SUN Newsletter
Home / Actualités / Nutrition International et l’UNICEF s’associent pour le renforcement des services de nutrition maternelle.

Nutrition International et l’UNICEF s’associent pour le renforcement des services de nutrition maternelle.

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Rédigé par Jennifer Busch-Hallen, conseillère technique principale, Santé et nutrition de la mère et du nouveau-né, et Jennifer Hatchard, agent technique, nutrition maternelle, infantile et des jeunes enfants. Initialement publié sur le site Web de Nutrition International

En novembre 2016, l’Organisation mondiale de la Santé a émis des recommandations concernant les soins prénatals pour que la grossesse soit une expérience positive dans le cadre desquelles sont présentées 49 lignes directrices pour des grossesses en toute sécurité et en bonne santé. Quatorze de ces consignes concernaient la nutrition et ce fut une nouvelle occasion d’attirer l’attention sur la nutrition maternelle lors de la fenêtre critique de la grossesse afin de l’améliorer.

Une bonne nutrition maternelle est essentielle à la santé des mères et au bon développement ainsi qu’à la bonne croissance du fœtus. Il est primordial de bien s’alimenter pendant les 1 000 premiers jours de vie (allant de la conception au deuxième anniversaire de l’enfant) car cela permet de réduire les risques pour la mère enceinte et les risques d’accidents périnataux. De même, une mauvaise alimentation en cette période peut avoir des effets néfastes durables sur la santé de l’enfant et le bien-être de la mère.

Des services complets de nutrition maternelle dans tous les contextes incluent de changer les mauvaises habitudes alimentaires pour encourager une alimentation plus saine, la prise quotidienne de suppléments d’acide folique et de fer (et de calcium si nécessaire), une prise de poids normale guidée par une surveillance, un repos adapté pendant la grossesse et un soutien à l’allaitement exclusif du nouveau-né pendant ses six premiers mois de vie. Les lignes directrices de l’OMS recommandent également de fournir des services adaptés aux différents contextes afin de prodiguer des soins répondant aux différentes situations.

Nutrition International et l’UNICEF se sont associés pour organiser deux ateliers de travail en Afrique et en Asie afin d’attirer l’attention et de partager des données probantes et des outils d’actions de renforcement ou de mise en œuvre de services de nutrition maternelle complets dans le cadre de soins anténatals.

Le premier de ces ateliers s’est déroulé au Népal du 7 au 9 mai 2018 et s’intitulait « Mettre fin aux retards de croissance : le pouvoir de la nutrition maternelle ». Il a réuni des représentants gouvernementaux, des chercheurs, des partenaires des Nations Unies, des organisations de la société civile et d’autres partenaires au développement de toute la région pour discuter et définir des actions permettant d’accélérer les soins nutritionnels prodigués aux mères pendant la grossesse et après l’accouchement en Asie du Sud.

 

L’atelier a duré trois jours et a généré 10 appels à l’action pour accélérer les avancées dans le domaine des soins nutritionnels prodigués aux femmes pendant la grossesse et après la naissance :

  • Les directives et politiques nationales sur la nutrition maternelle doivent se conformer aux recommandations mondiales basées sur des données probantes et être adaptées au contexte de chaque pays.
  • La nutrition maternelle doit être une priorité dans les programmes de développement national et les plans et budgets sectoriels.
  • Une plus grande attention doit être accordée à la concrétisation des plans et politiques nationaux de nutrition maternelle au niveau infranational.
  • Des plateformes de prestation de services doivent permettre de saisir toutes les occasions qui se présentent de sensibiliser les femmes et les familles sur les interventions dans le domaine de la nutrition maternelle.
  • Des ensembles de prestations de services doivent inclure des interventions adaptées aux différentes situations en fonction de la prévalence de la malnutrition et du contexte local.
  • Une communication sur les changements sociaux et comportementaux fondée sur des données probantes est nécessaire pour améliorer les comportements dans le domaine de la nutrition et la priorité doit être donnée à l’amélioration de l’apport alimentaire des femmes.
  • Des systèmes nationaux d’information sur la nutrition et la santé ainsi que des études doivent inclure des indicateurs adaptés de suivi des avancées et des performances des programmes vers les objectifs nationaux et mondiaux de nutrition maternelle.
  • Une recherche de mise en œuvre est nécessaire pour comprendre les obstacles, les catalyseurs et les moyens de mettre en place des interventions de nutrition maternelle à grande échelle et en toute impartialité.
  • Des investissements, venant de différents secteurs, sont nécessaires pour améliorer la nutrition maternelle.
  • Un leadership et des plateformes régionaux sur la nutrition sont nécessaires pour soutenir les actions au niveau national et permettre un partage de connaissances et d’expériences entre les pays.

Nutrition International soutient, depuis plus de 10 ans, les gouvernements régionaux et nationaux des pays ayant le plus besoin de suppléments en fer et acide folique pendant la grossesse. Si ce type de supplément lors de la grossesse doit faire l’objet d’une attention toute particulière et d’un renforcement à grande échelle, de nombreux autres services plus généraux de nutrition maternelle (conseils sur l’alimentation basés sur des données probantes et adaptés à la culture des populations) ne sont pas dispensés de manière efficace, voire ne le sont pas du tout, dans les pays à revenu faible et intermédiaire. L’importance de la nutrition pendant la grossesse n’est plus à démontrer, tout comme les lacunes des programmes, et il va de la responsabilité des acteurs de la nutrition d’attirer l’attention sur la question et de générer davantage de soutien aux pays nécessitant d’intensifier leurs services globaux de nutrition maternelle.

Grâce à ces deux ateliers de travail et à un partenariat continu, Nutrition International et l’UNICEF tentent de placer la nutrition maternelle et ses impacts dans un contexte plus large de droit de la femme à un bon développement et à une bonne santé sexuelle et reproductive, de santé des enfants et de double fardeau de la malnutrition, afin de recueillir un plus large appui, notamment financier, du gouvernement. C’est en identifiant les graves lacunes qui existent et en renforçant les capacités d’intégration de services de nutrition maternelle complets dans les soins anténatals qu’il sera possible d’améliorer à grande échelle et sur le long terme la santé et le bien-être des femmes et de leurs enfants, et ce au bénéfice des générations futures.

Le deuxième atelier de travail est prévu pour octobre 2018 à Dakar, au Sénégal.

Post A Comment

No Comments