SUN Newsletter
Home / Actualités / Plusieurs comtés lancent des plans d’action pour la nutrition au Kenya

Plusieurs comtés lancent des plans d’action pour la nutrition au Kenya

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des donateurs SUN

* Publié initialement par Nutrition International


© Nutrition International

Au Kenya, quatre comtés ont lancé un plan d’action local pour la nutrition (PALN) (2019-2023). Les gouverneurs des comtés de BusiaVihigaNandi et Makueni ont dévoilé leur plan d’action lors d’événements hauts en couleur qui ont rassemblé différents acteurs, dont le président et PDG de Nutrition International, Joel Spicer, et des représentants des ministères et services ministériels locaux et nationaux, ainsi que des partenaires œuvrant dans le domaine de la nutrition.

Ces plans d’action locaux pour la nutrition (PALN) ont pour vocation principale de contribuer à l’atteinte de l’objectif du plan d’action national pour la nutrition (PANN) du Kenya pour 2018-2022, à savoir garantir une nutrition optimale pour favoriser une qualité de vie plus saine et améliorer la productivité au service d’une croissance économique et sociale nationale accélérée. Avec le soutien de Nutrition International et d’autres partenaires, les plans d’action locaux pour la nutrition ont été élaborés pour fournir une orientation stratégique et accélérer les efforts visant à éradiquer plus rapidement la malnutrition en tant que problème de santé publique. Ces plans d’action locaux inspirés du modèle national visent à régler les problématiques nutritionnelles propres au Kenya et à proposer des actions appropriées au niveau local.

Cette démarche concorde avec l’évolution de l’environnement politique au Kenya qui a entraîné la création de 47 gouvernements de comtés. Le rôle de ces gouvernements est essentiel pour garantir la réussite de la mise en œuvre d’actions durables dans le domaine de la nutrition. Avec le soutien du gouvernement du Canada et du fonds Ukaid du gouvernement du Royaume-Uni, Nutrition International et d’autres partenaires fournissent un soutien technique à 16 comtés, dont sept comtés de départ, pour élaborer ces plans d’action en faveur de la nutrition. Ces plans ont été élaborés dans le cadre d’un processus consultatif réunissant toutes les parties prenantes dans les domaines de la santé et de la nutrition, ainsi que d’autres services des comtés. Il a réuni les principaux établissements de santé, les services ministériels et les ministères compétents à l’échelle des comtés, les partenaires du développement ainsi que les partenaires chargés de la mise en œuvre.

Ces plans définissent les actions multisectorielles prioritaires pour la nutrition dans chaque secteur, déterminent les cibles pour chaque intervention et fournissent un cadre de suivi et de redevabilité ainsi qu’un chiffrage des interventions qui pourra être utile pour l’établissement des projets et des budgets ultérieurs.

« Depuis plus de 25 ans, Nutrition International reste engagé dans la promotion de sa vision, à savoir l’avènement d’un monde totalement exempt de malnutrition dans lequel chacun peut réaliser son plein potentiel. Nutrition International Kenya œuvre en étroite collaboration avec les gouvernements locaux et nationaux pour soutenir la recherche, l’élaboration des politiques et la mise en œuvre des interventions en faveur de la nutrition dans le pays. L’élaboration des plans d’action locaux pour la nutrition au Kenya est une étape majeure de notre engagement constant dans la lutte contre la malnutrition », a déclaré Martha Nyagaya, directrice nationale de Nutrition International Kenya, lors du lancement de ces plans.

Les gouverneurs des comtés ont remercié Nutrition International et ses partenaires pour leur soutien en faveur de l’élaboration de ces plans, qui ont été qualifiés de feuille de route pour améliorer la situation nutritionnelle au Kenya.

« Les plans d’action locaux pour la nutrition ouvrent la voie à la mise en œuvre d’activités dont les coûts sont faibles et qui ont les effets les plus importants en touchant le plus grand nombre de personnes », a ajouté M. Spicer. Cette approche est plurisectorielle, car la nutrition est un enjeu plurisectoriel qui concerne à la fois la santé, l’éducation et l’agriculture. Ces plans définissent des cibles ainsi que les mécanismes de coordination et de redevabilité requis pour faire en sorte qu’ils se concrétisent et contribuent à sauver des vies et à améliorer le bien-être des populations. »

Selon les estimations, le coût de la sous-nutrition pour l’économie kenyane s’élèvera à environ 38,3 milliards de dollars US entre 2010 et 2030. « Ce montant pourrait par exemple être investi dans la prévention et la promotion de la santé », fait observer M. Spicer.

À l’occasion du lancement du plan d’action local pour la nutrition dans le comté de Makueni, la directrice du service de nutrition et de diététique du Kenya, Veronica Kirogo, a fourni une vue d’ensemble de la situation du pays concernant la malnutrition. Le Kenya se heurte à un « triple fardeau » en raison de la coexistence de la sous-nutrition (retard de croissance, émaciation ou insuffisance pondérale), du surpoids ou de l’obésité et de carences en micronutriments. Dans ce pays, qui recense 7,22 millions d’enfants de moins de cinq ans, près de 1,9 million présentent un retard de croissance (26 %), 290 000 souffrent d’émaciation (4 %) et 794 200 présentent une insuffisance pondérale (11 %).

Post A Comment

No Comments