SUN Newsletter
Home / Actualités / Nutrition et systèmes alimentaires en Afrique : il est temps de passer à l’action

Nutrition et systèmes alimentaires en Afrique : il est temps de passer à l’action

  |   Réseau de la société civile SUN, Secrétariat et Groupe principal du Mouvement SUN

Le 7 mars 2018, à l’occasion de la première conférence de haut niveau entre l’Agence du NEPAD et le Parlement panafricain sur la nutrition et les systèmes alimentaires, l’Agence du NEPAD et ses partenaires de développement ont demandé à ce que de nouvelles mesures soient prises pour lutter contre le fléau de la faim et contre toutes les formes de malnutrition sur le continent. Bien que des progrès remarquables aient été réalisés sur le plan de la croissance économique et de la nutrition dans certaines régions et certains pays du monde, la situation générale de la sécurité alimentaire et de la nutrition en Afrique présente des retards par rapport au reste du monde. D’après les estimations, près d’une personne sur quatre en Afrique subsaharienne et d’une personne sur cinq sur le continent africain souffrait de sous-alimentation en 2015.

 


« Le développement de l’Afrique dépend fortement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Les parlementaires ont un rôle déterminant à jouer dans la promotion de la nutrition. Cependant, tant individuellement que collectivement, nous sommes tenus, au cours de cette décennie, d’apporter notre pierre à l’édifice afin que la faim et la malnutrition appartiennent au passé. »

Ibrahim Mayaki, Secrétaire exécutif de l’Agence du NEPAD


 

Faisant écho à cette déclaration, monsieur Martin Chungong, Secrétaire général de l’Union interparlementaire, a déclaré que « la nutrition et la sécurité alimentaire sont des questions éminemment politiques. Les parlementaires ont une importante mission de sensibilisation à remplir, car ils sont le lien entre les peuples et leurs gouvernements. Aucune amélioration ne sera ressentie tant que ces questions n’auront pas été inscrites au rang des priorités et qu’elles n’auront pas été correctement financées et mises en œuvre avec minutie. » L’Honorable Mamedi Sidibe, Président du Caucus Afrique de l’Ouest du Parlement panafricain, a également lancé un appel à l’action, soulignant que des citoyens en bonne santé et bien nourris sont les moteurs de la croissance et du développement de l’Afrique. S’exprimant au nom de M. Bukardu Tijani, sous-directeur général de la FAO, monsieur Lewis Hove a rappelé la nécessité de mettre en place des politiques. Il a souligné l’importance d’intégrer les échanges de denrées alimentaires et de faciliter l’adoption de lois. Il a en outre fait remarquer que la mise à disposition de ressources suffisantes était essentielle pour atteindre les objectifs en matière de nutrition et que la FAO pouvait jouer un rôle en soutenant cette approche des systèmes alimentaires.

 

Monsieur Nahas Angula, président de l’Alliance namibienne pour l’amélioration de la nutrition et membre du Groupe principal du Mouvement SUN, a rappelé « qu’un système alimentaire sain et durable et une bonne nutrition constituent à la fois le point de départ et le fondement du développement durable ». Réunissant les membres du Parlement panafricain et les acteurs concernés, la conférence de haut niveau sur la nutrition et les systèmes alimentaires a été organisée dans le but de sensibiliser les parlementaires et les partenaires du NEPAD aux problèmes majeurs relatifs à la nutrition et aux systèmes alimentaires du continent, et pour renforcer le dialogue et améliorer la compréhension des défis, des possibilités d’action et des incidences.

La lutte contre le fléau de la faim et la malnutrition sous toutes ses formes demeure une priorité sur le continent, comme l’indique la Déclaration de Malabo ainsi que sa stratégie de mise en œuvre et sa feuille de route. La Déclaration de Malabo est un engagement à faire baisser les retards de croissance à 10 % en Afrique et l’insuffisance pondérale chez les enfants âgés de moins de 5 ans à 5 % d’ici à 2025, dans le but d’éliminer la faim en Afrique au cours de la prochaine décennie, ainsi qu’à réaliser les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Afrique, un cadre stratégique pour la transformation du continent.

Post A Comment

No Comments