SUN Newsletter
Home / Actualités / Un nouveau rapport de Chatham House présente les arguments économiques en faveur de l’investissement dans la nutrition

Un nouveau rapport de Chatham House présente les arguments économiques en faveur de l’investissement dans la nutrition

  |   Réseau du secteur privé SUN

La malnutrition agit comme un frein au développement des individus, des communautés et des économies dans le monde entier. Ce rapport est le premier du genre à révéler les coûts cachés de la malnutrition pour les entreprises, et la mesure dans laquelle ces coûts sont reconnus et pris en considération par les multinationales.

Les entreprises ont un rôle essentiel à jouer dans l’amélioration de la nutrition, tant au niveau de la main-d’œuvre que de la collectivité. Une action efficace pourrait réduire le nombre de décès dus à la malnutrition dans le monde et améliorer considérablement la productivité économique.

La malnutrition agit comme un frein au développement des individus, des communautés et des économies dans le monde entier. La malnutrition, qui englobe à la fois la sous-alimentation (qui se traduit par un retard de croissance et l’anémie) et la suralimentation (par exemple le surpoids et l’obésité), est la première cause de mortalité dans le monde et le principal facteur d’invalidité. La malnutrition subie dans l’enfance a des répercussions tout au long de la vie sur le développement cognitif et physique, ainsi que sur la capacité de gagner sa vie. Il s’agit d’un problème intergénérationnel qui enferme les ménages et les communautés dans un cycle de pauvreté. Pourtant, les progrès dans la lutte contre la malnutrition sont au point mort. Il y a un sous-investissement chronique dans des solutions potentielles, alors que le défi devient plus complexe.

Des études antérieures ont examiné les conséquences d’une mauvaise alimentation sur les systèmes de santé ou la société en général, mais les effets sur les entreprises sont restés largement inexplorés. Ce rapport est le premier du genre à révéler les coûts cachés de la malnutrition pour les entreprises, et la mesure dans laquelle ces coûts sont reconnus et pris en considération par les multinationales. Il révèle que les entreprises des pays à « revenu faible et intermédiaire » perdent collectivement entre 130 et 850 USD par an en raison des réductions de productivité liées à la malnutrition, ce qui équivaut à 0,4 à 2,9 % du PIB combiné de ces économies.

En réalité, les coûts sont susceptibles d’être beaucoup plus élevés. Le modèle élaboré par Vivid Economics pour ce rapport ne tient compte que des coûts directs de certaines formes de malnutrition de la main-d’œuvre adulte sur le plan de la réduction de la productivité. Il n’étudie pas les coûts des troubles du développement cognitif et du faible niveau d’éducation résultant de la sous-alimentation dans l’enfance ni les coûts indirects tels que les congés de maladie payés pour des maladies liées à la malnutrition. L’étude ne fournit donc une estimation que d’une partie des coûts totaux, mais révèle néanmoins que ceux-ci se chiffrent en centaines de milliards de dollars chaque année.

Malgré ces répercussions importantes, les entreprises négligent ou sous-estiment régulièrement le coût de la malnutrition pour leurs activités et ne parviennent pas à cerner les possibilités d’action pour améliorer les régimes alimentaires et les résultats connexes en matière de santé.

• The Business Case for Investment in Nutrition – Lire le rapport

Post A Comment

No Comments