SUN Newsletter
Home / Actualités / Narratifs de faits de changement dans la nutrition

Narratifs de faits de changement dans la nutrition

  |   Blogs
Mothers and babies at a weight monitoring session in Senegal. © H. Kampman

Mères et bébés lors d’une séance de suivi du poids au Sénégal. © H. Kampman


jessica_meeker200Ce blog a été écrit par Jessica Meeker, Coordinatrice de la nutrition à l’Institut d’études sur le développement. Jessica est une nutritionniste en santé publique (LSHTM) dont les intérêts de recherche portent sur la dénutrition chronique, les carences en micronutriments et les maladies chroniques liées à la malnutrition. Elle travaille comme coordinatrice de la nutrition d’un certain nombre de projets axés sur la communication et les résultats de la recherche, l’engagement des parties prenantes et l’influence politique. Elle est également chef de projet pour les lots de travaux 1, 7 et 8 du projet AgriDiet RPC financé par Irish Aid.

Ce blog a été publié à l’origine sur le site de Nutrition pour la croissance. Cliquer ici pour voir l’original.


La nutrition reste un problème mondial pertinent, cependant certains pays réalisent des progrès en matière de réduction de la charge de la dénutrition. Il existe de nombreuses démarches et cadres bien documentés, qui orientent les décideurs et praticiens nationaux dans l’amélioration des politiques et programmes, mais souvent c’est la réalité du terrain qui donne un aperçu des interventions qui réussissent dans un cadre particulier et des raisons de ce succès.

C’est le fondement du projet de recherche intitulé Narratifs des faits de changement dans la nutrition (SoC), qui vise à mettre à profit l’apprentissage par l’expérience des décideurs et des exécutants dans les pays à forte charge de malnutrition pour comprendre comment des améliorations dans les résultats de la nutrition ont été obtenues dans des environnements spécifiques. En observant cinq pays et un État indien qui ont obtenu des améliorations remarquables en matière de nutrition maternelle et infantile, la recherche vise à comprendre les facteurs qui ont induit ces changements, ceci à travers une analyse des données sur les déterminants associés à la nutrition (tels que l’éducation, l’assainissement, etc.) et à travers des entrevues approfondies avec les habitants tant au niveau de la communauté, du district qu’au niveau national pour avoir une meilleure compréhension de la façon dont ces facteurs peuvent avoir orienté les améliorations constatées.

Ces exemples en provenance du terrain nous montrent que, souvent, les améliorations constatées en matière de nutrition sont le produit d’une intensification de la fourniture et de la couverture des services publics dans un certain nombre de secteurs autres que celui de la santé travaillant conjointement pour améliorer l’assainissement, l’éducation et la situation socio-économique.

À Odisha par exemple, une augmentation de la couverture des interventions spécifiques en matière de nutrition a été bénéfique en étant soutenue par un fort accent sur l’intégration des services sur le terrain. Le fait intéressant à noter dans cet exemple est que ces services ont été décentralisés et fournis par le biais des groupes d’entraide avec un accent stratégique sur l’équité d’accès.

En Zambie, la politique et la gestion de la nutrition s’est consolidée, avec le gouvernement, la société civile et les professionnels de la nutrition travaillant de concert dans une plate-forme multi-acteurs au vrai sens du terme. En alignant délibérément leurs rôles, ils ont créé une force effective pour la nutrition.

Au Sénégal, l’accumulation de richesses a été considérée comme le facteur dominant dans la réduction du retard de croissance, suivie par les soins de santé et l’éducation parentale. Toutefois, ces facteurs peuvent avoir singulièrement concouru à la réduction du retard de croissance parce qu’ils étaient déployés en même temps que de grandes améliorations dans l’environnement propice à la nutrition au Sénégal. Le gouvernement a consolidé son engagement pour la nutrition et créé un organe de coordination pour la nutrition installé dans le Cabinet du Premier ministre. Sa création a été sans doute le changement le plus important pour la nutrition au Sénégal au cours des quinze dernières années.

Il y a beaucoup de leçons à tirer de ces exemples. Les narratifs en provenance du terrain ont été présentés pour impulser le changement. Appuyons-nous sur ces expériences et connaissances et diffusons-les.

Consulter l’ensemble des narratifs résumés ici, ainsi que la recherche intégrale qui sera publiée bientôt.

Les narratifs de changement dans le travail de la nutrition seront présentés lors du Forum sur les micronutriments à Cancun vers la fin de ce mois. Rejoignez-nous pour en apprendre davantage sur la recherche et faire partie de la discussion lors de la réunion de haut niveau

Post A Comment

No Comments