SUN Newsletter
Home / Actualités / Un nouvel outil d’intelligence artificielle prêt à prévenir des premiers signes d’une crise nutritionnelle

Un nouvel outil d’intelligence artificielle prêt à prévenir des premiers signes d’une crise nutritionnelle

  |   Réseau des donateurs SUN

Télécharger le résumé présentant l’outil NEWS en anglais (format PDF)

Le 29 mai 2017, le Centre international d’agriculture tropicale (CIAT) a lancé un nouvel outil à l’occasion d’un évènement organisé au Kenya. Cet outil devrait changer considérablement le paysage des systèmes d’alerte en ayant recours à l’intelligence artificielle pour détecter les premiers signes d’une crise nutritionnelle imminente.

Au vu des sécheresses et des famines récurrentes causant la faim, la malnutrition et l’instabilité dans toute l’Afrique, il faut innover de toute urgence pour rompre ce cercle vicieux. Le CIAT a passé les quatre dernières années à développer l’outil NEWS (Nutrition Early Warning System) qui, selon les ingénieurs, sera opérationnel d’ici fin 2017 en Éthiopie, au Nigéria, en Somalie et dans le Soudan du Sud. Selon le CIAT, les gouvernements africains seront en mesure, au fil du temps, d’accéder à l’outil NEWS grâce à des « tableaux de bord nutritionnels » où il pourront obtenir des évaluations du niveau de risque, des alertes et des recommandations.

Bien que les urgences alimentaires comme les famines et la sécheresse fassent les manchettes, le CIAT souligne que la malnutrition chronique touche une personne sur quatre en Afrique. Ses répercussions sur la croissance économique sont importantes, laissant les populations particulièrement vulnérables en période de crise. L’outil NEWS a pour objectif de rendre les réponses en matière de malnutrition proactives plutôt que réactives et d’aider les décideurs à agir de manière anticipée pour remédier aux problèmes générant des niveaux élevés de malnutrition en Afrique subsaharienne.

L’outil NEWS vise à détecter les tout premiers signes indiquant une crise nutritionnelle imminente en Afrique jusqu’à un an à l’avance.


« Nous devons agir de manière proactive, ce qui exige de changer la façon dont nous prévoyons les vulnérabilités en matière de nutrition et identifions les facteurs clés entraînant la sous-alimentation, tout en construisant une résilience nutritionnelle face aux chocs qui s’ajoutent à la fragilité existante, »

Mercy Lung’aho, nutritionniste et chercheuse du CIAT, au Kenya.


M. Debisi Araba, directeur régional du CIAT pour l’Afrique, précise que l’outil NEWS s’appuiera sur des approches novatrices en matière de mégadonnées afin de traiter de grandes quantités d’informations provenant de sources multiples dans le but de détecter les premiers signes de pénuries alimentaires et de tirer la sonnette d’alarme en cas de crises imminentes. M. Olufunso Somorin, responsable principal des politiques de l’unité fragilité et résilience de la Banque africaine de développement; au Kenya, salue la venue du système NEWS, en soulignant que l’Afrique doit abandonner les réponses réactives aux crises au profit de réponses proactives.


« La recherche et le renforcement des capacités jouent un rôle critique dans la construction de la résilience des communautés, notamment en aidant à garantir la capacité de nos systèmes alimentaires à délivrer davantage d’aliments nourrissants et abordables aux populations, à l’endroit et au moment où elles en ont besoin, »

Olufunso Somorin, responsable principal des politiques de l’unité fragilité et résilience de la Banque africaine de développement, au Kenya.


Sa fonctionnalité d’apprentissage automatique permettra à l’outil NEWS d’appliquer des algorithmes qui détecteront un nombre grandissant de comportements et de tendances au fur et à mesure que des données supplémentaires seront ajoutées au système. Par conséquent, plus l’outil NEWS traitera de données, plus il deviendra intelligent. Sur la durée, sa capacité à détecter les premiers signes d’une crise imminente, même parmi la confusion des ensembles de données disparates en apparence, devrait s’améliorer considérablement. Sa capacité à émettre des recommandations pertinentes au niveau local, que les gouvernements, les donateurs, les agriculteurs, les agents de santé, les ONG, les entreprises alimentaires et les autres acteurs pourront mettre en œuvre pour maintenir et améliorer les normes en matière de nutrition, s’améliorera également au fil du temps.

Liens connexes

À propos du CIAT

Le Centre international d’agriculture tropicale (CIAT) travaille en collaboration avec des centaines de partenaires pour rendre l’agriculture plus compétitive, rentable et résiliente grâce à une gestion plus intelligente et plus durable des ressources naturelles. Le CIAT développe des technologies, des méthodes et un savoir qui permettent une meilleure éco-efficacité dans le domaine de l’agriculture. Le CIAT fait partie des 15 centres de recherche du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR), le plus grand partenariat international des organisations de recherche agricole pour le développement.

Post A Comment

No Comments