SUN Newsletter
Home / Actualités / L’Union européenne et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance assurent la continuité des soins vitaux pour les enfants malnutris au Niger

L’Union européenne et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance assurent la continuité des soins vitaux pour les enfants malnutris au Niger

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

© UNICEF Niger/Islamane

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) perçoit une aide supplémentaire de 2,6 millions USD de la part de l’aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO) pour garantir que les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère reçoivent des soins et des traitements de qualité dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

Le pays estime que le nombre d’enfants atteints de malnutrition aiguë sévère augmentera de 30 % cette année à cause des effets de la COVID-19 sur la sécurité alimentaire et sur l’accès des enfants et de leurs mères à des soins appropriés et aux services de santé de base.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par la crise et le risque qu’elle frappe encore plus durement certains des enfants et des familles les plus vulnérables. Des efforts supplémentaires doivent être déployés pour protéger les plus fragiles », déclare Mme Félicité Tchibindat, représentante de l’UNICEF au Niger.

Cette nouvelle contribution soutiendra les efforts déployés par l’UNICEF et ses partenaires pour réduire l’incidence de la malnutrition aiguë sévère et prévenir la mortalité des enfants de moins de cinq ans atteints de cette affection, tout en renforçant les systèmes et la résilience dans les zones du Niger touchées par la situation d’urgence.

L’aide d’ECHO permettra à l’UNICEF d’améliorer l’accès rapide et la qualité de la prise en charge de la malnutrition aiguë sévère par l’achat et la fourniture d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi aux établissements de santé en vue de traiter plus de 36 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère.

L’UNICEF soutiendra également la mise en œuvre d’une approche intégrée et coordonnée pour lutter contre la malnutrition aiguë sévère chez les enfants en assurant un continuum de soins nutritionnels et d’assistance aux enfants et à leurs mères. Le personnel de santé et les agents de santé communautaires bénéficieront d’une formation sur la gestion intégrée de la malnutrition aiguë, les pratiques d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant et les activités de dépistage.

La malnutrition est une menace majeure pour la survie et le développement des enfants au Niger. Malgré les efforts récents, le taux et la charge de la malnutrition aiguë sévère restent extrêmement élevés. Ces dernières années, le taux de malnutrition aiguë globale chez les enfants de moins de cinq ans est resté constamment au-dessus du niveau d’alerte de 10 %. En moyenne chaque année, entre 350 et 400 000 enfants de moins de cinq ans atteints de malnutrition aiguë sévère sont admis pour traitement. De nouvelles estimations indiquent que ce chiffre pourrait atteindre 530 000 cette année à cause de la pandémie de COVID-19.

Au beau milieu de la pandémie, la situation est terriblement préoccupante, car le nombre de personnes souffrant de la faim ne cesse d’augmenter à mesure que la crise s’aggrave, plongeant également 2 millions de personnes au Niger dans une grave insécurité alimentaire.

« C’est un moment critique pour les enfants. Nous sommes profondément reconnaissants à l’aide humanitaire de l’UE d’avoir, une fois de plus, démontré son engagement envers les enfants du Niger. La pandémie et ses répercussions représentent un défi énorme, mais pas insurmontable. Nous allons nous en sortir ensemble, pour chaque enfant. », conclut Mme Tchibindat.

Post A Comment

No Comments