SUN Newsletter
Home / Actualités / Redevabilité pour la nutrition dans l'Agenda de développement de l'après-2015

Redevabilité pour la nutrition dans l’Agenda de développement de l’après-2015

  |   Blogs, Secrétariat et Groupe principal du Mouvement SUN

Tom Arnold

Coordonnateur par intérim du Mouvement SUN

Déclaration de l’auteur : L’auteur a déclaré ne pas avoir de conflit d’intérêts.

Tom Arnold speaks at the SUN Movement Global Gathering 2013 in Rome. Photo: WFP / Angela Iula

Tom Arnold s’exprimant lors du Rassemblement Global du Mouvement SUN 2013 à Rome. Photo : WFP / Angela Iula

Cet article est extrait de la publication SCN News 41 – lancée en mai 2015. SCN News est un examen périodique de l’évolution de la nutrition internationale visant à faciliter le partage d’expériences en matière de nutrition. En savoir plus et télécharger la publication complète : Site Web de l’UNSCN UN SCN Website

Les faits marquants de 2014 ont fourni une impulsion cruciale pour la lutte mondiale contre la malnutrition sous toutes ses formes et pour la justice nutritionnelle. La malnutrition résultant de l’incapacité de permettre aux personnes de jouir d’un de leurs droits fondamentaux, l’aborder relève en effet d’une question de justice. Le Rassemblement Global du Mouvement pour le renforcement de la nutrition (SUN) tenu en novembre 2014 a souligné la nécessité d’une collaboration continue de toutes les parties prenantes dans le renforcement des actions de nutrition dans les pays. Le premier Rapport mondial sur la nutrition a présenté une image claire de la malnutrition globale en mettant l’accent sur les réussites et les défis intrinsèques. Le premier parmi ces événements de 2014 était les processus qui ont abouti à la Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (ICN2) à Rome. Ils ont galvanisé les engagements renouvelés pour mettre fin à la malnutrition d’autant que les États membres ont approuvé la Déclaration de Rome Rome Declaration sur la nutrition et le Cadre d’action Framework for Action.

Assurer l’accès à une meilleure nutrition pour tous, en particulier les femmes et les enfants, reste le centre d’intérêt de la Déclaration de Rome. C’est également l’objectif primordial du Mouvement SUN. Cependant, si en tant que communauté globale, nous devons atteindre ces objectifs – réalisables – même pour ambitieux qu’ils soient, nous devons tous continuellement et de façon éclairée, examiner notre travail afin que les engagements se traduisent en actions. Nous devons poursuivre sur cette lancée tout au long de 2015 et au-delà. Pour le Mouvement SUN, l’appel à une plus grande redevabilité et à l’engagement à soutenir les efforts des pays pour le renforcement de la nutrition servira de tremplin pour sa stratégie actualisée au-delà de 2015.

L’agenda plus étendu de développement de l’après-2015 offrira une plate-forme pour les parties prenantes aux niveaux international, national et infranational pour renforcer le suivi des résultats et le partage et l’apprentissage entre les pays et toutes les parties prenantes à savoir : les gouvernements, les donateurs, la Société civile et le Secteur privé. Assurer la redevabilité englobera la mesure dans laquelle les engagements sont pris et les redevabilités attribuées pour garantir que les objectifs sont atteints. En substance, ce cadre devrait fournir les bases nécessaires pour la définition des rôles et des redevabilités claires pour toutes les parties prenantes impliquées dans la lutte pour la justice nutritionnelle.

Au niveau international, le système des Nations Unies a un rôle majeur à jouer dans la fourniture de l’orientation politique et le renforcement des capacités nécessaires pour les actions liées à la nutrition. Pendant que les parties prenantes internationales peuvent apporter un appui à travers les ressources pour la redevabilité, au niveau national, les gouvernements doivent continuer à prendre les devants dans l’évaluation et la mise en œuvre des mesures ciblées pour améliorer l’état nutritionnel de tous les citoyens. Ces actions peuvent plus pénétrer dans les structures de gouvernance décentralisées, en mettant l’accent sur des approches axées sur la communauté et les approches sexospécifiques. Des groupes de la société civile ont également un rôle vital à jouer. Pour ce faire, il peuvent se lancer dans des campagnes de sensibilisation sur la nutrition communautaire, plaider pour une augmentation des investissements, une meilleure gouvernance de la nutrition, ainsi que pour la transparence dans les dépenses liées à la nutrition.

Au sein du Mouvement SUN, nous allons continuer à travailler pour renforcer l’alignement des quatre composantes de l’appui à savoir l’ONU, les donateurs, le Secteur privé et la Société civile pour soutenir les 55 pays qui se sont engagés à renforcer la nutrition. L’alignement sur les plans nationaux permettra d’améliorer l’apprentissage par les pairs et la redevabilité mutuelle.

Le fait d’assurer la redevabilité dans l’Agenda de développement de l’après-2015 nécessitera le renforcement des mécanismes appropriés à tous les niveaux pour mesurer les résultats. Pour évaluer les résultats, il faut au préalable avoir les informations nécessaires et les systèmes de suivi et évaluation correspondants pour suivre et analyser les progrès. Cette nécessité est soulignée dans le Rapport mondial sur la nutrition, qui identifie les lacunes énormes de données data gaps sur la prévalence globale de la malnutrition et plaide pour des données crédibles et opportunes afin de tenir les parties prenantes redevables de leur engagement à fournir des services de nutrition. Le fait d’avoir de tels systèmes robustes en place permet aux gouvernements d’évaluer l’impact de leurs politiques et programmes et de procéder à des ajustements au fur et à mesure si nécessaire.

L’expérience des pays au sein du Mouvement SUN met en évidence l’importance qu’il y a à dépasser la collecte de données pour développer les capacités en vue de l’étude des données de manière à influencer l’élaboration des politiques et la mise en œuvre. Cette compréhension constitue le socle de l’approche développée et testée au sein du Mouvement SUN pour soutenir la création et l’utilisation de plates-formes d’informations nutritionnelles aux niveaux national et infranational. Les plates-formes prévues peuvent aider à suivre les progrès et déterminer les associations pour construire des arguments plausibles sur l’effectivité et l’efficacité en coût des différentes interventions et renforcer la redevabilité mutuelle.

La redevabilité dans l’Agenda de développement de l’après-2015 devrait aider à identifier les rôles et redevabilités des parties prenantes à différents niveaux, tout en assurant des mécanismes appropriés pour en mesurer les progrès. Les deux dépendent de la capacité à suivre et mettre en œuvre des actions et, plus important encore, de la disponibilité et de l’accès aux ressources financières. Alors que plusieurs engagements ont été pris par les gouvernements et les parties prenantes clés de la nutrition lors du Sommet sur la nutrition pour la croissance en 2013 Nutrition for Growth summit in 2013, entre autres événements, il reste indispensable de mettre en place des mesures pour le suivi de ces engagements.

Le suivi des engagements peut être réalisé grâce à des partenariats et plaidoyer conjoints pour une meilleure transparence. Des efforts conscients doivent être faits pour améliorer la transparence dans les dépenses de la nutrition en encourageant le suivi cohérent et le reporting par les donateurs et les gouvernements nationaux. Le Mouvement SUN continuera à accorder la priorité à la mobilisation de l’appui politique, en s’alignant sur le cadre commun de résultats dans les pays et en veillant à ce que des ressources suffisantes soient allouées aux actions de nutrition. Le Mouvement SUN a déjà pris des mesures pour aider les gouvernements à assurer le suivi du volume des ressources allouées à des actions spécifiques à la nutrition ainsi qu’à des actions qui lui sont favorables.

Assurer une meilleure redevabilité pour la nutrition dans l’Agenda de développement de l’après-2015 commence par exprimer le besoin d’indicateurs de nutrition dans l’Objectif de développement durable 2 (ODD 2) visant à éliminer la faim, réaliser la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable. Encore une fois, il y a toujours une occasion pour que plusieurs indicateurs de nutrition soient utilisés, en les mettant en relation avec d’autres ODD, en particulier, la corrélation positive entre la responsabilisation des femmes et des filles et les résultats nutritionnels de tous.

Les six objectifs de nutrition convenus au niveau mondial par les États membres lors de l’Assemblée mondiale de la Santé (WHA) en 2012 fournissent une plate-forme pouvant être renforcée avec l’Agenda de développement de l’après-2015. Intégrer les objectifs de l’Assemblée mondiale de la Santé aidera à renforcer la planification et l’action multi-acteur en cours dans les pays en vue de la réalisation des objectifs. Cela permettra d’assurer la durabilité des efforts de nutrition aux niveaux mondial et national, tout en maintenant la nutrition comme une priorité pendant et au-delà de la prochaine décennie. Que la nutrition soit imprimée dans le cadre des ODD fournira le tremplin nécessaire à la mise en place et au renforcement des cadres de redevabilité pour suivre et démontrer les résultats.

Post A Comment

No Comments