SUN Newsletter
Home / Actualités / Stratégie nationale de nutrition du Viêt-nam pour 2021-2030 : des systèmes de santé et alimentaire plus équitables, plus résilients et plus durables

Stratégie nationale de nutrition du Viêt-nam pour 2021-2030 : des systèmes de santé et alimentaire plus équitables, plus résilients et plus durables

  |   Réseau de la société civile SUN, Réseau des pays SUN



* Blog rédigé par Phuong Huynh, de l’Institut national de la nutrition, et Linh Phan, de Alive & Thrive/Alliance de la société civile du Mouvement SUN au Viêt-nam

Le Viêt-nam est un pionnier du développement des nourrissons et des bébés et devance les autres pays d’Asie du Sud-Est dans ce domaine. Les résultats d’une récente enquête nationale sur la nutrition ont révélé que ce pays affiche de bien meilleures performances que les autres pays d’Asie du Sud-Est en matière de lutte contre les retards de croissance chez les enfants. Jamais la prévalence des retards de croissance chez les enfants de moins de 5 ans n’a été aussi faible puisqu’elle est de 19,6 %, et donc inférieure à la moyenne de l’Asie (21,8 %). Le Viêt-nam est donc très bien parti pour atteindre l’objectif en matière de retards de croissance d’ici 2025. En plus de cette réussite, il est également en très bonne voie pour réaliser l’objectif d’allaitement exclusif, avec 45,4 % des nourrissons âgés de 0 à 5 mois nourris exclusivement au sein[i].

Ces remarquables réussites, qui sont des étapes importantes, ont été présentées le 30 mars 2021 lors d’un atelier de consultation technique pour l’élaboration de la stratégie nationale de nutrition pour la période 2021-2030>, organisé par l’Institut national de la nutrition et l’Alliance de la société civile (CSA) du Mouvement SUN du Viêt-nam. Plus de 600 personnes y ont participé et y étaient représentés : le ministère de la Santé, le Comité pour les Affaires des minorités ethniques, l’OMS, l’UNICEF, la Banque mondiale, le Comité populaire de gouvernement provincial, les ministères de la Santé, de l’Agriculture et du Développement rural, de l’Éducation et de la Formation, ainsi que le Centre de contrôle des maladies de 63 provinces de tout le pays. En raison de la pandémie de COVID-19 qui perdure, la plupart des participants étaient virtuellement présents à l’atelier via Zoom, une situation qui a permis une plus large présence et plus forte participation de représentants locaux, notamment pendant les exercices de groupe, avec des discussions animées sur les défis à relever et les solutions visant à améliorer la nutrition.

Toute première expérience de consultation pour l’élaboration de la stratégie, l’atelier a permis de constater aussi bien les progrès significatifs accomplis que les défis restant à relever. L’enquête montre bien que, malgré un recul général de la prévalence des retards de croissance chez les enfants, ce chiffre global ignore les importantes inégalités entre les populations, les groupes les plus vulnérables étant les plus touchés. Par exemple, la prévalence des retards de croissance au sein du groupe ethnique Kinh (le groupe ethnique majoritaire au Viêt-nam représentant 85 % de la population) est de 17,1 % tandis que parmi les autres groupes ethniques minoritaires, ce chiffre s’élève parfois à 32 %. Le budget alloué par le gouvernement central aux programmes nutritionnels a peu à peu été réduit au cours des 4 à 5 dernières années, et les effets de ces coupes budgétaires se font désormais réellement sentir sur les interventions à tous les niveaux. De même, il est nécessaire de consacrer davantage de temps et de ressources aux Centres provinciaux de contrôle des maladies pour asseoir l’organisation, renforcer les capacités des ressources humaines et consolider la mise en place de programmes en faveur de la nutrition, alors qu’une fusion de ces centres avec d’autres est en cours depuis les deux dernières années. Sur fond de pandémie de COVID-19, les discussions de groupe traitaient du bien-être nutritionnel pour tous, tout particulièrement pour les mères et les enfants de moins de 2 ans, qui revêt encore plus d’importance face cette nouvelle menace qui sévit actuellement et continuera certainement de sévir à l’avenir.

Au cours de cet atelier, quatre modèles nutritionnels ont été présentés aux participants de 63 provinces comme exemples probants de renforcement des systèmes de santé, de mobilisation des communautés et de collaboration multisectorielle en faveur de l’amélioration de la nutrition et susceptibles d’être répliqués.

Soutenu par l’Alliance de la société civile du Mouvement SUN au Viêt-nam, des agences des Nations unies et d’autres partenaires, l’Institut national de la nutrition intégrera les informations recueillies dans le cadre de l’atelier et finalisera la stratégie nationale de nutrition le trimestre prochain. Celle-ci inclura un programme en faveur de l’équité visant à garder les Objectifs de développement durable (ODD) en ligne de mire.

Jamais des systèmes de santé et alimentaire plus équitables, plus résilients et plus durables ont été aussi nécessaires. Face aux effets dévastateurs de la COVID-19, le gouvernement du Viêt-nam et les partenaires au développement continuent d’assurer et de renforcer la santé des bébés et des nourrissons en encourageant l’allaitement et en luttant contre les retards de croissance infantile, pour s’assurer que le Viêt-nam reste sur la bonne voie pour atteindre les ODD d’ici 2030.

[i] Rapport sur la nutrition mondiale de 2020

Post A Comment

No Comments