SUN Newsletter
Home / Actualités / Série « Le coût de la faim en Afrique » : Soudan et Gambie

Série « Le coût de la faim en Afrique » : Soudan et Gambie

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN
L’étude sur le coût de la faim en Afrique (CDFA) évalue les conséquences sociales et économiques de la dénutrition des enfants et fournit des données probantes à l’appui des investissements dans le capital humain pour le développement durable dans les pays africains.

Dirigée par la Commission de l’Union africaine (CUA) et mise en œuvre par ses États membres, l’étude CDFA est soutenue par l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA-NEPAD) en collaboration avec la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) et le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies.

L’étude CDFA est une initiative menée à l’échelle du continent visant à estimer les impacts sociaux et économiques de la dénutrition infantile en Afrique, en se concentrant sur les secteurs de la santé, de l’éducation et du travail. Elle fournit aux gouvernements et aux partenaires des recommandations clés, prioritaires et assorties d’échéances, pour améliorer la vie des enfants sur tout le continent. Les résultats de l’étude fournissent des preuves solides pour éclairer les dialogues sur les choix politiques et renforcer la sensibilisation à l’importance de la prévention de la dénutrition infantile.

À ce jour, vingt-et-un (21) pays ont achevé l’étude : Burkina Faso, Égypte, Eswatini, Éthiopie, Gambie, Ghana, Kenya, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Ouganda, RDC, Rwanda, Soudan, Tchad, et Zimbabwe.

Selon les résultats de ces études : a) 8 à 44 % de la mortalité infantile totale est associée à la dénutrition ; b) entre 1 et 18 % du total des redoublements scolaires sont associés à un retard de croissance ; c) les enfants souffrant d’un retard de croissance font des études d’une durée inférieure de 0,2 à 3,6 ans à la moyenne ; d) la mortalité infantile associée à la dénutrition a réduit la main-d’œuvre nationale de 1 à 13,7 % et e) 40 à 67 % de la population en âge de travailler a souffert d’un retard de croissance dans l’enfance.

Le coût annuel total estimé de la dénutrition dans ces pays, en termes de PIB, varie de 2 % (pour l’Égypte) à 17 % (pour l’Éthiopie). L’amélioration de l’état nutritionnel des enfants est une priorité qui nécessite une attention politique urgente pour accélérer le progrès et le développement socio-économique en Afrique.

 

Le coût de la faim en Afrique : Soudan 2020

Le coût de la faim en Afrique : Gambie 2020

Post A Comment

No Comments