SUN Newsletter
Home / Actualités / Nourrir l’Afrique par une meilleure nutrition et des systèmes alimentaires durables : lancement en Afrique du rapport EAT-Lancet

Nourrir l’Afrique par une meilleure nutrition et des systèmes alimentaires durables : lancement en Afrique du rapport EAT-Lancet

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des pays SUN, Réseau du secteur privé SUN, Secrétariat et Groupe principal du Mouvement SUN

À l’occasion d’un événement officiel en marge de la 32e session ordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine qui s’est tenue à Addis-Abeba, Éthiopie, le Mouvement SUN, EAT et le NEPAD se sont réunis pour se concentrer sur la question de : « Comment nourrir l’Afrique par l’amélioration de la nutrition et des systèmes alimentaires durables ? »

L’événement officiel en marge a marqué le lancement officiel, devant une assemblée de plus d’une centaine de responsables politiques, du rapport de la Commission EAT-Lancet sur l’alimentation, la planète et la santé centré sur l’importance de la nutrition pour parvenir à réaliser l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’Agenda 2063 de l’Union africaine « L’Afrique que nous voulons ».

Le Dr Ibrahim Assane Mayaki, Secrétaire exécutif de l’AUDA-NEPAD, S.E. Mme Josefa Leonel Correia Sacko, Commissaire chargée de l’Économie rurale et de l’Agriculture de l’Union Africaine et S.E. Mme Amira El Fadil Mohammed Elfadil, Commissaire aux Affaires sociales de l’Union africaine, étaient notamment présents à cet événement.

Les intervenants ont insisté sur la nécessité d’appuyer un mécanisme de coordination de la nutrition à l’échelle du continent sous l’égide de l’Union africaine. S.E. Mme Sacko a souligné que les conclusions du rapport devraient être intégrées au Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine et à la Déclaration de Malabo, ce qui pourrait contribuer à ramener le retard de croissance à 10 pour cent d’ici à 2025.

Les intervenants ont reconnu qu’une bonne nutrition constitue le point de départ et le fondement d’un avenir durable. « Elle est cruciale pour construire le capital humain nécessaire à un monde sain et prospère », a déclaré S.E. Mme Sacko.

Le Dr Ibrahim Mayaki, Secrétaire exécutif de l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA-NEPAD) et membre du Groupe principal du Mouvement SUN, a déclaré dans son discours liminaire que « La plupart des parties prenantes sont convaincues que nous devons relever les défis de la nutrition en Afrique. C’est pourquoi le présent rapport met en lumière un domaine critique, la réorientation de la production agricole, afin que celle-ci ne se limite plus à la simple production de denrées alimentaires en grandes quantités. La qualité des aliments produits doit s’améliorer durablement. »

Le Dr Gunhild Stordalen, fondatrice et présidente de la fondation EAT, a officiellement lancé le rapport, un effort de collaboration sans précédent, réunissant plus de 30 experts de renommée mondiale dans les domaines de la santé, de la nutrition, de l’agriculture et des sciences et de la politique environnementales. Ce rapport va créer un point de référence universel pour la transformation du système alimentaire mondial. « Pour la première fois, nous disposerons d’objectifs scientifiques pour ce qui constitue à la fois une alimentation saine et un système alimentaire durable », a déclaré le Dr Stordalen.

Mme Gerda Verburg, Coordinatrice du Mouvement SUN, a animé un panel multi-acteurs qui a réagi au rapport. Les intervenants ont précisé que le fait de se conformer aux conclusions du rapport pourrait amener des progrès sans précédent dans la réalisation des visions audacieuses de l’Agenda 2063 pour l’Afrique, l’action en Afrique devant néanmoins être menée par les gouvernements africains et avec l’appui des partenaires internationaux des secteurs public et privé qui jouent un rôle de soutien.

 


« Sur la façon de faire fonctionner les systèmes alimentaires pour la nutrition, nous avons entendu parler du QUOI, de ce qu’il faut faire, il nous faut maintenant entendre le COMMENT de la société civile, du secteur privé et des communautés régionales. »

Gerda Verburg, Sous-Secrétaire générale de l’ONU et Coordinatrice du Mouvement SUN


 

Les représentants de la société civile, du secteur privé et des communautés économiques régionales ont discuté de la manière de communiquer les résultats au public, de réunir les entreprises et de dialoguer sur ce qui doit changer et comment les centres régionaux peuvent promouvoir l’apprentissage croisé pour améliorer la nutrition.

Lire le rapport

• Notre nourriture à l’ère de l’anthropocène : rapport de la Commission EAT-Lancet sur une alimentation saine issue d’une production durable

 

 

 

 

Post A Comment

No Comments