SUN Newsletter
Home / Actualités / Tirer au mieux parti des partenariats public-privé pour une amélioration de la nutrition en Asie du Sud

Tirer au mieux parti des partenariats public-privé pour une amélioration de la nutrition en Asie du Sud

  |   Réseau du secteur privé SUN

 

* Initialement publié par le réseau du secteur privé SUN


Plus de 120 représentants de gouvernements, d’organisations de la société civile, du secteur privé et de donateurs internationaux de toute l’Asie du Sud se sont réunis les 17 et 18 juin 2019 pour une table ronde régionale organisée par la SAFANSI, l’Initiative de la Banque mondiale en faveur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Asie du Sud.

Chaque année, la SAFANSI réunit des chercheurs, décideurs politiques et parties prenantes de haut niveau pour plaider en faveur d’une collaboration et d’actions multisectorielles visant à faire face aux défis de sécurité nutritionnelle et alimentaire les plus urgents en Asie du Sud.

Cette année, le thème de la table ronde était « Les systèmes alimentaires sensibles à la nutrition, à haut impact et sous-représentés en Asie du Sud ». Elle a permis d’aborder des thèmes actuels majeurs sur les liens entre nutrition, biodiversité et durabilité environnementale qui furent donc au cœur des présentations, des débats et des discussions qui se sont tenus pendant deux jours. La table ronde été organisée par la Banque mondiale en partenariat avec la Commission européenne, le Mouvement SUN, la FAO, l’IFPRI, l’ICRISATBiodiversity InternationalDSMFood Industry AsiaGAIN et le Global Panel.

Pendant deux jours, de très nombreux acteurs du secteur privé, de la société civile et de gouvernements ont échangé leurs points de vue sur le fait que les aliments nutritionnellement riches, sous-représentés et à fort impact (comme le poisson, les cultures indigènes et les légumes secs) pouvaient, en tant que solution durable, résistante aux changements climatiques et économiquement viable, contribuer à alléger le fardeau de la malnutrition dans toute la région.

Syed Muntasir Ridwan, coordinateur du réseau du secteur privé SUN au Bangladesh était le modérateur du débat sur « la promotion des cultures indigènes et des aliments du patrimoine agricole sains et nutritifs » qui a permis d’explorer l’approche multisectorielle de la SAFANSI, en réunissant des représentants de milieux universitaires, du développement et du secteur privé. Les participants au débat ont appelé le gouvernement à réorienter les politiques de lutte contre la malnutrition pour cesser de mettre l’accent sur le riz en faveur des cultures indigènes diverses et variées et d’aliments du patrimoine agricole. Ils ont également constaté l’utilité des systèmes de distribution publics et des organisations d’agriculteurs dans la diffusion plus large de cultures sous-utilisées.

Les aliments nutritifs doivent rester abordables et ce sujet était au cœur des discussions sur la malnutrition dans la région. Le docteur Felipe Dizon, économiste pour l’Agriculture Global Practice (Banque mondiale) a clairement indiqué que la cause sous-jacente de la malnutrition en Asie du Sud est que le coût des aliments nutritifs dans les pays en développement est bien plus élevé que celui des aliments malsains et moins nourrissants. Ainsi, les foyers ont tendance à dépenser trop d’argent dans des aliments trop riches en calories et en amidon, plutôt que dans des aliments nutritifs répondant à leurs besoins alimentaires.

Des représentants du secteur privé ont également indiqué que la demande des consommateurs en aliments nourrissants est faible et les efforts pour accroître la demande de ces aliments sont minimes dans la région. C’est avant tout le goût, le coût et la facilité qui motivent les consommateurs et de ce fait, ils privilégient les aliments riches en sucre, en sel et en acides trans gras. De plus, les légumes ont toujours cette réputation d’aliments prétendument « inférieurs », ce qui signifie qu’au moment de toucher leur salaire, les consommateurs se ruent davantage sur de la viande plutôt que des légumes.

Suite à l’évènement, la SAFANSI, en collaboration avec le Mouvement SUN et d’autres partenaires clés, a prodigué cinq conseils utiles que voici :

  1. Proposer à tout le monde des aliments abordables, sûrs, sains, nutritifs et appétissants
  2. Promouvoir des régimes alimentaires sains en proposant une nourriture variée et une collaboration entre acteurs de la production et consommateurs
  3. S’assurer que personne n’est laissé de côté
  4. Bouleverser les systèmes alimentaires
  5. Travailler ensemble

La SAFANSI soutient les initiatives régionales multisectorielles et collaboratives en faveur de mesures de sécurité nutritionnelle et alimentaire plus intégrées, en travaillant avec les réseaux de connaissances existants pour développer un réseau solide de défenseurs, décideurs et de professionnels de la nutrition et de l’alimentation dans toute l’Asie du Sud. 

Lisez un document résumant tout ce qui s’est passé lors de cette manifestation ici : www.worldbank.org/en/news/feature/2019/06/26/championing-better-nutrition-in-south-asia 

Post A Comment

No Comments