SUN Newsletter
Home / Actualités / Nutrition dans le manifeste de partis politiques

Nutrition dans le manifeste de partis politiques

  |   Blogs, Réseau de la société civile SUN

À propos de l’auteur : William Chilufya est un ardent défenseur de la société civile pour une bonne nutrition et coordinateur national de l’Alliance de la société civile zambienne pour le renforcement de la nutrition (OSC-SUN).

Cet article a été publié originellement par le Daily Mail

WilliamSi vous êtes impliqué dans des activités de plaidoyer comme moi, alors 2016 est une année au cours de laquelle vous serez très probablement préoccupé par des idées sur l’approche que vous pouvez utiliser pour inciter les acteurs politiques à résoudre vos problèmes. Vous pouvez aussi penser à la façon de hisser vos préoccupations au menu des priorités de l’agenda de développement des partis politiques. Vous n’êtes pas seul. Je m’évertue tout particulièrement à donner une position prioritaire à la nutrition dans tous les partis politiques. En effet, la nutrition vise à sauver des vies et à avoir des électeurs en bonne santé. Par conséquent, elle nécessite d’obtenir l’attention qu’elle mérite dans tous les partis politiques. La nutrition doit être au centre de l’ambiance de tous les partis politiques.

African Brief (Bulletin africain) du Rapport mondial sur la nutrition (GNR) 2015 fournit des informations importantes et encourage à se focaliser davantage sur le développement de la nutrition. Ce bulletin souligne que la bonne nutrition constitue une base essentielle pour le développement humain, l’élément central nous permettant de réaliser notre plein potentiel.

Lorsque l’état nutritionnel s’améliore, cela conduit à une foule de réalisations positives pour les individus et les familles. L’amélioration de la nutrition en Zambie a pour effet que beaucoup plus d’enfants vont vivre au-delà de l’âge de cinq ans, que leur croissance sera moins perturbée, et qu’ils auront une taille et un poids plus proportionnés. En outre, et peut-être plus important encore, leurs capacités cognitives se développeront davantage, ce qui leur permettra d’apprendre plus tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’école. Comme avantage d’une nutrition suffisante et d’un environnement positif en début de vie, les enfants seront plus à même d’obtenir de meilleurs emplois et de contribuer ainsi davantage à leur société. En outre, ils souffriront de moins de maladies à l’âge adulte, vieilliront en bonne santé et vivront plus longtemps.

Nous apprenons du bulletin africain du Rapport mondial sur la nutrition 2015 de plus que, le contraire d’une bonne nutrition, c’est-à-dire une « mauvaise » nutrition, prend de nombreuses formes. Celles-ci vont des enfants et des adultes qui sont sous-nutris et émaciés, des enfants tant atteints de retard de croissance qu’ils paraissent n’avoir que la moitié de leur âge, des personnes qui ne peuvent pas lutter contre l’infection parce que leurs régimes alimentaires manquent de nutriments, de personnes qui sont plus susceptibles de souffrir d’arrêt cardiaque parce qu’elles sont obèses ; aux personnes dont les vaisseaux sanguins sont endommagés par le diabète. Les formes multiples de la malnutrition ont des causes communes : les régimes alimentaires de mauvaise qualité, les soins inappropriés des mères et enfants, l’accès inadéquat aux services de santé, et des environnements malsains ou insalubres.

Malgré les incitations à lutter contre la malnutrition, son ampleur reste stupéfiante dans le monde entier, avec presque une personne sur trois atteinte. D’aucuns estiment que la plus grande partie de l’énergie consacrée à la lutte contre la dénutrition a été largement orientée vers les solutions techniques et pourtant, pour lutter contre la malnutrition dans toute sa complexité, il faudra un éventail d’actions, y compris la façon dont la politique / les politiciens abordent la nutrition. Cela m’amène à la question de savoir comment nous pouvons inciter les partis politiques à contribuer efficacement au développement de la nutrition. Nous savons avec certitude que chaque parti politique est un gouvernement en attente.

Le niveau d’attention qu’un parti politique accorde à la nutrition pourrait donner une idée de la façon dont la nutrition sera positionnée quand le parti formera le gouvernement. Autrement dit, les progrès de la nutrition pendant le règne du parti est fonction de la position que la nutrition occupe déjà dans le manifeste. Compte tenu de cela, je pense que les partis politiques constituent un terrain fertile pour le développement de la nutrition et de la continuité dans la mise en œuvre des interventions nutritionnelles. Pour ce faire, les partis politiques doivent veiller à ce qu’un programme de nutrition clair soit inscrit dans leurs manifestes.

Le fait positif est que nous ne sommes pas loin d’amener les partis politiques à s’impliquer de manière adéquate dans la nutrition. Je le dis parce qu’aujourd’hui, nous avons des échos d’un certain nombre de politiciens qui font entendre leur voix à travers les partis politiques pour dire quelque chose de la nutrition. Cela est encourageant parce que ces efforts contribuent grandement à faire connaitre davantage la nutrition. À l’Alliance de la société civile pour le renforcement de la nutrition (OSC-SUN), nous notons la particularité de cette année par rapport aux élections générales : nous nous rendons compte qu’il s’agit d’une occasion pour positionner la nutrition dans l’agenda politique de tous les partis politiques.

Dans un premier temps, l’OSC SUN contribuera à faire que les dirigeants politiques accordent plus de temps pour les actions qui peuvent être entreprises pour améliorer la nutrition et pour celles qui fonctionneraient le mieux. En particulier, nous divulguerons les avantages immédiats et à long terme du développement de la nutrition. Nous aimerions que les partis politiques incluent de manière exhaustive, la nutrition dans les prochaines élections. En effet, les efforts pour relever le défi de la malnutrition nécessitent des ressources et de la volonté politique. En outre, il y a des dividendes politiques que les partis politiques qui privilégient la nutrition peuvent récolter parce que l’ensemble de la population désire une Zambie où tout le monde a un statut optimal de nutrition.

Comme aboutissement, les électeurs sont plus portés vers un parti politique qui présente un programme clair réaliste et réalisable pour la nutrition. Comme indiqué précédemment, la malnutrition nécessite de multiples efforts. Il faut commencer par reconnaître l’importance de la nutrition et inclure son plan dans les manifestes de tous les partis politiques afin que les citoyens puissent avoir le pouvoir d’exiger et de tenir le gouvernement redevable de toutes les promesses faites.

En outre, le gouvernement mettra à son tour la priorité sur l’allocation de ressources adéquates pour la mise en œuvre des interventions nutritionnelles conformément au manifeste. Notre rêve est que les dirigeants élus continuent de promouvoir des initiatives en matière de nutrition reliant les efforts politiques avec les avantages politiques à long terme de maintenir les électeurs en bonne santé.

À l’OSC – SUN, nous croyons fermement que la malnutrition ne deviendra pas dans un proche avenir, l’un des problèmes insolubles auxquels nous serons confrontés, à condition qu’elle bénéficie d’une position prioritaire dans la planification et la mise en œuvre. Aujourd’hui, les incitations à améliorer la nutrition sont fermes, et avec la détermination nécessaire, la Zambie peut faire des progrès rapides dans la réduction de la malnutrition.

Post A Comment

No Comments