SUN Newsletter
Home / Actualités / Pour atténuer l’impact de la Covid-19, les petits agriculteurs haïtiens vont bénéficier d’une aide à la production alimentaire

Pour atténuer l’impact de la Covid-19, les petits agriculteurs haïtiens vont bénéficier d’une aide à la production alimentaire

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

©FIDA/Sarah Morgan

Le gouvernement haïtien et le Fonds international de développement agricole des Nations Unies (FIDA) ont signé un accord de financement portant sur un projet qui aidera les agriculteurs haïtiens à se remettre de l’impact de la Covid-19 et à relancer la production des denrées alimentaires de base. Le projet permettra une reprise rapide de la production agricole et des revenus qui y sont attachés par la remise en état des petits systèmes d’irrigation — une nécessité vitale dans un pays durement touché par le changement climatique —, en fournissant des intrants agricoles essentiels et en contribuant à accroître la résilience des agriculteurs.

Le Projet d’urgence pour le renforcement de la résilience des petits agriculteurs face aux conséquences de la pandémie de Covid-19 (PURRACO) est un projet de 5,8 millions de dollars US, dont 5 millions accordés par le Fonds international de développement agricole (FIDA), 0,5 million par le gouvernement haïtien et une contribution en nature de 0,3 million apportée par les bénéficiaires. Le projet profitera à 3 250 foyers ruraux pauvres, soit environ 13 000 personnes, dont la moitié de femmes et 30 % de jeunes.

« Le FIDA œuvre depuis de nombreuses années à l’amélioration des conditions de vie des familles d’agriculteurs haïtiennes. En ces temps difficiles, le Fonds se mobilise pour les aider à se remettre de l’impact de la pandémie, à relancer l’économie de leurs communautés et à acquérir la résilience nécessaire pour faire face aux futures urgences sanitaires et autres », déclare Mme Rossana Polastri, directrice du FIDA pour la région Amérique latine et Caraïbes.

Le PURRACO ciblera les quatre départements du pays les plus touchés par l’insécurité alimentaire causée par des fragilités structurelles récemment aggravées par l’impact de la Covid-19, à savoir les départements du Nord-Ouest, du Nord-Est, du Centre et du Sud. Il sera mis en œuvre par le ministère de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR).

Le projet aidera les ménages à se relever de la crise, à accroître leur production pour retrouver les niveaux d’avant la pandémie et à accéder aux marchés, ce qui contribuera à renforcer la sécurité alimentaire grâce à une efficacité accrue de la production agricole. Dans le même temps, l’élevage d’animaux à cycle court (poules, porcs et chèvres) permettra d’augmenter la disponibilité de protéines animales dans ces zones rurales reculées, ce qui compensera des carences nutritionnelles sans précédent.

Le FIDA mène également d’autres opérations de soutien aux Haïtiens en milieu rural. Au début de cette année, le FIDA a annoncé le lancement d’« AGRIdigitalización », un projet qui permettra à 132 coopératives d’épargne rurales et à 86 organisations de producteurs d’Amérique latine et des Caraïbes (dont 22 haïtiennes) d’améliorer leurs services financiers et de commercialiser leurs produits en ligne.

L’actuel Programme d’innovation technologique dans les secteurs de l’agriculture et de l’agroforesterie (PITAG), d’un montant de 90 millions de dollars US, est financé conjointement par le FIDA, le gouvernement haïtien, le Programme mondial sur l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP) et la Banque interaméricaine de développement (BID). Destiné à généraliser l’adoption de techniques agricoles durables, ce programme est en voie de concrétiser des progrès significatifs dans le département du Sud, où se concentre le financement du FIDA.

Le PURRACO fait partie d’un vaste processus orchestré par le ministère de l’Agriculture en vue de remédier aux répercussions de la pandémie de Covid-19. Dans le cadre d’un effort coordonné entre divers bailleurs de fonds, plusieurs autres organismes des Nations Unies et institutions financières internationales contribuent à ce projet qui vise essentiellement à relancer l’agriculture, la pêche et l’aquaculture, et à garantir l’accès physique, économique et social aux denrées alimentaires.

Post A Comment

No Comments