SUN Newsletter
Home / Actualités / Transformer les systèmes alimentaires et de protection sociale pour mieux protéger les populations les plus vulnérables

Transformer les systèmes alimentaires et de protection sociale pour mieux protéger les populations les plus vulnérables

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN
© UNICEF/Soares

Pour vaincre la malnutrition sous toutes ses formes une bonne fois pour toutes d’ici 2030, il nous faut transformer les systèmes alimentaires, de santé et de protection sociale afin d’améliorer l’état de santé, la nutrition et les régimes alimentaires des populations. Des changements systémiques et structurels des systèmes alimentaires sont nécessaires afin d’améliorer la nutrition, la santé et les régimes alimentaires. Pour réaliser cet objectif tant à l’échelle mondiale qu’au niveau des pays, il est essentiel d’accroître les dépenses publiques actuelles et d’optimiser les politiques d’investissement, avec l’aide de tous les acteurs et parties prenantes multisectoriels, tout en tenant compte du contexte unique de chaque pays.

C’est dans le cadre de cette vision que s’est tenu un webinaire en décembre 2020 sur le thème de l’« Inaccessibilité des régimes alimentaires sains et nutritifs : transformer les systèmes alimentaires et de protection sociale pour mieux protéger les plus vulnérables ». Ce webinaire, organisé conjointement par le Secrétariat du Mouvement SUN et l’équipe en charge de l’évaluation des systèmes pour la nutrition du Programme alimentaire mondial (le PAM) (également chargée de l’analyse de la situation Fill the Nutrient Gap (FNG) www.wfp.org/fillthenutrientgap), avait pour objectif de discuter des changements à apporter aux systèmes alimentaires afin de les relier aux systèmes de protection sociale nationaux et ainsi faciliter l’accès à des régimes alimentaires sains et abordables, notamment pour les populations les plus vulnérables. Les Points focaux SUN au Timor-Oriental et en Somalie ont présenté les travaux dans le domaine des systèmes alimentaires et de la protection sociale contribuant à la nutrition menés dans leurs pays respectifs.

Le défi est grand : trop nombreux sont ceux qui ne peuvent pas se payer un régime alimentaire sain

De récentes analyses insistent sur le fait que plus de 3 milliards de personnes n’ont pas les moyens de s’offrir un régime alimentaire sain (rapport de 2020 sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde (SOFI)). Le coût élevé et l’inaccessibilité des régimes alimentaires sains vont de pair avec une aggravation de l’insécurité alimentaire et des différentes formes de malnutrition. Les facteurs de coûts de ces régimes se retrouvent à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement en nourriture, au sein même de l’environnement alimentaire et dans le cadre des politiques économiques qui orientent le commerce, les dépenses publiques et les politiques d’investissement. Lutter contre ces facteurs de coûts exige des transformations gigantesques des systèmes alimentaires pour lesquelles il n’existe pas de solution universelle et qui signifient des synergies et des inconvénients dans chaque pays.

Coordinateur national SUN en Somalie

« En Somalie, les coûts d’un régime alimentaire nutritif sont si élevés que la grande partie de la population n’y a pas accès. Les éleveurs et les pêcheurs sont ceux qui payent le prix le plus cher pour un régime alimentaire nutritif, quels que soient les moyens de subsistance. Les éleveurs dépendent grandement des marchés pour s’approvisionner en denrées de base et sont ceux qui déboursent le plus. Lorsque ces aliments de base sont chers, le bétail est bon marché, et cela réduit les sources de revenus des familles d’éleveurs » nous explique le Docteur Mohamed Abdul Farah, du bureau du Premier ministre et coordinateur national SUN en Somalie.

Une fois que les prix des aliments et les types de dépenses alimentaires ont été identifiés dans le cadre des analyses FNG, il est possible, en les associant à une évaluation structurée des informations secondaires sur le système alimentaire, de disposer d’un aperçu de la situation dans un pays et de bien comprendre les problèmes systémiques et les failles qui empêchent les populations d’accéder à un régime alimentaire sain et nutritif.

Timor-Oriental

« Face à la pandémie de COVID 19, le gouvernement a pris des mesures à court et à long terme. À court terme, l’on recense des subventions universelles en espèces, la distribution de paniers alimentaires aux foyers vulnérables et la continuité des services de protection sociale déjà en place ; sur le long terme, il s’est agi de subventions au développement social dans les villages ainsi que des crédits pour le développement de petites entreprises, la mise en place d’un revenu minimum national, des mesures d’incitations économiques et des services financés par des budgets nationaux en faveur d’infrastructures éducatives et d’eau et d’assainissement de base. » indique monsieur Filipe Da Costa, coordinateur des relations avec la société civile et représentant spécial du bureau du Premier ministre pour la sécurité alimentaire et la nutrition.

Comment les systèmes de protection sociale peuvent-ils améliorer l’accès à des régimes alimentaires nutritifs ?

Un réel impact est uniquement possible si les systèmes alimentaires, de santé et de protection sociale œuvrent davantage en faveur de la nutrition et donnent la priorité à des mesures fondées sur des faits probants en faveur d’une amélioration des investissements dans la nutrition. C’est en reconstruisant les systèmes alimentaires et en créant un lien d’autant plus vital avec les programmes de protection sociale afin de protéger les plus vulnérables que les pays SUN pourront « se reconstruire et aller de l’avant » après la pandémie de COVID-19. Les systèmes alimentaires sont un tout, nous en faisons tout partie et c’est ensemble que nous pourrons réellement changer les choses.

En 2021 se dérouleront le Sommet Nutrition pour la croissance (N4G) et le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires qui visent à redéfinir la trajectoire mondiale que suivent les systèmes alimentaires et nutritionnels et à accélérer les avancées vers l’atteinte des objectifs de l’Assemblée mondiale de la Santé de 2025 ainsi que des ODD fixés pour 2030. Il s’agit d’occasions à ne pas manquer de s’engager de nouveau en faveur de la nutrition en rassemblant un large éventail de parties prenantes afin d’identifier des moyens innovants et encore plus efficaces d’assurer une bonne nutrition pour toutes et pour tous. Il s’agit entre autres d’adopter des approches efficaces et évolutives visant à rationaliser la nutrition dans le cadre des systèmes alimentaires et de protection sociale nationaux, tout en les rendant encore plus robustes et équitables, quel que soit le contexte. C’est uniquement en unissant les différentes parties prenantes (jeunes militants, dirigeants autochtones, petits exploitants, chercheurs, chefs d’entreprise, etc.) que nous pourrons concrètement améliorer l’accès aux régimes alimentaires sains et nutritifs et enfin progresser vers les ODD. En vue de ces sommets, le FNG veut renforcer la dynamique et rassembler des parties prenantes d’horizons divers afin d’identifier les priorités dans chaque pays pour que soient prises des mesures fondées sur des faits probants pouvant transformer de manière durable les systèmes alimentaires locaux pour assurer une bonne nutrition et permettre aux plus pauvres d’accéder à une alimentation nutritive en établissement sciemment des liens avec les systèmes de protection sociale.

Informations générales et documents en lien avec le webinaire

Webinaire, séance du MATIN

Enregistrement de la séance matinale disponible ici
(code d’accès : =e$4Eu1T)

• Présentations – Consulter ici 

• Présentation sur le Timor-Oriental – Consulter ici 

Note conceptuelle – Consulter ici

Webinaire, séance de l’APRÈS-MIDI

Enregistrement de la séance de l’APRÈS-MIDI disponible ici
(Code d’accès : X5c&L8bj)

• Présentation – Consulter ici

• Somalie : présentation du Docteur Farah – Consulter ici

Informations complémentaires sur les analyses FNG

Le FNG du PAM analyse la situation nutritionnelle d’un pays et identifie les obstacles auxquels font face les populations les plus vulnérables (disponibilité, accès physique, accessibilité en termes de prix et choix) et qui les empêchent d’accéder à des régimes alimentaires sains et nutritifs. Le FNG recense les éventuelles carences nutritives et les difficultés à disposer d’un apport nutritionnel suffisant dans des contextes spécifiques de certains groupes cibles. L’objectif est de permettre la prise de décisions multisectorielles pour prévenir la malnutrition. L’une des composantes de l’évaluation FNG est l’analyse du coût des régimes alimentaires qui évalue le coût le plus bas d’un régime alimentaire répondant à tous les besoins nutritionnels sur la base d’aliments disponibles localement et en étudie l’accessibilité d’un point de vue monétaire. Des analyses FNG ont été, ou sont actuellement, menées dans 35 pays et le PAM a un rôle essentiel à jouer dans le cadre du Sommet Nutrition pour la croissance (N4G) et du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires.

Des informations complémentaires sont disponibles ci-dessous sur les rapports FNG pour la Somalie et le Timor-Oriental, ainsi que des billets de blog intéressants du PAM, des dossiers sur le FNG et la protection sociale :

Rapport FNG pour la Somalie

Rapport FNG pour le Timor-Oriental

Une vidéo sur l’analyse Fill the Nutrient Gap

Un dossier sur la protection sociale

Un dossier sur les systèmes alimentaires dans des contextes fragiles

https://youtu.be/3hBRuJIT7vw

https://insight.wfp.org/overcoming-the-food-security-and-nutrition-roadblocks-to-social-protection-responses-to-covid-19-7554f460ab79

 

 

Post A Comment

No Comments