroun. À l’heure actuelle, on observe un taux de 27 décès de nouveau-nés pour 1 000 naissances au Cameroun. En dépit d’améliorations significatives au cours des 50 dernières années, ce chiffre reste bien supérieur à la moyenne de 3,8 décès pour 1 000 naissances vivantes de l’OCDE.

La méthode « mère kangourou » est une approche fondée sur des données probantes qui aide au développement physique, mental et émotionnel des prématurés et des enfants de faible poids à la naissance. Initialement développée en Colombie, elle repose sur 3 piliers fondamentaux : un contact prolongé de peau à peau entre la personne qui s’occupe de l’enfant et l’enfant ; l’allaitement exclusif au sein et un suivi régulier après la sortie de l’hôpital. La méthode « mère kangourou » est particulièrement bien adaptée aux environnements qui ne disposent que de faibles ressources car elle ne nécessite pas d’équipement coûteux ni d’approvisionnement électrique fiable. Une méta-analyse réalisée en 2016 a conclu que la MMK réduit la mortalité, la morbidité et l’hypothermie néonatales. Elle améliore également la croissance des nourrissons, l’allaitement maternel et l’attachement mère-nourrisson.

Malgré cette base de données probantes convaincantes, la MMK n’a pas été largement diffusée à ce jour et l’approche n’est généralement pas intégrée dans la formation médicale traditionnelle. Une adaptation peut être nécessaire pour surmonter les obstacles culturels locaux aux soins peau à peau et les préférences des cliniciens pour les interventions plus technologiques. Pour surmonter ces difficultés, l’OID MMK du Cameroun a obtenu un financement initial d’un investisseur à impact social (Grand Challenges Canada) qui couvrira les frais d’intervention d’une ONG basée au Cameroun (Fondation Kangourou Cameroun) afin qu’elle utilise des approches de gestion adaptative pour dispenser des formations, des équipements et un soutien aux hôpitaux publics et à leurs praticiens. Les frais d’accouchement sont remboursés par le ministère de la Santé publique du Cameroun et Nutrition International sur la base d’une évaluation indépendante des résultats en matière de qualité des interventions et de nutrition infantile.

 

« La méthode « mère kangourou » a changé mon expérience de la maternité en créant un lien affectif très fort avec mes bébés. J’ai appris à prendre soin de mes bébés en les massant, en les nourrissant et en stimulant leur succion. »
Fallone Dongmo, Hôpital de Laquintine, Douala (mars 2020).

 

 

L’OIB finance actuellement la mise en place de l’approche MMK dans 10 hôpitaux de 5 régions du Cameroun. Depuis le début du programme en février 2019, plus de 1 200 nourrissons et leurs familles ont bénéficié de cette pratique. L’allaitement maternel exclusif est un pilier central de l’approche MMK non seulement pour ses avantages nutritionnels, mais aussi pour le lien qu’il établit entre la mère et l’enfant. Les mères inscrites au programme MMK apprennent à tirer leur lait, à aider leur enfant à prendre correctement le sein et à mettre en place une routine d’alimentation adaptée. Lorsque les nourrissons sont trop jeunes pour avoir un réflexe de succion fiable, ils sont nourris au lait maternel par des tubes, des tasses ou des seringues. Le personnel hospitalier veille également à ce que les personnes qui s’occupent des bébés sachent les masser et porter les bébés en position kangourou.

À ce jour, 84 % des mères pratiquant l’approche MMK dans le cadre du programme allaitent leurs nourrissons de façon exclusive. 86 % des bébés présentent une prise de poids appropriée à 40 semaines de grossesse. Les mères comprennent les avantages de l’allaitement maternel et en apprécient l’avantage économique. Les taux d’allaitement exclusif sont les plus bas dans les deux hôpitaux publics-privés du programme qui s’adressent à des patients plus aisés. Comme une étude récente a montré que l’utilisation de lait maternisé est positivement corrélée à la richesse, cela démontre la nécessité d’efforts supplémentaires pour surmonter la perception selon laquelle l’allaitement maternel est une solution pour les ménages à faibles revenus.

L’OID MMK du Cameroun assure le suivi des résultats nutritionnels à deux niveaux dans sa structure de paiement. Les paiements ne sont effectués que si les nourrissons sont considérés comme ayant reçu des soins maternels kangourou de qualité, y compris une nutrition appropriée, pendant leur séjour à l’hôpital. La nutrition est également évaluée après la sortie de l’hôpital, les paiements étant liés à une nutrition appropriée à la maison et à une prise de poids adéquate après la sortie.

Le gouvernement du Cameroun souhaite maintenant voir l’approche MMK étendu à d’autres régions du pays lorsque l’OID prendra fin l’année prochaine. Les partenaires élaborent actuellement une stratégie pour parvenir à cet objectif. Pour plus d’informations sur le programme MMK au Cameroun, les obligations à impact de développement ou les approches des programmes de nutrition basées sur les résultats, veuillez contacter : Marie-Alphie.Dallest@socialfinance.org.uk


 

En savoir plus

Site web du programme OID MMK

Site web de Social Finance

Présentation du projet MMK

Mécanisme de financement pour la nutrition

Post A Comment

No Comments