SUN Newsletter
Home / Actualités / Rapport annuel du groupe sectoriel pour la nutrition en Afghanistan

Rapport annuel du groupe sectoriel pour la nutrition en Afghanistan

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

La situation nutritionnelle en Afghanistan reste alarmante. Le conflit persistant, l’accès insuffisant aux services de base et les répercussions des catastrophes naturelles ont aggravé la situation existante pour les populations vulnérables, en faisant accroître le taux de malnutrition aiguë, comme les niveaux élevés le montrent dans la carte ci-dessous.

D’après les conclusions des dernières enquêtes sur la nutrition en Afghanistan, 22 provinces sur 341 ont dépassé le seuil d’intervention d’urgence en matière de malnutrition aiguë établi par l’OMS dans son classement relatif aux taux d’émaciation des enfants de moins de cinq ans (malnutrition aiguë globale ≥ 10 % associée à des facteurs d’aggravation)2. L’impact de la sécheresse en 2018 va probablement s’étendre jusqu’au milieu de l’année 2019 (la période de récolte suivante), ce qui aggravera la situation nutritionnelle désastreuse. La malnutrition aiguë touche chaque année, selon les estimations, 2 millions d’enfants de moins de cinq ans et 485 000 femmes enceintes et allaitantes. Près de 75 % des enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë vivent dans 22 provinces classées en zones prioritaires.

Les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes et allaitantes sont les groupes de la population les plus exposés à la malnutrition aiguë. Parmi les 2 millions d’enfants de moins de cinq ans souffrant de malnutrition aiguë en Afghanistan, 600 000 enfants (29 %) souffrent de malnutrition aiguë sévère, la forme la plus grave de sous-nutrition infantile. Les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère ont neuf fois plus de risques de mourir que les autres enfants en bonne santé et les enfants qui souffrent de sous-nutrition prolongée peuvent être exposés à un cycle ininterrompu de maladies et à un déficit de croissance aux conséquences irréversibles sur le développement et les capacités cognitives. Les femmes en âge de procréer et les adolescentes qui souffrent de sous-nutrition sont exposées à des problèmes de santé et accouchent d’enfants en moins bonne santé, notamment d’enfants en insuffisance pondérale, ce qui génère un cycle intergénérationnel de sous-nutrition.

En dépit du renforcement des services de traitement de la malnutrition aiguë au cours de ces dernières années, une proportion importante d’enfants souffrant de cette pathologie n’ont toujours pas accès à un traitement. Grâce au renforcement des services des partenaires du groupe sectoriel chargé de la nutrition, le nombre d’enfants bénéficiant d’un traitement contre la malnutrition aiguë sévère a enregistré une hausse de 18 % en 2018 par rapport à 2017. Cependant, en 2018, seuls environ 50 % des enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et 30 % des enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée ont eu accès à des services pour traiter cette pathologie. À l’heure actuelle, environ un million d’enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et âgés de moins cinq ans n’ont pas accès à ces services, en raison notamment de l’insuffisance des ressources et des capacités adéquates pour fournir des services au plus près des populations par l’intermédiaire d’infrastructures décentralisées.

En Afghanistan, la vulnérabilité chronique et la sous-nutrition des populations se recoupent de manière importante. Il est nécessaire de répondre aux situations d’urgence tout en renforçant la résilience et en pérennisant les résultats positifs obtenus lors des interventions liées au développement. Beaucoup d’enfants souffrent de différentes formes de sous-nutrition, 41 % des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique et 45 % souffrent d’anémie (enquête nationale sur la nutrition en Afghanistan de 2013).

Contexte humanitaire

La part de la population ayant besoin d’aide a presque doublé en 2019 par rapport à l’année précédente en raison de la sécheresse intense qui a touché le pays associée à la situation chaotique et imprévisible qui subsiste en Afghanistan. Fin 2018, plus de 550 000 Afghans avaient été déplacés et 3,6 millions avaient besoin d’une aide alimentaire d’urgence. En 2019, 6,3 millions d’Afghans au total ont besoin d’une forme d’aide humanitaire et de protection et 3,7 millions d’entre eux ont besoin de toute urgence d’une aide importante en raison d’une convergence de facteurs résultant d’une intensification de la violence, de déplacements forcés, de la perte de moyens de subsistance essentiels et d’un accès limité aux services de base (Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’Afghanistan, Aperçu des besoins humanitaires de 2019).

 

Consultez le rapport : Groupe sectoriel pour la nutrition en Afghanistan – Rapport annuel 2018

Post A Comment

No Comments