SUN Newsletter
Home / Actualités / Nouveaux cadres d’action pour une alimentation complémentaire et une nutrition maternelle au Myanmar

Nouveaux cadres d’action pour une alimentation complémentaire et une nutrition maternelle au Myanmar

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Le Centre national de nutrition du département de la santé publique, le ministère de la Santé et des Sports et l’UNICEF ont présenté les Cadres d’action pour une alimentation complémentaire et une nutrition maternelle à l’occasion d’un événement comptant des participants issus de différents ministères, dont le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de l’Irrigation, le ministère de la Protection sociale, des Secours et de la Réinstallation et le ministère de l’Éducation ainsi que des partenaires de développement de la nutrition au Myanmar.

Les Cadres d’action résultent du renouvellement d’efforts régionaux de la part de six pays de l’ANASE, à savoir le Cambodge, la République démocratique populaire du Laos, l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam et le Myanmar, ce dans le but d’améliorer aussi bien l’alimentation complémentaire infantile que la nutrition maternelle afin de faire face au triple fardeau de la malnutrition : la sous-nutrition, les carences en micronutriments et le surpoids et l’obésité. Un exercice de panorama complet a été réalisé dans chacun des six pays, comprenant notamment l’étude des principales observations faites aux niveaux national, régional et international afin d’évaluer la situation actuelle en matière d’alimentation infantile et de nutrition maternelle et d’identifier des opportunités pertinentes de politiques et de programmes. L’analyse incluait également le récent rapport phare de l’UNICEF intitulé « Situation des enfants dans le monde (SOWC) 2019 » et axé sur la nutrition.

Le rapport SOWC et l’exercice de panorama du Myanmar relatifs à la nutrition maternelle et à l’alimentation complémentaire révèlent que de mauvaises pratiques alimentaires apparaissent dès le départ. Au Myanmar, deux femmes enceintes sur cinq (soit 40 %) et une femme en âge de procréer sur trois (soit 30 %)[1] souffrent d’une anémie ferriprive qui, durant la grossesse, peut entraîner un accouchement prématuré et un faible poids du bébé à la naissance. Par ailleurs, seule la moitié des enfants de moins de six mois du Myanmar est nourrie exclusivement au sein – une pratique permettant pourtant de lutter contre la malnutrition et les problèmes de santé – et 39 % de ces enfants sont amenés trop tôt à une alimentation complémentaire.

« Bien que le pays ait beaucoup travaillé à l’amélioration de la nutrition ces dix dernières années comme en témoigne la baisse du retard de croissance chez les enfants, qui passe de 35 % en 2009 à 27 % en 2017, davantage d’efforts peuvent être entrepris en particulier en ce qui concerne l’amélioration de la nutrition des femmes enceintes et le régime alimentaire des jeunes enfants. Une attention supplémentaire en la matière nous aidera à obtenir d’autres réductions durables du taux de malnutrition » a indiqué Lwin Mar Hlaing, directeur intérimaire du Centre national de nutrition.

Les observations qui ont été faites démontrent la nécessité d’un engagement continu pour lutter contre toutes les formes de malnutrition au Myanmar et soulignent la meilleure manière de mettre en œuvre les actions recommandées par le biais du Plan d’action multisectoriel pour la nutrition du gouvernement (MS-NPAN), qui sert de cadre commun de résultats en matière de nutrition au Myanmar. Les principales actions recommandées comprennent :

  • l’élaboration d’une stratégie de plaidoyer percutante et de communication de masse afin d’encourager les comportements qui contribuent à l’amélioration de l’alimentation complémentaire et de la nutrition maternelle ;
  • la mise à jour et le renforcement des directives et du suivi en matière d’alimentation complémentaire ;
  • le renforcement du contrôle de la commercialisation d’aliments malsains pour les enfants en mettant l’accent sur la législation, la réglementation et l’application au sein du secteur des produits alimentaires et des boissons ;
  • la promotion de politiques et d’initiatives visant à améliorer l’accès et le recours à une alimentation diversifiée ainsi qu’à renforcer le contrôle de la commercialisation d’aliments malsains.

« Nous appelons toutes les parties prenantes à lancer une action engagée afin de soutenir les efforts entrepris par le gouvernement, en particulier au niveau du renforcement du régime alimentaire des enfants et de la nutrition maternelle qui sont essentiels pour garantir, à l’ensemble de la population du Myanmar, une meilleure santé et une meilleure nutrition fondées sur les droits ainsi que pour atteindre les cibles de l’ODD 2 » a déclaré June Kunugi, représentante de l’UNICEF au Myanmar.

Plus d’informations

• Le ministère de la Santé et des Sports et l’UNICEF présentent les Cadres d’action pour une alimentation complémentaire et une nutrition maternelle au Myanmar – UNICEF

 

Post A Comment

No Comments