SUN Newsletter
Home / Actualités / Plusieurs organismes des Nations Unies lancent un avertissement sur la situation en matière de malnutrition dans la région Asie-Pacifique

Plusieurs organismes des Nations Unies lancent un avertissement sur la situation en matière de malnutrition dans la région Asie-Pacifique

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

D’après un nouveau rapport qui a été publié aujourd’hui par quatre organismes des Nations Unies, il est impératif de mettre chaque mois trois millions de personnes sous-alimentées à l’abri de la faim dans la région Asie-Pacifique d’ici fin 2030 pour que cette région atteigne l’Objectif de développement durable 2 « Faim zéro ».

Sachant que près d’un demi-milliard de personnes sous-alimentées vivent dans la région Asie-Pacifique et qu’il reste dix ans avant la date fixée pour atteindre l’ODD « Faim zéro », l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) plaident en faveur de mesures d’urgence pour lutter contre la faim et la malnutrition sous toutes ses formes, et, pour la première fois dans cette région, demandent la mise en œuvre de mesures décisives, avisées et coordonnées pour mettre la nutrition au cœur des programmes de protection sociale.

Les retards de croissance, l’émaciation et la faim cachée sont associés à l’obésité qui gagne du terrain

Selon les derniers chiffres sur la faim de ce rapport, y compris sur les carences en micronutriments – phénomène également appellé « faim cachée »–, il est alarmant de constater que les retards de croissance et l’émaciation touchent les populations qui sont également frappées par de nouvelles complications nutritionnelles liées au développement du surpoids et de l’obésité dans la région. « Les retards de croissance et l’émaciation continuent de frapper de manière importante la population de cette région où les taux de retard de croissance sont supérieurs à 20 % dans une majorité des pays qui la composent. Selon les estimations, 77,2 millions d’enfants de moins de cinq ans présentaient un retard de croissance en 2018 et 32,5 millions souffraient d’émaciation. »

Le surpoids et l’obésité touchent aussi parallèlement de plus en plus d’enfants et d’adultes dans la région Asie-Pacifique, ce qui porte préjudice à leur santé et à leur bien-être. Les maladies non transmissibles liées à l’alimentation, telles que le diabète, l’hypertension et les problèmes respiratoires, pèsent lourdement sur les finances publiques en matière de soins de santé et entraînent des pertes de productivité.

« « Dans de nombreux pays de la région, la sous-nutrition infantile, le surpoids, l’obésité et les carences en micronutriments touchent les mêmes ménages et parfois les mêmes personnes à l’échelle nationale. Il est nécessaire d’adopter une approche regroupant les différentes parties prenantes pour lutter contre les différents fardeaux découlant de la malnutrition », précise le rapport.

Mettre la nutrition au centre de la protection sociale

Le rapport indique que la protection sociale est un levier important pour réduire les inégalités et atténuer l’impact des catastrophes et une section consacrée à la protection sociale explique que l’élaboration de programmes contribuant à la nutrition peut accélérer les progrès dans la lutte contre la faim et la malnutrition. Il ajoute qu’il est recommandé d’appliquer ces principes liés à la nutrition dans la conception, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des programmes de protection sociale, en temps normal comme en temps de crise.

Le rapport reconnaît également que des progrès ont été accomplis dans la région pour améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire. « Les réglementations nationales sur l’enrichissement de l’alimentation et la mise en œuvre de politiques budgétaires en faveur de régimes sains ont eu des effets positifs. La poursuite de la croissance économique pourrait également améliorer la nutrition et la sécurité alimentaire », déclarent conjointement les responsables régionaux des quatre organismes des Nations Unies. « Cependant, ces progrès sont freinés par les inégalités croissantes ainsi que par les catastrophes et les chocs liés aux conflits et au climat dans la région. »

Selon le rapport, la protection sociale peut jouer un rôle important dans l’éradication de la faim et de la malnutrition, mais de nouvelles recherches doivent être menées sur les répercussions des programmes de protection sociale sur la santé et sur la nutrition des populations démunies, notamment des femmes et des enfants, des personnes handicapées et des personnes autochtones.

 

• Rapport de synthèse sur la nutrition et la sécurité alimentaire dans la région Asie-Pacifique pour 2019

Post A Comment

No Comments