SUN Newsletter
Home / Actualités / Un nouveau rapport révèle que la sous-nutrition coûte plus d'1 milliard de dollars US par an à la République démocratique du Congo

Un nouveau rapport révèle que la sous-nutrition coûte plus d’1 milliard de dollars US par an à la République démocratique du Congo

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Le 7 juillet 2017, le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) a publié un nouveau rapport révélant le coût social et économique de la sous-nutrition dans le pays. Cette étude met l’accent sur les pertes considérables subies chaque année en raison des coûts accrus des soins de santé, des fardeaux supplémentaires pesant sur le système éducatif et de la productivité amoindrie de la population active. On estime le montant de ces coûts à 1,637 milliard de francs congolais par an, soit 1 milliard de dollars US.

L’étude sur le coût de la faim (CDFA) a été entreprise par le gouvernement de la RDC en collaboration avec le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), la Commission de l’Union africaine (CAU), le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).


« Je salue cette importante initiative commune qui contribuera de manière considérable aux mesures gouvernementales visant à minimiser la perte de potentiel humain et économique générée par la malnutrition… Il s’agit d’une urgence silencieuse, à l’origine de près de la moitié de l’ensemble des décès de nourrissons. Pour que le pays puisse se développer, nous devons remédier de toute urgence à cette situation. »
M. Bruno Tshibala Nzenzhe, Premier ministre de la République démocratique du Congo et chef du gouvernement.


 

Télécharger le rapport : Français

Selon le rapport, la RDC pourrait économiser jusqu’à 355 milliards de francs congolais (soit environ 383 millions de dollars US) d’ici 2025 si la prévalence des enfants présentant une insuffisance pondérale passe de 11 % à 5 % et si celle du retard de croissance (croissance trop lente pour un âge donné) passe de 43 % à 10 %.

 

Télécharger le rapport : Français


« Nous mesurons désormais les terribles conséquences économiques et sociales de la malnutrition sur nos enfants, et je suis par conséquent convaincu que nous pouvons, avec nos partenaires, travailler avec le gouvernement pour véritablement changer les choses et remédier à cette situation alarmante. »

M. Claude Jibidar, Directeur pays du Programme alimentaire mondial en République démocratique du Congo.


Lire le communiqué de presse du Programme alimentaire mondial (PAM) : Anglais

À propos de l’étude sur le coût de la faim (CDFA)

Le premier rapport de l’étude sur le coût de la faim en Afrique (CDFA) a été présenté le 28 mars 2014 à Abuja, au Nigéria, où des experts s’étaient réunis pour examiner les résultats du rapport couvrant l’Égypte, l’Éthiopie, le Swaziland et l’Ouganda. Ces études sont menées par la Commission de l’Union africaine en partenariat avec les États membres de l’Union africaine (AU) et avec le soutien de la Commission économique pour l’Afrique, du nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM).

Depuis, outre l’étude réalisée pour la République démocratique du Congo, des études ont été lancées au Burkina Faso, au Tchad, au Ghana, au Lesotho, à Madagascar, au Malawi et au Rwanda. Il est prévu de lancer l’étude au Botswana, au Cameroun, au Kenya, au Mali, en Mauritanie, au Mozambique et au Zimbabwe.

En savoir plus : Le coût de la faim en Afrique

Post A Comment

No Comments