SUN Newsletter
Home / Actualités / L’Union européenne et l’UNICEF s’associent pour lutter contre la malnutrition des enfants en pleine pandémie de COVID-19 au Népal

L’Union européenne et l’UNICEF s’associent pour lutter contre la malnutrition des enfants en pleine pandémie de COVID-19 au Népal

  |   Réseau des donateurs SUN, Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

(c) UNICEF Népal/2020

L’Union européenne et l’UNICEF ont élargi leur partenariat sur la nutrition pour lutter contre la malnutrition infantile résultant des conséquences socioéconomiques de la crise de la COVID-19 actuelle.

Les répercussions socioéconomiques de la crise de la COVID-19 ont plongé de nombreuses familles vulnérables népalaises dans une pauvreté extrême et aggravent la malnutrition des enfants. En outre, les mesures de distanciation physique font que les femmes bénévoles œuvrant au profit de la santé communautaire ne peuvent plus rendre visite régulièrement aux familles pour contrôler l’état nutritionnel et de santé des bébés, des nourrissons et des femmes. L’accès des familles aux services de santé s’est par conséquent amenuisé.

La contribution supplémentaire de l’Union européenne d’un montant de 250 000 euros à l’initiative conjointe déjà en place « Partenariat pour l’amélioration de la nutrition » va soutenir l’intervention « Family MUAC » et donner aux parents et aux aidants les moyens de surveiller eux-mêmes la santé de leurs enfants. Dans 308 communes locales de 30 districts, cette contribution va soutenir de nouvelles interventions visant à ce que les parents et les aidants soient en mesure d’évaluer l’état nutritionnel de leurs enfants à l’aide d’une bande de mesure du périmètre brachial. Il sera ainsi possible de détecter précocement la malnutrition aiguë chez les enfants et de les envoyer, si besoin est, en consultation externe dans des centres de soins thérapeutiques et des centres de réhabilitation nutritionnelle. En outre, cela réduit également l’exposition des femmes bénévoles œuvrant au profit de la santé communautaire et de l’ensemble des communautés au virus. Les volontaires du plan nutritionnel multisectoriel (MSNP) actuel, tous basés localement, aideront à la mise en place de cette nouvelle initiative et cette contribution mettra également à disposition des fournitures essentielles comme des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi.

 « Au cours des 10 dernières années, l’Union européenne a soutenu le gouvernement du Népal dans son combat contre la malnutrition, avec des résultats concrets. Néanmoins, la crise de la COVID-19 complique considérablement les choses. En renforçant son appui financier, l’UE souhaite envoyer un signal fort au Népal : « l’UE est à vos côtés et continuera de lutter avec vous contre la malnutrition » a déclaré Veronica Cody, ambassadrice de l’UE au Népal.

​« Dans tout le pays, les effets socioéconomiques de la crise de la COVID-19 menacent la vie des enfants et mettent en péril leur avenir car ils risquent d’anéantir une décennie de progrès dans le domaine de la nutrition infantile : un nombre grandissant d’enfants risquent d’être en proie à la malnutrition en raison des manques de revenus des foyers et de l’insécurité alimentaire qui en résulte. La détérioration de l’état nutritionnel des enfants se traduira par des pertes sociales et économiques pour le Népal sur le long terme, qui se prolongeront bien après la crise de la COVID 19 » indique Elke Wisch, représentante de l’UNICEF au Népal. Elle précise par ailleurs que « le renforcement du partenariat avec l’Union européenne est essentiel pour éviter ces terribles privations et offrir des solutions aux enfants les plus démunis ».

Depuis 2016, l’Union européenne et l’UNICEF soutiennent le gouvernement du Népal pour qu’il renforce le plan multisectoriel de nutrition dans 30 districts où la prévalence de la malnutrition maternelle et infantile est élevée. Les principales interventions spécifiques à la nutrition se traduisent par le traitement des enfants mal nourris, la protection, la promotion et le soutien de l’allaitement maternel et un apport en vitamine A et autres micronutriments. Les interventions sensibles à la nutrition sont entre autres la promotion du lavage des mains, la gestion de jardins potagers et la lutte contre les mariages précoces, ainsi que le soutien aux politiques dans ces domaines. Suite à cette dernière contribution, l’UE renouvellera son action avec un soutien à hauteur de 23,35 millions d’euros qui permettra de renforcer la mise en place du MSNP jusqu’à la fin de l’année 2022.

Post A Comment

No Comments