SUN Newsletter
Home / Actualités / Trouver une voix commune pour la nutrition

Trouver une voix commune pour la nutrition

  |   Plaidoyer et communication pour la nutrition, SUN dans la pratique

Le Bangladesh élabore une stratégie de plaidoyer et de communication nationale commune pour la nutrition et mène la sensibilisation sur la nutrition à travers une variété de médias.

Roxana Quader, Secrétaire adjoint, Ministère de la Santé et du Bien-être familial et Point focal SUN du gouvernement décrit les progrès…

« Élever une voix commune pour la nutrition, en partenariat avec de nombreuses parties prenantes du Bangladesh est essentiel pour la mobilisation effective des dirigeants de tous les horizons de la vie. Avec une vision partagée, nous pouvons faire de la nutrition l'affaire de tout le monde et lutter pour un Bangladesh sain, progressif et durable. »

Roxana Quader,

Point focal SUN du gouvernement et Secrétaire général adjoint au Ministère de la Santé et du Bien-être familial

La coordination et le suivi des efforts de plaidoyer et de communication pour la nutrition sont un défi majeur au Bangladesh. Un grand nombre de parties prenantes opèrent au niveau national et au niveau de district et il existe une grande diversité de canaux de communication. D’importants efforts sont en cours pour unir et mobiliser les parties prenantes pour qu’elles plaident en faveur de la nutrition d’une seule voix, en gardant à l’esprit les publics clés et en utilisant des messages clairs. 

Une stratégie de plaidoyer et de communication nationale commune est en cours d’élaboration pour améliorer la coordination entre les secteurs concernés du gouvernement et d’autres parties prenantes. Cet effort est dirigé par les Services nationaux de nutrition (NNS) du ministère de la Santé et du Bien-être familial (MOHFW), avec le soutien de REACH1 des Nations Unies (ONU). Il est destiné à renforcer la volonté politique, les capacités de communication et de sensibilisation et promouvoir les meilleures pratiques de changement de comportement au niveau communautaire. Depuis décembre 2013, deux forums de niveau national étaient organisés pour définir les cibles, s’accorder sur les objectifs, les secteurs de public et de population visés et développer des activités conjointes à travers un processus participatif. Le produit final de stratégie sera un cadre de plaidoyer participatif et également des messages clés partagés.

Photo-2---National-Nutrition-Advocacy-&-Communication-Stakeholder-Forum,-December-19-2013-

Plus de 70 organisations de la société civile, des médias, des Nations Unies, les partenaires au développement, le secteur privé et le milieu universitaire ont participé activement. Un processus au niveau sous-national similaire est en cours d’expérimentation dans le quartier sud-ouest de Satkhira 2.

Les agences des Nations Unies et les partenaires de développement se sont également réunis pour s’entendre sur un plaidoyer collectif pour la nutrition. Ils ont élaboré des rapports de faits communs sur la sous-nutrition pour montrer leur volonté collective d’appuyer le gouvernement dans le renforcement de la nutrition à travers des actions en cours et de nouvelles actions. ONU REACH a récemment produit un film de 20 minutes, intégrant la vidéo participative, explorant la cause sous-jacente de la sous-nutrition dans le district rural de Satkhira.

Initiatives du gouvernement pour faire réussir les efforts multisectoriels

Le plaidoyer pour intensifier les interventions efficaces en matière de nutrition est une priorité pour le gouvernement du Bangladesh et le développement d’une stratégie nationale aidera les différents secteurs à comprendre leur rôle dans la réduction de la sous-nutrition. Une approche de plaidoyer multi-sectorielle coordonnée, dirigée par le gouvernement, qui reconnaît le rôle vital de l’éducation, la protection sociale, la responsabilisation des femmes, l’alimentation, l’agriculture et la pêche et les secteurs de l’élevage, permettra de créer de nouveaux partenariats et de renforcer la collaboration efficace dans les activités de nutrition dans tous les secteurs.

Sensibilisation de masse du niveau national au niveau de district

Le gouvernement continue de jouer un rôle essentiel dans la diffusion de l’information nutritionnelle vitale en menant des campagnes de sensibilisation au niveau national et sousnational. Le ministère de la Santé et du Bien-être familial (MOHFW) à travers le Service national de nutrition (NNS) est activement engagé dans la promotion de la nutrition dans les médias imprimés et électroniques, y compris par le biais de la bande dessinée populaire « Meena » et les chansons populaires sur l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, l’émission de radio « Pushtipala », un jeu télévisé sur la nutrition et des programme télévisés de promotion de la nutrition.

La campagne nationale sur la vitamine A est une activité à l’échelle nationale impliquant environ 500 000 bénévoles et tous les travailleurs de la santé et de la planification familiale (première ligne, superviseurs et gestionnaires de la base communautaire au niveau central) et également les ministères concernés comme le ministère de l’Enseignement primaire et le ministère de l’Information et de la communication de masse.

La campagne de suivi et de promotion du développement de la stratégie nationale de la nutrition, soutenue par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), éduque les mères et les membres de famille sur la surveillance de la nutrition grâce à un suivi régulier, en s’assurant que les outils sont compris et facilement disponibles. Des événements de grande envergure et des campagnes comme celles-ci ainsi que la Semaine mondiale de l’allaitement continuent de mettre en évidence la nutrition des enfants en tant que question prioritaire. Pour plus d’informations sur ces efforts, consulter www.iphn.gov.bd.

Au niveau du district, le gouvernement offre une formation à des groupes de gestion communautaires (CMG) et des groupes de soutien communautaire (CSG), qui comprennent des représentants élus des collectivités locales, des femmes et des adolescentes. Ces groupes sont directement impliqués dans la gestion de 18 000 cliniques communautaires qui offrent des services de santé, de population et de nutrition aux communautés. Si ces groupes peuvent être efficacement engagés dans des actions multisectorielles pour améliorer la nutrition, il y aurait un impact immense.

Photo-3-Nutrition-behavior-change-comic-books

Phot-4-Nutrition-behavior-change-comic-books

Divers efforts de la société civile

« À la base de tout changement ou transformation importante, il y a un mouvement fort et dynamique de la société civile. Nous avons tous un rôle à jouer pour faire de la nutrition multisectorielle, une question commune. »

Dr. Rukhsana Haider

Alliance de la société civile SUN (ASC SUN)

La société civile a joué un rôle clé dans le plaidoyer pour les questions de nutrition au Bangladesh par la voie des médias populaires, le renforcement des capacités des médias, des ateliers et des réunions de plaidoyer de haut niveau. Voici quelques exemples:

  • RENEW (Reenergizing Nutrition Expanding Worldwide (Relancer et étendre la nutrition dans le monde)) – une expérience de programme multimédia innovant qui met l’accent sur l’importance cruciale d’investir dans la nutrition et qui cible le public et les dirigeants politiques de haut niveau issus de divers secteurs du gouvernement.
  • Des eToolkits et des cours électroniques qui portent sur des sujets de planification familiale, de santé maternelle, néonatale et infantile et de nutrition ainsi que sur la communication interpersonnelle et les conseils: www.k4health.org/bangladesh-toolkits.
  • Des débats télévisés en épisodes axés sur des approches multi-sectorielles de la nutrition, avec pour point d’attache, le Secrétaire de l’alliance de la société civile SUN (ASC), le Dr Kaosar Afsana; des spots télévisés et des vidéos de plaidoyer avec des champions nationaux célèbres.
  • Des séminaires de plaidoyer réguliers au niveau du district et au niveau départemental axés sur la « fenêtre d’opportunité des 1 000 jours les plus décisifs », ayant au menu, des activités au niveau communautaire telles que des pièces de théâtre dans des écoles, et des concours d’art et de questionnaires basés sur un ensemble de trois ouvrages de bandes dessinées pour adolescents.
  • Des orientations et des formations sur les « 1 000 jours » pour de nouveaux publics influents. L’Association pour l’orientation des filles du Bangladesh, les enseignants et les sages-femmes étaient ciblés.
  • Le plaidoyer à l’occasion, par exemple, lors de la journée des étudiants travailleurs à temps partiel, de la Journée mondiale d’action SUN, de la Journée de l’extrême pauvreté et du rassemblement de la chaîne des droits en attente de l’Assemblée mondiale SUN 2013.

Partenariat avec les médias

Le service national de la nutrition a travaillé en collaboration avec d’autres parties prenantes telles qu’Alive & Thrive, Fanta, FHI360, Management and Resources Development Initiative, Eminence, ainsi que le Forum des reporters sanitaires du Bangladesh pour établir un partenariat unique avec les médias. Reconnaissant le pouvoir des médias de divulguer des faits importants, susciter l’enthousiasme, impulser un mouvement et fédérer des voix, les parties prenantes se réunissent de plus en plus pour mieux exploiter la crédibilité et la portée des journalistes. Cette expérience prouve que les journalistes peuvent devenir des champions de la nutrition.

Parmi les initiatives clés figuraient:

  • La formation au niveau central, y compris via un programme de bourses innovant, pour accroître les connaissances et la capacité, par exemple sur l’application du Code de commercialisation des substituts du lait maternel (BMS) parmi les journalistes santé de la presse écrite nationale et des journaux en ligne, et de les impliquer dans l’élaboration de messages sur la nutrition.
  • La formation de sensibilisation au niveau départemental sur les meilleures pratiques concernant l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) et de renforcement de l’appui pour les rapports régionaux.
  • L’examen des cercles pour connecter des experts en matière de nutrition aux médias afin qu’ils pilotent la couverture et approfondissent le contenu.
  • L’encadrement pour formuler les rapports de faits et mettre au point, les perspectives des journalistes concernant les rapports sur la nutrition.
  • Les ateliers de sensibilisation des contrôleurs de média pour aider à orienter les éditeurs et directeurs de l’information afin d’accroître leur soutien à la couverture médiatique.
  • L’élaboration d’un manuel du journaliste santé avec une boîte à outils électronique du journaliste (qui inclut la nutrition) https://www.k4health.org/toolkits/bangladeshhealth-journalists.
  • Un Guide de nutrition spécifique pour les journalistes http://mrdibd.org/publications/Pushti%20 Shondhan_English.pdf.

Mobilisation sociale et communication pour le changement de comportement en vue d’accroître la sensibilisation et établir le programme de nutrition

Un travail important de mobilisation sociale a été réalisé pour maintenir un rythme régulier et constant dans le plaidoyer et la communication pour la nutrition ainsi que dans les activités pour sensibiliser et créer une dynamique. Le Groupe de travail pour le changement de comportement, qui comprend toutes les parties prenantes clés opérant dans les secteurs de la santé, de la population et de la nutrition, formule conjointement des stratégies efficaces pour harmoniser les messages de communication sur la nutrition et les meilleures pratiques. Une variété de spots télévisés sensibilise sur les pratiques appropriées d’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE) entre les soignants et suscite l’intérêt des décideurs.

Des tables rondes de haut niveau ont eu lieu: sur la nutrition multisectorielle, présidées par le Président du BRAC, Sir Fazle Hasan Abed; avec à l’ordre du jour, la mise en œuvre du Code de commercialisation des substituts du lait maternel (BMS). Ces tables rondes étaient tenues par le NNS et présidées par le Dr SK Roy et le professeur MQK Talukder; sans oublier la récente table ronde multisectorielle sur les politiques en matière d’interventions contribuant à la nutrition au Bangladesh, organisée par le Ministère de l’Alimentation, dans le cadre d’une formation intensive du personnel gouvernemental et soutenue par l’Organisation pour l’agriculture et l’alimentation (FAO).

Les champions de la nutrition peuvent aider à animer des campagnes de plaidoyer et continuer à apporter leur soutien. L’ambassadeur de l’UNICEF, Sakib Al Hassan, le joueur de cricket le plus populaire du Bangladesh, était un champion de la nutrition de premier plan dans une récente campagne lors de la Coupe du Monde du Conseil international de cricket (ICC). Les champions de la politique de nutrition sont également en train d’émerger, comme le ministre d’État aux Affaires féminines et infantiles, Meher Afroz Chumki.

Au niveau local, le gouvernement du Bangladesh travaille avec les parties prenantes afin de diffuser des supports de communication efficaces sur l’ANJE et les 1 000 jours, il engage les chefs religieux, organise des foires de nutrition, des festivals, des chansons folkloriques, des projections de films, des débats et concours de rédaction. Les supports de communication et pour le changement de comportement comprennent de plus en plus également des informations sur la production et la consommation d’aliments sains, sur les habitudes alimentaires saines et la sécurité alimentaire. Ce travail d’harmonisation en cours sera renforcé grâce à la stratégie de communication et de plaidoyer national.

« Le soutien que j'ai reçu par l'intermédiaire du programme de bourses était extrêmement important. Il a vraiment ouvert mes
horizons, et m'a aidé à rédiger plus de faits de nutrition en six mois que je ne l'ai fait en six ans... Je vais continuer de traiter cette question aussi longtemps que je travaillerais comme journaliste. »

Boursier journaliste ANJE, Bangladesh

IMG_20140519_113614

Renforcer l’appui du Mouvement SUN

Il y a des signes de l’intérêt croissant du bureau du Premier ministre, et la nomination des points focaux de nutrition est attendue pour bientôt dans tous les ministères concernés. Tout ceci témoigne de plus en plus de la bonne volonté de définir la nutrition comme une priorité au sein du gouvernement, bien qu’une plus grande appropriation reste nécessaire pour une collaboration efficace. Des plans sont en cours pour le lancement national du Mouvement SUN et d’un événement d’échange de connaissance sur la nutrition multi-sectorielle, à travers un rapport des faits communs sur la sous-nutrition servant de document de plaidoyer clé.

Les principaux domaines d’intérêt en 2014-15 seront: la finalisation et la mise en œuvre du plaidoyer au niveau national et d’une stratégie commune de communication sur la nutrition, la poursuite de la mise en place des partenariats avec les médias et de l’élargissement ainsi que du renforcement de la plateforme multi-acteurs SUN sous le leadership fort du gouvernement – car la nutrition est l’affaire de tous.

Principaux enseignements

  • Malgré de nombreuses difficultés, l’intérêt individuel et l’engagement, la coordination et la coopération concertées peuvent générer un plaidoyer réussi et permettre d’atteindre de nouveaux publics avec des messages clés de la communication.
  • Éviter de réinventer la roue en veillant à l’utilisation des ressources existantes de toutes les parties prenantes et en procédant à l’harmonisation et aux échanges afin d’éviter des chevauchements. Le potentiel d’amélioration du plaidoyer, de la mobilisation et de la communication des parties prenantes doit être maximisé.
  • Il faut déployer l’approche multi-sectorielle d’une manière que tous les secteurs puissent comprendre et agir en conséquence. Toutes les parties prenantes de la nutrition doivent planifier activement leurs méthodes de communication des questions complexes comme la nutrition multisectorielle aux médias.
  • L’appui des éditeurs des salles de presse est indispensable pour conduire la couverture médiatique. De nouvelles données sont constamment requises pour maintenir un flux constant d’informations exactes et dignes d’intérêt.
  • Le renforcement des capacités de la société civile et des organisations non gouvernementales qui travaillent au niveau local est nécessaire pour soutenir les programmes contribuant à la nutrition et les programmes spécifiques à la nutrition efficaces et soutenir la dynamique de plaidoyer et de communication.

Post A Comment

No Comments