SUN Newsletter
Home / Actualités / L’OMS soutient des centres de stabilisation pour le traitement de la malnutrition infantile au Soudan du Sud.

L’OMS soutient des centres de stabilisation pour le traitement de la malnutrition infantile au Soudan du Sud.

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

© WHO

Au Soudan du Sud, l’insécurité alimentaire continue de s’aggraver vers l’état d’urgence (phase 4 du Cadre intégré de classification) en raison des déplacements, de l’entrave à la liberté de circulation et aux échanges commerciaux, et d’un accès limité aux activités normales de subsistance.

Comme l’indique le récent Cadre intégré de classification des phases d’insécurité alimentaire (IPC), 63 % de la population totale risquent de faire face à une insécurité alimentaire sévère si aucune aide humanitaire globale n’est fournie de mai à juillet 2018, et près de 261 500 enfants vont souffrir de malnutrition aiguë sévère, dont 10 à 20 % pourraient développer des complications médicales associées à ce type de malnutrition.

Afin de réduire l’impact sur la santé de cette situation d’urgence nutritionnelle dans les régions où le fardeau de la malnutrition aiguë est le plus lourd, l’OMS, par le biais de ses interventions intégrées dans les domaines de la santé, de la nutrition et de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH), améliore le traitement de la malnutrition aiguë sévère entraînant des complications médicales dans des centres de stabilisation.

« Le traitement de la malnutrition aiguë exige une approche multi-sectorielle avec des soins et des équipements de santé de qualité, une eau sûre, de meilleurs services d’assainissement et d’hygiène » indique Marina Adrianopoli, responsable technique pour la nutrition à l’OMS Soudan du Sud.

Gestion de la malnutrition aiguë sévère avec complications médicales

C’est dans le but de combler les écarts de survie chez les enfants que l’OMS, en collaboration avec le groupe sectoriel sur la nutrition, propose une formation complète des formateurs sur la gestion de la malnutrition aiguë sévère avec complications médicales, sur les systèmes de surveillance de la qualité de l’eau, sur l’aide psychologique aux personnes soignant des enfants hospitalisés et sur la surveillance/le soutien du fonctionnement et de la qualité des services des centres de stabilisation dans les anciens États de Bahr el-Ghazal occidental et Warab.

Cette formation des formateurs s’adressait à 17 professionnels de la santé de six centres de stabilisation nutritionnelle du Bahr el-Ghazal occidental et de Warab et visait l’amélioration de la qualité des services de ces centres et la réduction des taux de mortalité due à une mauvaise gestion des cas de malnutrition aiguë sévère.

© WHO

Les formations sont dispensées dans le cadre d’un programme conçu par l’OMS en coordination avec les autorités sanitaires et le groupe sectoriel de la nutrition, afin de faire face à la crise de l’insécurité alimentaire, de renforcer les capacités du ministère de la Santé et des cadres de la nutrition des partenaires, de procéder au lancement de nouvelles directives nationales de gestion des malades hospitalisés pour malnutrition aiguë sévère avec complications médicales, d’amplifier le programme de formation avec l’aide de facilitateurs nationaux et d’accroître l’efficacité et l’efficience de la gestion quotidienne des centres de stabilisation du pays.

Grâce à l’appui continu de notre donateur, le Fonds humanitaire du Soudan du Sud (South Sudan Humanitarian Fund, SSHF), « les formations sont des interventions qui sauvent des vies puisqu’elles permettent une identification précoce, une orientation et un traitement à temps des enfants mal nourris » déclare Evans Liyosi, représentant de l’OMS par intérim pour le Soudan du Sud. D’ici la fin du mois de septembre 2018, près de 4 704 enfants et soignants devraient bénéficier des services fournis par l’OMS et ses partenaires.

En plus de la formation des formateurs organisée pour les partenaires de Unity dans les États de Bahr el-Ghazal occidental et Warab, trois autres formations sur la gestion de la malnutrition aiguë avec complications médicales seront dispensées à un total de 80 participants des anciens États de Jonglei et d’Équatorie-oriental.

Des soins de qualité dans les centres de stabilisation

Afin de surveiller de près les progrès tout au long des traitements, l’outil de surveillance du fonctionnement des centres de stabilisation de l’OMS a été mis en place pour explorer les aspects clés de la qualité des soins dispensés dans ces centres et identifier les défis que présente la prestation de soins nutritionnels et médicaux aux malades hospitalisés, en se concentrant sur la structure et la disposition des salles, la disponibilité des fournitures, les assistants, l’équipement et le personnel.

L’outil contribue également à faire face aux défis par des actions immédiates et à moyen terme et il encourage les activités axées sur les résultats.

Afin de traiter les enfants gravement mal nourris souffrant de complications médicales, l’OMS distribue également des kits de lutte contre la malnutrition aiguë sévère à l’hôpital universitaire de Wau, au point d’intervention de Wau et à l’hôpital Raja, en soutien aux populations touchées des zones de l’ancien État de Bahr el-Ghazal occidental où les taux de malnutrition aiguë globale sont très élevés. Le kit de malnutrition aiguë sévère de l’OMS comprend des antibiotiques, des médicaments antifongiques, de vermifugation, antipaludiques et contre la galle, ainsi que des mélanges de réhydratation adaptés pour traiter les cas de malnutrition aiguë sévère.

Post A Comment

No Comments