SUN Newsletter
Home / Actualités / Transformer les reportages des médias sur les questions de nutrition en République du Kenya

Transformer les reportages des médias sur les questions de nutrition en République du Kenya

  |   Blogs
Titus Mung'ou SUN CSA Chair, KenyaPar Titus Mung’ou

Titus Mung’ou est Responsable Plaidoyer et Communication chez Action Contre la Faim (ACF) et préside l’Alliance de la société pour le renforcement de la nutrition au Kenya (ASC – SUN).

Le plaidoyer pour la nutrition au Kenya a pris un nouveau tournant dans les derniers mois, grâce aux efforts soutenus de l’Alliance de la société pour le renforcement de la nutrition au Kenya (ASC – SUN) visant à renforcer les capacités des professionnels des médias pour des reportages sur la nutrition. La mise en place d’un réseau de récits de faits de nutrition par les journalistes et une couverture médiatique accrue des programmes de nutrition, ne sont que quelques-unes des réalisations depuis juin 2015.

Une étude de visibilité médiatique commandée par l’ASC – SUN et menée par une firme de suivi des médias, Reelforge Limited, a révélé l’ampleur des défis rencontrés par les médias dans le domaine de la nutrition entre mai 2014 et mai 2015. Une des principales conclusions du rapport est que : « La couverture médiatique des questions liées à la nutrition était la plus élevée dans le milieu de la radio en termes de régularité au cours de la période. Cela peut être attribué au nombre élevé de points / canaux de diffusion. La télévision a eu la plus grande part dans la diffusion des valeurs par rapport à d’autres types de médias mais le taux de diffusion des faits de nutrition est resté bas »

Informée par des ateliers précédents de médias et le rapport de suivi des médias, l’ASC SUN grâce au soutien du Population Reference Bureau en abrégé PRB et des membres individuels, a organisé des formations de médias nationaux et de comtés, en ciblant les journalistes spécialisés dans les rapports scientifiques.

Un atelier national de médias mené par l’ASC SUN en février 2015 a réuni 9 journalistes et 3 agents de santé communautaires (ASC) des comtés de Nairobi et Embu. Les journalistes étaient employés à Nation Media Group, Kenya Broadcasting Corporation, Standard Group, Science Africa et d’autres étaient des journalistes indépendants.

Les sujets abordés étaient la présentation du Mouvement SUN, la présentation du paysage de la nutrition au Kenya, le cadre de la politique de la nutrition et la nutrition comme programme pour les médias. Les animateurs venaient de l’ASC SUN et de Médias pour l’environnement, la science, la santé et l’agriculture (MESHA). Une formation similaire a été organisée par l’ASC SUN en mai 2015 au comté de Nakuru et a attiré plus de 20 journalistes de comtés soutenus par le réseau dans la mise en œuvre des projets du Fonds d’affectation multi-partenaires de la plate-forme du Mouvement SUN et du Population Reference Bureau. Les comtés sont Baringo, Kajiado, Machakos, West Pokot, Taita Taveta et Wajir.

Cet atelier a donné l’occasion de former le réseau de journalistes spécialisés en récits ayant trait à la nutrition et de former et mettre en place un groupe de travail pour l’élaboration de stratégies de recrutement de plus de membres et l’extension du réseau à d’autres comtés.

Voici les principales recommandations des ateliers médiatiques menés par l’ASC SUN :

  • Mobilisation des fonds pour la logistique de recherche et de travail sur le terrain pour permettre aux journalistes de rédiger des articles de qualité.
  • Mise en place d’une base de données de la nutrition accessible aux journalistes.
  • Renforcement des capacités des journalistes pour couvrir les études de cas et enquêtes de la nutrition.
  • Création des comptes de médias sociaux pour améliorer le partage des nouvelles sur la nutrition.
  • Lancement d’un concours pour les journalistes qui rédigent des articles sur la nutrition.
  • Sensibilisation des éditeurs de médias sur les questions de nutrition, de manière à augmenter sa couverture.
  • Soutien aux journalistes pour la couverture des activités de nutrition dans le domaine.

Situation de pays

La malnutrition est un problème de santé publique important au Kenya. On estime que 26 % des enfants kenyans sont atteints du retard de croissance (ci-dessous, taille appropriée par rapport à l’âge).

Par conséquent, le Kenya a été identifié dans la série 2013 du The Lancet sur la sous-nutrition comme l’un des 36 pays qui ploient sous les 90 pour cent de la charge mondiale des retards de croissance. La malnutrition des enfants est particulièrement dommageable car les effets sont irréversibles, entraînant une insuffisance permanente de la fonction cognitive et ayant un impact sur la qualité de vie et la productivité d’un individu, et avec des répercussions sur l’économie nationale.

Malheureusement, les progrès réalisés par le Kenya dans la réduction de la sous-nutrition ont été très lents, à un taux annuel moyen de 0,6 à 2,5 pour cent.

À la suite des deux ateliers sur les médias, l’ASC SUN avec le soutien du PRB a tenu un atelier d’éditeurs de médias à Nairobi le 19 juin 2015. Plus de 30 professionnels des médias, parmi lesquels des rédacteurs et journalistes chevronnés ont assisté à l’événement. Le Point focal SUN du gouvernement du Kenya et Chef du service Nutrition, Gladys Mugambi et le Sénateur du comté de West Pokot, John Lonyangapuo, étaient parmi les leaders et les décideurs, qui ont pris la parole lors de la réunion.

L’atelier a eu lieu à la suite directe de la publication du rapport de l’Enquête Démographique et de Santé du Kenya (KDHS) de l’année 2014 qui a révélé que 26 pour cent des enfants de moins de 5 ans étaient atteints de retard de croissance, 4 pour cent étaient émaciés et 11 pour cent étaient très maigres pour leur âge (insuffisance pondérale).

Tout en reconnaissant les défis auxquels fait face le secteur de la nutrition, Mme Mugambi était optimiste : « Le Kenya mérite d’être encouragé pour avoir atteint la cible des objectifs du Millénaire pour le développement sur les enfants souffrant d’insuffisance pondérale qui se situe à 11 pour cent ».

Elle a appelé les différentes parties prenantes et les médias à conjuguer leurs efforts avec ceux du gouvernement dans la sensibilisation pour la promotion de la nutrition.

Gladys Mugambi, SUN Government Focal Point and Head of Nutrition - Copy« Les médias ont un grand rôle à jouer dans les campagnes de nutrition. Nous savons tous que les publicités sur les médias influencent les choix des aliments dans le ménage ». – Gladys Mugambi, Chef du service Nutrition et Point focal SUN du gouvernement

 

 

Recommandations pour améliorer la couverture médiatique des programmes de nutrition :

  • Les parties prenantes de la nutrition devraient s’activer pour plus de couverture par les stations de radio afin de mettre fin à la situation de la malnutrition dans le pays. Il est nécessaire d’améliorer les rapports des stations de radio régionales sur les questions de nutrition, en particulier pour les zones les plus touchées par la malnutrition telles que les comtés de West Pokot et Turkana.
  • Redoubler d’efforts pour utiliser d’autres canaux médiatiques tels que la télévision et les publications écrites.
  • Les résultats des recherches sur les questions de nutrition attirent un grand intérêt et une forte couverture médiatique. Les parties prenantes de la nutrition devraient soutenir ou se mettre en partenariats avec des firmes de recherche pour mener des enquêtes nutritionnelles et informer le public sur les tendances de la malnutrition dans le pays.
  • Combler les lacunes dans la couverture médiatique des cas de malnutrition dans les zones rurales où le problème est le plus répandu.

Au moins 15 journalistes formés par l’ASC DUN en mai 2015, ont été soutenus pour faire des descentes sur le terrain en vue de la couverture des programmes de nutrition dans les comtés de Baringo, Kajiado, Machakos et West Pokot. L’un des premiers résultats en a été un impact positif sur la qualité des articles portant sur la nutrition dans les médias et une meilleure visibilité des questions de nutrition.

Nutrition Advocacy training session in Kajiado County

Session de formation sur le plaidoyer pour la nutrition dans le comté de Kajiado © Alliance de la société civile kenyane

Nakuru Media Training in May 2015Formation aux médias à Nakuru en mai 2015 [/ caption]

Post A Comment

1Comment
  • Jacques DIOUF | Sep 29, 2015 at 7:09

    Le kenya est bien parti dans la mobilisation des parties prenantes la communication et le renforcement des capacités des acteurs;
    c’ est un cas très intéressant et mérité la place qui lui a été réservée
    Cette dynamique va certainement influencér les jeunes ASCS qui n’ont pas encore montré ce qu’elles font réellement sur le terrain