SUN Newsletter
Home / Actualités / Réunion des ministres du secteur de l’eau et de l’assainissement : un accord sur les mesures décisives à prendre pour en finir avec les inégalités d’accès à l’eau et à l’assainissement

Réunion des ministres du secteur de l’eau et de l’assainissement : un accord sur les mesures décisives à prendre pour en finir avec les inégalités d’accès à l’eau et à l’assainissement

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN

Gerda Verburg, coordinatrice du Mouvement SUN, accompagnée de Catarina de Albuquerque et de Kevin Rudd, respectivement directrice générale et président du SWA

La Réunion des ministres du secteur de 2019 du SWA a permis de rassembler, pendant deux jours, plus de 50 ministres afin de convenir de mesures conjointes à instaurer pour garantir un accès universel à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. Les discussions entre ministres et partenaires du développement marquent une étape cruciale vers une approche mondiale de gouvernance, de financement et de redevabilité dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène. Quarante-sept pays se sont engagés à agir de conserve avec leurs partenaires de la société civile et du secteur privé, et des donateurs et organismes des Nations Unies sont déterminés à les soutenir.

La Réunion de 2019 des ministres du secteur de la SWA, la sixième du genre, est organisée par le partenariat SWA (Assainissement et eau pour tous) et convoquée par l’UNICEF et la Banque interaméricaine de développement. Elle se tient pour la première fois en Amérique latine, sur invitation du Costa Rica. Cette Réunion, le résultat d’un travail conjoint et continu entre partenaires, est l’aboutissement de préparatifs minutieux qui ont duré 6 mois.

Elle va accueillir un nombre record de ministres venus de tous les continents pour discuter des initiatives nationales, régionales et mondiales à prendre afin de réaliser l’Objectif de développement durable n° 6 d’ici 2030 et des façons d’éliminer peu à peu les inégalités d’accès. Les ministres présents se sont également engagés à sensibiliser le monde entier aux problèmes d’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène, et à leurs aspects divers allant des effets du changement climatique aux manques de financement, en passant par l’hygiène menstruelle et la défécation à l’air libre.

Les conclusions de la Réunion des ministres du secteur alimenteront les discussions du Forum politique de haut niveau des Nations Unies qui se tiendra en juillet 2019 et de la Réunion des ministres des Finances du SWA de 2020.

Selon les dernières estimations, 30 % de la population mondiale (soit 2,1 milliards de personnes) n’ont pas accès à des services d’assainissement de base et 844 millions n’ont pas accès à l’eau potable. Les maladies diarrhéiques dues au manque d’accès à l’eau potable allié à une mauvaise hygiène tuent chaque jour 700 enfants de moins de 5 ans.

 

 

S.E. Carlos Alvarado, président du Costa Rica s’est exprimé en ces termes : « Pendant longtemps, l’on a considéré que l’eau était une ressource inépuisable mais aujourd’hui, nous savons tous que ce n’est pas le cas. Les fleuves et les océans du monde entier sont malades. Au Costa Rica, la triste réalité est que seulement 15 % de la population est relié à un système d’eaux usées. Nous faisons face à un gigantesque défi et nous nous devons de protéger la santé de nos populations ».

Le Secrétaire général des Nations Unies, monsieur António Guterres, a déclaré, dans une lettre adressée aux participants de la Réunion des ministres du secteur : « Je salue vos efforts et vos initiatives visant à sensibiliser le monde aux causes fondamentales des inégalités dans les domaines de l’eau et de l’assainissement. Je compte sur vous pour élaborer des plans concrets et trouver des solutions pratiques pour relever ce grand défi et j’attends avec impatience de lire ce qui ressortira de vos discussions. »

« Les pénuries d’eau et l’absence d’infrastructures d’hygiène et d’assainissement posent des risques considérables aux femmes et aux enfants » indique Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF. Selon elle « C’est le cas lorsqu’on envoie des femmes et des filles chercher de l’eau, car elles risquent alors de subir des violences et des mauvais traitements. C’est aussi le cas lorsqu’on impose aux filles de rester à la maison parce que les écoles ne sont pas équipées de toilettes, car on les prive d’éducation. Et c’est le cas lorsque les bébés sont mis au monde dans des établissements sans service d’eau, car les risques d’infection mortelle y sont très élevés. »

Pour de plus amples informations : Plus de 50 ministres conviennent de mesures décisives afin de mettre un terme aux inégalités d’accès à l’eau et à l’assainissement à l’occasion de la Réunion des ministres du secteur de SWA

Post A Comment

No Comments